le CIO laisse le site du basket en suspens


Le Comité international olympique (CIO) a validé jeudi le déplacement de plusieurs sites olympiques des JO-2024 de Paris, soit le tir, la boxe et le pentathlon moderne, les épreuves préliminaires de basket restant envisagées à Lille.

Comme attendu, la commission exécutive de l’instance a entériné sans encombre le jeu de chaises musicales annoncé en juillet par les organisateurs de Paris-2024, qui mêle considérations logistiques et politiques.

Les compétitions de tir, initialement prévues sur le terrain des Essences à la Courneuve, se tiendront finalement au Centre national de la discipline à Châteauroux, faute de pouvoir livrer à temps le site de Seine-Saint-Denis.

Pour compenser ce départ, les éliminatoires du tournoi de boxe ont elles été déplacées en Seine-Saint-Denis, à Villepinte, tout comme le tour de classement de l’escrime en pentathlon moderne. Les demi-finales et finales de boxe resteront à Roland-Garros.

Le sujet le plus épineux depuis plusieurs mois, soit les phases qualificatives de basket avant la finale à Bercy (Paris), n’a en revanche pas été tranché, a précisé le porte-parole du CIO, Mark Adams, évoquant «des discussions très positives» et espérant «une décision dans un avenir proche».

La salle initialement prévue, au sein du Parc des expositions de la Porte de Versailles à Paris, avait concentré les critiques de plusieurs basketteurs français, poussant les organisateurs à déplacer les rencontres à Lille.

Mais le choix de la métropole nordiste ne satisfait guère la Fédération internationale (Fiba) et a notamment été déploré par le joueur de NBA Evan Fournier, vice-champion olympique à Tokyo.

La semaine dernière, après trois jours de réunions avec les organisateurs, le président de l’instance de coordination du CIO, Pierre-Olivier Beckers, avait promis une décision «à court terme» au vu des éléments techniques «sur la climatisation» de la salle qui sont en discussion avec la Fiba.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*