Thomas Voeckler, la boîte à malice du cyclisme français


Thomas Voeckler, lors des championnats du monde de course sur route, en Australie, le 20 septembre. PAPON BERNARD/PRESSE SPORTS

PORTRAIT – L’ancien chouchou du public français brille dans de nombreux domaines.

Coureur, Thomas Voeckler n’avait peur de rien. Ni de personne. Pétillant, intrépide, il assurait le spectacle, tordait son visage et son corps, prêt à tout pour déplacer les montagnes. Devenu sélectionneur, il évolue dans le même registre: «Quand j’avais candidaté au poste de manager de l’équipe de France (en juin 2019), j’avais dit au président de la fédération (Michel Callot): “J’aimerais pouvoir faire courir les mecs avec l’esprit qui m’animait”, à la différence qu’ils sont plus forts que je ne l’étais.»

À son palmarès brillent les titres mondiaux de Julian Alaphilippe(2020, 2021) et les médailles européennes (argent d’Arnaud Démare en 2020 et 2022 et de bronze de Benoît Cosnefroy en 2021). «La manière dont a couru l’équipe de France ces dernières années, c’est juste brillant», souligne l’expérimenté Romain Bardet de retour sous le maillot bleu. Cohésion, inspiration, la touche Voeckler. «Je fais un peu à ma manière. J’ai très peu de mérite. Il revient aux coureurs parce que ce sont…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 75% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 0,99€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*