L’attaque d’un poste de police en Iran fait 19 morts


Une attaque contre un poste de police en Iran a fait 19 morts alors que les protestations entourant la mort de Mahsa Amini continuent de secouer le pays.

L’attaque a eu lieu dans la ville de Zahedan. Parmi les morts figuraient quatre membres de l’élite des gardes révolutionnaires iraniens, a rapporté samedi l’agence de presse publique iranienne IRNA.

Les membres des gardes morts ont été identifiés comme étant Hamidreza Hashemi, un colonel des gardiens de la révolution ; Mohammad Amin Azarshokr, membre de la Garde ; Saeed Borhan Rigi, un Basiji, ou force volontaire avec l’IRG ; et Mohamad Amin Arefi, également Basiji.

Le chef du département de renseignement de la Garde, Seyyed Ali Mousavi, a été tué par balle lors de l’attaque, a rapporté le Washington Post.

On ne sait pas si l’attaque était liée aux manifestations d’Amini. La femme iranienne de 22 ans est décédée alors qu’elle était en garde à vue après avoir été arrêtée par la « police des mœurs » du pays pour ne pas avoir porté de voile en public. Les avocats ainsi que sa famille affirment qu’elle est morte après avoir été torturée.

Un manifestant renvoie des gaz lacrymogènes à la police anti-émeute lors d’une manifestation contre la mort de Mahsa Amini le 19 septembre.
PA

Le général Hossein Salami, chef des Gardiens de la révolution, a juré que les morts seraient vengées.

“Nous considérons que la vengeance du sang des martyrs du CGRI et de Basiji et des personnes victimes du crime du Black Friday à Zahedan est à notre ordre du jour”, a-t-il déclaré à IRNA.

Les émeutes et les manifestations se sont poursuivies samedi dans le centre-ville de Téhéran alors que les gens scandaient “mort au dictateur”. Des témoins rapportent avoir vu des gaz lacrymogènes tirés sur la foule.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*