le show Verstappen, le fiasco de la grue

[ad_1]

Verstappen champion du monde pour la 2e année consécutive. Pierre Gasly s’est fait une belle frayeur en découvrant une grue sur le bord de la piste. Panoramic et capture d’écran.

La nouvelle victoire et le titre de Verstappen, le gros coup d’Alpine, mais aussi une direction de course hasardeuse, retrouvez les tops et les flops du GP du Japon.

Tops

Verstappen, la victoire et le titre

Cela ressemble à un week-end parfait pour le Néerlandais. La pole le samedi, la victoire le dimanche et le titre mondial dans la foulée. Difficile de faire mieux. Max Verstappen (25 ans) a donc signé sa 32e victoire en carrière, son douzième succès de la saison et décroché son deuxième titre mondial d’affilée. Un sacre mérité tant le Batave a dominé la saison et le symbole est beau d’être champion au Japon sur les terres d’Honda. Red Bull et le motoriste japonais entretiennent des liens forts et cela offre un joli clin d’œil.

Ocon et Alpine, la belle réaction

Après deux courses où la marque française n’avait pas inscrit le moindre point, Alpine a bien relevé la tête au Japon. Solide face à Lewis Hamilton, Esteban Ocon a décroché une belle quatrième place à Suzuka. Son meilleur résultat de la saison. Les Bleus ont le sourire puisque Fernando Alonso, septième, permet à Alpine de marquer 18 points alors que McLaren n’en prend qu’un seul. L’écurie française récupère ainsi la quatrième place des constructeurs (143 pts) avec treize unités d’avance sur McLaren.

La saison de champion de Max Verstappen en images

Accéder au diaporama (18)

Le choix payant de Vettel et Latifi

9h23. La voiture de sécurité s’écarte et la course est enfin relancée après plus de deux heures d’interruption. Alors que tous les pilotes sont en pneus pluie, deux petits malins optent pour les intermédiaires et foncent dans les stands avant tout le monde. Un arrêt anticipé de deux tours par rapport au reste des concurrents. Un choix payant puisque les deux ont intégré le top 10 à l’arrivée. Sebastian Vettel égale son meilleur résultat de la saison avec une sixième place alors Nicholas Latifi, neuvième, marque tout simplement ses deux premiers points de la saison.

Flops

Grue sur la piste, attribution des points : la confusion générée par la direction de course

On est loin de ce que l’on a connu à Abu Dhabi en 2021 lors du premier titre de Max Verstappen mais encore une fois, la direction de course n’a pas brillé aujourd’hui. La confusion a régné, dimanche, à Suzuka. Retour sur les faits. Tout d’abord, cela a commencé par l’apparition d’une grue sur la piste (2e tour) sous drapeau rouge alors que des pilotes étaient encore en piste. Carlos Sainz venait d’encastrer sa voiture dans le mur. La course était sous régime de voiture de sécurité, puis de drapeau rouge mais des pilotes comme Gasly roulaient encore alors que la visibilité était quasi nulle et n’ont aperçu la grue qu’au dernier moment. Provoquant la colère logique du pilote français. Une grue n’a rien à faire sur la piste tant que des pilotes y sont. Cela avait coûté la vie à Jules Bianchi (accidenté en 2014 puis décédé en 2015) et cela avait aussi fait parler à Monza en septembre lorsqu’une grue était apparue en fin de course alors que les voitures passaient à côté.

Ensuite, durant l’interruption de deux heures, les informations ont été minces laissant les équipes et les pilotes dans le flou. Un peu plus de clarté ne serait pas de refus à l’avenir. Et que dire de l’attribution des points ? Les pilotes ne savaient même pas si l’intégralité des points était décernée en sortant de leurs monoplaces. Le flou le plus total a régné pendant de longues minutes. Verstappen champion ou non ? Lors de l’interview d’après course, il n’était pas champion mais a finalement été rappelé afin de lui signifier qu’il l’était. Vous suivez ? Le Batave pas vraiment serein puisque avant de grimper sur le podium, il se demandait encore s’il était officiellement champion pour la deuxième fois d’affilée. Anormal en Formule 1.

Sainz à la faute

Troisième sur la grille, le pilote espagnol avait l’occasion de grimper sur un nouveau podium mais il est parti à la faute dès le premier tour. Après un virage en épingle, Sainz a remis les gaz trop rapidement, partant en aquaplaning et envoyant sa Ferrari dans le mur. L’Ibère a lors provoqué la voiture de sécurité qui a débouché sur le drapeau rouge. Un dimanche à oublier pour le numéro deux de la Scuderia.

[ad_2]

Loading

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*