L’épidémie d’Ebola en Ouganda dépasse les 100 cas, 30 décès ; cas de plus en plus capital

[ad_1]

L’inquiétude monte face à l’épidémie d’Ebola en cours en Ouganda qui se propage maintenant rapidement dans la capitale densément peuplée de Kampala. L’épidémie est causée par une espèce moins connue d’Ebolavirus, le virus du Soudan, pour lequel il n’existe aucun vaccin ou traitement éprouvé.

Le ministère ougandais de la Santé a déclaré une épidémie le 20 septembre, un jour après qu’un homme de 24 ans d’une zone rurale du centre de l’Ouganda est décédé des suites de la maladie. Depuis lors, le virus s’est propagé dans sept districts du pays, le ministère signalant un total de 109 cas confirmés et 30 décès. Les agents de santé représentaient 15 des cas confirmés et six des décès confirmés. Il existe également des rapports non officiels de cas probables et de décès.

Les experts de la santé sont particulièrement préoccupés par la propagation à Kampala, que les responsables gouvernementaux n’ont signalée que dimanche. Mercredi, la ville de plus de 1,6 million d’habitants a enregistré au moins 15 cas confirmés. Sur les 15 cas, six sont des enfants d’âge scolaire de la même famille.

Selon la ministre ougandaise de la Santé, Jane Ruth Aceng, les enfants, un autre membre de la famille et des voisins ont contracté le virus d’un homme infecté qui s’est rendu à Kampala depuis un district touché pour se faire soigner. Les six enfants fréquenteraient trois écoles différentes de la ville, et les autorités recherchent 170 contacts scolaires parmi des centaines d’autres dans l’épidémie.

« La pénétration d’Ebola dans les zones fortement peuplées crée une situation de propagation rapide et est associée à une transmission interhumaine soutenue et prolongée », Aceng a dit dans un communiqué mercredi. « La transmission d’Ebola en milieu urbain est complexe, et le gouvernement fera tout ce qu’il faut pour assurer le contrôle de la transmission en milieu urbain. »

Lors des épidémies passées, le virus du Soudan a eu un taux de mortalité compris entre 41% et 100%. Mais il n’a été à l’origine que de sept des 41 épidémies répertoriées sur le site Web de l’Organisation mondiale de la santé. La plus récente de ces épidémies remonte à 2012, également en Ouganda et concernait sept cas avec un taux de mortalité de 57 %.

La plupart des épidémies d’Ebola, y compris les deux plus importantes, ont été causées par l’espèce Zaïre Ebolavirus. C’est la cible des vaccins contre Ebola homologués, qui se sont avérés très efficaces pour prévenir la maladie lors d’épidémies passées. Au fil des ans, les fabricants de vaccins ont également développé des vaccins destinés au virus du Soudan. Mais avec le Zaïre à l’origine de chaque épidémie d’Ebola depuis 2012, les progrès étaient au point mort en matière de développement.

Aujourd’hui, des responsables ougandais ont obtenu des lots de trois vaccins expérimentaux contre Ebola contre le Soudan à tester pendant l’épidémie actuelle. Dans un tweet mercredi, Aceng a confirmé que le ministère déploierait les trois vaccins « dans les semaines à venir », dans l’espoir de vacciner initialement 3 000 personnes – les contacts de 150 cas – dans les 29 jours suivant l’exposition.

Les trois vaccins candidats comprennent un développé par l’Université d’Oxford, un autre par le Sabin Vaccine Institute à but non lucratif et un de Merck, qui a récemment découvert 100 000 doses non divulguées de son vaccin expérimental dans un congélateur.



[ad_2]

Loading

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*