7 films classiques qui ont inspiré les films de Quentin Tarantino


Quentin Tarantino est l’un des rares réalisateurs d’aujourd’hui à être resté fidèle à l’art et à l’artisanat du cinéma. Contrairement à la plupart des gens de l’industrie, Tarantino n’a jamais reçu d’éducation cinématographique formelle et a appris le cinéma en voyant des classiques tels que La grande évasion et Río Bravo. Son film le plus récent, Il était une fois à Hollywood est une œuvre de fiction historique qui explore Hollywood dans les années 1960 et est pleine de nostalgie classique.


CONNEXES: 10 des projets non réalisés les plus intéressants de Quentin Tarantino

Presque tous les films de Tarantino reflètent sa passion pour le cinéma classique d’une manière ou d’une autre. Qu’il s’agisse de lancer la star classique Rod Taylor dans Basterds sans gloire ou la voix invisible de Elvis Presley dans Vrai romance, Les films de Tarantino sont pleins de clins d’œil à une variété de films classiques et de stars.

VIDÉO Crumpe DU JOUR

“Être ou ne pas être” (1942)

Situé en Pologne pendant l’occupation nazie, Être ou ne pas être suit un groupe d’acteurs qui finissent par aider un soldat polonais à appréhender un espion allemand. Les stars du cinéma Carole Lombard comme Maria Tura, épouse de l’acteur, Joseph Tura qui est joué par Jack Benny. Maria et son mari se retrouvent mêlés à un complot visant à assassiner Adolf Hitler. Avec l’aide de leurs acteurs de soutien, ils parviennent à attirer les dirigeants nazis et Hitler dans un théâtre les enfermant à l’intérieur avant de mettre le feu au bâtiment. Les héros s’échappent alors que le public regarde le théâtre en flammes disparaître au loin.

Tarantino a utilisé cette fin dans son filmBasterds sans gloire mais y a ajouté sa propre touche moderne et sanglante. Contrairement à Être ou ne pas être, Tarantino permet au public de profiter de la vue du massacre. Le réalisateur rend également hommage à ce film avec son personnage Bridget von Hammersmark joué par Diane Kruger. Le personnage de Kruger est un clin d’œil symbolique à la star classique, Carole Lombard. Après avoir terminé une tournée de collecte d’obligations de guerre, Lombard a été tué dans un accident d’avion alors qu’il rentrait chez lui à Los Angeles. Même si Hammersmark meurt dans des circonstances différentes dans le film, comme Lombard, sa mort malheureuse est le résultat de son implication dans les efforts de guerre.

“La grande évasion” (1963)

Steve McQueen debout à côté d'un officier dans The Great Escape

La grande évasion raconte l’histoire de prisonniers de guerre alliés qui élaborent un plan pour sortir d’un camp allemand pendant la Seconde Guerre mondiale. Les stars du cinéma Steve McQueen comme Hilts qui est le chef non officiel du groupe et la force motrice derrière l’évasion. McQueen repousse les limites depuis le début, sapant les règles des soldats allemands et leur intelligence. Dans une scène, il traverse un fil sans permission et se fait tirer dessus par les gardes.

EN RELATION:Les meilleurs camées de Quentin Tarantino, de “Desperado” à “The Muppets Wizard of Oz”

Dans Il était une fois à Hollywood,Leonardo DiCapriojoue une star de la télévision fictive, Rick Dalton quiest numérisé dans cette scène exacte en remplacement de Steve McQueen. McQueen est également présenté comme un personnage dans le film de 2019 et est joué par Des milliardsétoile Damien Lewis. Dans une première scène, Margot Robbie qui joue Sharon Tate, saute dans les bras de Lewis lorsqu’elle arrive à une soirée Playboy Mansion. McQueen était en fait censé être un invité chez Sharon Tate la nuit des meurtres, mais une amie persistante l’avait amené à changer ses plans.

“Sa fille vendredi” (1940)

Cary Grant regarde Rosalind Russell dans His Girl Friday

Mettant en vedette Cary Grant et Rosalinde Russel, Sa fille vendredi est une comédie sur le rédacteur en chef d’un journal, Walter Burns, qui met tout en œuvre pour empêcher Hildy Johnson, sa journaliste vedette qui se trouve être aussi son ex-femme, de se remarier. Grant et Russell étaient des génies de la comédie et se sont si bien joués que le réalisateur, Howard Hawksa donné aux stars la liberté d’improviser leurs répliques, ce qui a donné lieu à certains des moments les plus hystériques de l’histoire du cinéma classique.

Howard Hawks est l’un des réalisateurs préférés de Tarantino et a influencé plusieurs de ses films, notamment Pulp Fiction. Sa fille vendredi est connu pour ses plaisanteries rapides et spirituelles et pour être le premier film à faire parler les acteurs les uns sur les autres. Tim Roth et Amanda Plumer jouer un couple dans Pulp Fiction qui se chamaillent dans un restaurant avant de cambrioler l’endroit. Tarantino avait une montre Roth et Plummer Sa fille vendredi à Afficher eux la livraison rapide du dialogue qu’il envisageait. Les acteurs reflètent Grant et Russell alors que Plummer cancane comme un canard sur Roth alors qu’il essaie de garder son sang-froid.

“Le bon, la brute et le truand” (1966)

Eli Wallach assis à côté de Clint Eastwood sur un chariot dans The Good, the Bad and the Ugly

Le bon le mauvais et le laid suit un chasseur de primes sans nom (Clint Eastwood) et un hors-la-loi recherché (Eli Wallach) dans une course contre un bandit appelé Angel Eyes (Lee Van Cleef) trouver une fortune en or enterrée dans un cimetière. Au final, les trois hommes sont éparpillés au milieu du cimetière, leurs fusils dégainés dans un bras de fer. La tension monte entre les hommes avec leurs regards pleins de suspense et la partition musicale unique qui monte en arrière-plan.

CONNEXES: Les 10 meilleures gouttes d’aiguille dans les films de Quentin Tarantino

Cette scène est considérée comme l’un des moments de cinéma les plus emblématiques avec une partition mémorable et une configuration intense. Tarantino est un grand amateur de westerns spaghetti et rend hommage à ce classique dans Kill Bill : Vol. 2. La partition, composée par Ennico Morricone, est présenté dans la scène de flashback de la mariée. La musique donne un ton inquiétant alors que la mariée est interprétée par Uma Thurman marche lentement vers le devant d’une église jusqu’à ce qu’elle aperçoive Bill, joué par David Carradine. Comme dans Le bon le mauvais et le laid, la caméra zoome sur les acteurs alors qu’ils échangent des coups d’œil rapides avec le même niveau de suspense.

“La prise de Pelham un deux trois” (1974)

Walter Matthau attrapant un homme par le col de sa chemise dans The Taking of Pelham One Two Three (1974)

La prise de Pelham Un Deux Trois est un film sur quatre hommes qui décident de détourner un métro de New York et de retenir les passagers contre une forte rançon. Alors que les pirates de l’air communiquent leurs demandes à la police via la radio du métro, les agents tentent de les identifier en pensant que cela pourrait conduire à un effet de levier à utiliser contre eux. Le seul problème? Les suspects n’utilisent pas leurs vrais noms, pas même de faux noms mais des noms de couleurs différentes.

Le film de Tarantino, Chiens de réservoirimplique un groupe de gars qui planifient ensemble un braquage de bijoux qui tourne terriblement mal. Au fur et à mesure que les survivants se rencontrent, ils commencent à soupçonner que l’un d’eux est un informateur de la police. Comme dans “La prise de Pelham un deux trois”, ils sont chacun appelés une couleur différente pour se protéger non seulement de la police mais aussi de leurs co-conspirateurs.

‘Rio Bravo’ (1959)

John Wayne et Dean Martin écoutant Walter Brennan à Rio Bravo

Río Bravo est l’histoire d’un shérif d’une petite ville joué par John Wayne qui compte sur l’aide d’un jeune bandit armé et d’un député alcoolique joué par doyen Martin pour aider à garder le frère d’un criminel derrière les barreaux.

CONNEXES:Chaque film de Quentin Tarantino classé du pire au meilleur

Ceci est un autre film réalisé par Howard Hawks et est l’un des préférés de Tarantino Jean Wayne les westerns. Tarantino décrit “Rio Bravo” comme un film “traîner” avec un rythme lent et des scènes qui se concentrent sur le développement du personnage, mais cela ne fait pas vraiment avancer l’histoire réelle. Le film de Tarantino de 1997,Jackie Brown,regorge de scènes de “traîner” qui donnent au public un regard au-delà de Jackie et de son passé criminel, comme lorsqu’elle joue ses disques lorsque Max Cherry passe. Leur conversation ne fait rien pour l’histoire, mais le public en a appris plus sur les personnages.

“La sale douzaine” (1967)

Lee Marvin parle à Charles Bronson dans The Dirty Dozen

La sale douzaine étoiles Lee Marvin en tant que major Reisman qui est chargé de former un groupe de soldats à parachuter au-dessus des lignes ennemies pour assassiner des responsables allemands en France. Les douze recrues sont composées de condamnés à mort impitoyables qui acceptent la mission en échange de peines commuées.

Brad Pittet sa bande de joyeux hommes dans le film de Tarantino Basterds sans gloire sont un hommage approprié à ce film classique. Le lieutenant Aldo Raine, joué par Pitt, est un clin d’œil au personnage espiègle de Lee Marvin. Le major Reisman est un peu plus direct que Raine, mais les deux hommes manquent de respect en ce qui concerne les règles et règlements. Pitt dirige également un groupe de criminels en mission pendant la seconde guerre mondiale pour éliminer les troupes allemandes situées en France.

SUIVANT: 10 grands films des années 70, recommandés par Quentin Tarantino

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*