«C’est une fin, mais pas la fin»


Le couple de patinage artistique a sorti un livre pour revenir sur les coulisses des huit années l’ayant mené au titre olympique à Pékin.

La difficulté d’atteindre son Graal pour un sportif de haut niveau, et la peur du vide qui peut en résulter derrière. À Pékin, Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron ont effacé l’accroc de Pyeongchang et refermé un chapitre de huit ans en décrochant, à Pékin, le titre olympique qu’ils convoitaient tant. Un aboutissement qui les a conduits à en raconter les arcanes au travers d’un passionnant livre, En Or (Editions Marabout), magnifiquement illustré. Tout en se mettant en mode pause vis-à-vis de la compétition, et la pression y afférant, pour se consacrer à divers galas, eux qui ont toujours eu la volonté de délivrer des programmes artistiquement très aboutis. Rencontre avec deux champions revenus à une vie «normale».

Qu’est-ce qui vous a motivé à écrire ce livre ?
Gabriella Papadakis : Cela paraissait une suite logique à notre titre olympique. C’était une belle manière de clôturer cette aventure de huit ans que nous venions de vivre, de notre installation à Montréal aux Jeux de…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 91% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 0,99€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*