La Chine assouplit certaines exigences de voyage dans un mouvement bien accueilli par les marchés, même si elle compte 10 000 nouveaux cas de COVID en une journée

[ad_1]

La Chine a dénombré plus de 10 000 nouveaux cas de COVID vendredi, provoquant de nouvelles restrictions de mouvement, mais a également assoupli certaines exigences de voyage dans une mesure saluée par les marchés financiers.

Pékin a fermé les parcs de la ville et imposé d’autres restrictions, alors même que des millions de personnes restaient confinées vendredi dans l’ouest et le sud de la Chine, a rapporté l’Associated Press.

Vendredi, le pays a signalé 10 729 nouveaux cas, presque tous testés positifs sans présenter de symptômes. Plus de cinq millions de personnes étaient bloquées vendredi dans le centre manufacturier du sud de Guangzhou et dans la mégapole occidentale de Chongqing.

Le gouvernement a déclaré vendredi qu’il réduisait le temps que les passagers entrants seraient tenus de se soumettre à la quarantaine. L’ambassade des États-Unis a renouvelé cette semaine son avis aux citoyens d’éviter de voyager vers et à l’intérieur de la Chine, sauf en cas d’absolue nécessité.

Les passagers entrants ne seront mis en quarantaine que pendant cinq jours, au lieu des sept précédents, dans un lieu désigné, suivis de trois jours d’isolement à leur lieu de résidence, selon un avis du Conseil des Affaires d’Etat, le cabinet chinois.

Il n’était pas immédiatement clair quand et où les règles entreraient en vigueur et si elles s’appliqueraient aux étrangers et aux citoyens chinois.

Des normes assouplies seraient également appliquées aux hommes d’affaires et aux athlètes étrangers, dans ce qui semblait être un mouvement progressif vers la normalisation. La nouvelle sera bien accueillie par les citoyens chinois frustrés par la politique zéro COVID du gouvernement qui en a gardé beaucoup chez eux parfois pendant des mois à la fois, et les a forcés à passer des tests réguliers.

Aux États-Unis, les cas connus de COVID augmentent à nouveau pour la première fois depuis quelques mois. La moyenne quotidienne des nouveaux cas s’élevait à 40 835 jeudi, selon un tracker du New York Times, en hausse de 9% par rapport à il y a deux semaines.

Comme toujours, le nombre de cas varie d’un État à l’autre et certains voient des pics aigus, menés par le Nevada, où les cas ont grimpé de 176% par rapport à il y a deux semaines, selon le tracker. Viennent ensuite l’Utah, où ils ont augmenté de 77 %, le Nouveau-Mexique à 62 % et l’Oklahoma à 54 %.

Les cas augmentent dans 32 États, ainsi qu’à Washington, DC, Guam, les îles Vierges américaines et Porto Rico. Ils sont en hausse à deux chiffres dans 27 de ces États.

La moyenne quotidienne des hospitalisations a augmenté de 3 % à 27 989, tandis que la moyenne quotidienne des décès a baissé de 9 % à 326.

Mise à jour sur le coronavirus: Le tour d’horizon quotidien de Crumpe organise et rapporte tous les derniers développements chaque jour de la semaine depuis le début de la pandémie de coronavirus

Autres nouvelles sur le COVID-19 que vous devriez connaître :

• Quatre régions allemandes – Bade-Wurtemberg, Bavière, Hesse et Schleswig-Holstein – prévoient d’abolir les règles exigeant que les personnes infectées par le coronavirus s’isolent à domicile, arguant que la pandémie a évolué et qu’il est temps d’adopter une approche différente, a rapporté l’AP. Le ministère de la Santé a souligné la baisse des infections, les vaccinations efficaces, un degré élevé d’immunité de la population, des maladies plus bénignes et l’exemple de pays comme l’Autriche qui ont assoupli les règles. « La décision ne signifie pas que nous laisserons libre cours aux infections », a déclaré le ministre bavarois de la Santé, Klaus Holetschek. « Les personnes testées positives devront à l’avenir mettre un masque à l’extérieur de leur propre appartement. Et bien sûr, le principe reste que les personnes malades restent à la maison. »

• Sanofi SAN,
-5,22%
a obtenu l’approbation de l’Union européenne pour son rappel de vaccin COVID, réalisé conjointement avec le partenaire britannique GSK GSK,
-5,78%

GSK,
-6,01%,
après un effort de développement prolongé qui a vu la paire prendre du retard sur les fournisseurs de vaccins désormais dominants, a rapporté Reuters. Le vaccin portant le nom de marque VidPrevtyn Beta peut être administré aux personnes qui ont déjà reçu une première vaccination à partir d’autres vaccins approuvés, ont déclaré le fabricant français de médicaments et l’Agence européenne des médicaments dans des communiqués séparés. Les expéditions sont prêtes à être distribuées aux pays européens dans le cadre d’accords d’achat anticipés, a déclaré Sanofi. La société a déclaré l’année dernière que l’Union européenne et la Grande-Bretagne avaient commandé 75 millions de doses combinées du vaccin, sous réserve d’approbation.

• La juge de la Cour suprême des États-Unis, Sonia Sotomayor, a rejeté une offre visant à empêcher la ville de New York d’appliquer son mandat de vaccination contre le COVID-19 pour les employés municipaux contre un groupe d’enseignants, de pompiers et d’autres qui ont contesté la politique, a rapporté Reuters séparément. La justice a rejeté une demande d’urgence, reçue par le tribunal le 4 novembre, visant à bloquer la politique de certains employés municipaux, ainsi que d’un groupe appelé New Yorkers For Religious Liberty, tandis que leur appel des décisions des tribunaux inférieurs se rangeant du côté de la ville se poursuit.

Voici ce que disent les chiffres:

Le décompte mondial des cas confirmés de COVID-19 a dépassé 634,3 millions vendredi, tandis que le nombre de morts a dépassé 6,60 millions, selon les données agrégées par l’Université Johns Hopkins.

Les États-Unis sont en tête du monde avec 97,9 millions de cas et 1 074 485 décès.

Le tracker des Centers for Disease Control and Prevention montre que 227,8 millions de personnes vivant aux États-Unis, soit 68,6% de la population totale, sont entièrement vaccinées, ce qui signifie qu’elles ont reçu leurs premiers vaccins.

Jusqu’à présent, seuls 31,4 millions d’Américains ont eu le rappel COVID mis à jour qui cible le virus d’origine et les variantes omicron, soit 10,1% de la population globale.

[ad_2]

Loading

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*