Les Européens ont accès aux pièces Apple et aux manuels du programme de réparation en libre-service


Depuis mardi, le programme de réparation en libre-service d’Apple est désormais disponible dans huit pays européens. Il a été lancé aux États-Unis en avril, avec des promesses de la société de s’étendre à d’autres pays d’ici la fin de l’année.

Les pays inclus dans ce déploiement sont la Belgique, la France, l’Allemagne, l’Italie, la Pologne, l’Espagne, la Suède et le Royaume-Uni.

Le programme permet aux clients individuels d’acheter les mêmes manuels de réparation, pièces et outils qu’Apple utilise pour effectuer les réparations. Deux cents pièces et outils individuels sont disponibles via le magasin de réparation en libre-service d’Apple. En plus d’acheter les pièces, les clients peuvent louer des kits de réparation pour 54,90 euros avec la livraison gratuite.

Apple affirme que chaque pièce “est conçue et fabriquée pour chaque produit et subit des tests approfondis pour garantir la qualité, la sécurité et la fiabilité les plus élevées” et qu’elles sont proposées aux utilisateurs au même prix que les réparateurs agréés d’Apple.

Cela dit, les pièces ne sont pas disponibles pour tous les produits. Pour en profiter, vous devez chercher à réparer un téléphone des gammes iPhone 12 ou 13 ou un MacBook avec une puce basée sur M1 ou M2. Les modèles d’iPhone 14 et les Mac Intel ne sont pas encore pris en charge.

Le lancement européen semble presque plus important pour ce programme (qui est un pas en avant mais qui a quand même vu son lot de critiques) que celui des États-Unis. En effet, alors que les législateurs américains ont parfois flirté avec les lois sur le droit à la réparation, l’UE a été beaucoup plus agressive dans le débat et la résolution de cette question.

Historiquement, Apple ne prenait en charge que les réparations effectuées soit dans un Apple Store, soit dans un atelier de réparation faisant partie du réseau de réparateurs agréés étroitement contrôlés de l’entreprise. La société a fait valoir que cela visait en partie à protéger les clients des mauvaises réparations ou d’autres problèmes causés par des techniciens de réparation non autorisés. Il s’agissait également d’éviter à l’entreprise d’avoir à payer la facture si l’une de ces réparations non autorisées rendait plus difficile ou plus coûteuse la réponse à une future demande d’assistance pour un appareil.

Cela dit, cela a également permis à l’entreprise de s’assurer qu’elle pouvait réduire les dépenses liées à la plupart des réparations effectuées sur ses appareils.

Le programme de réparation en libre-service met les réparations entre les mains de clients avertis, mais il maintient également la réduction d’Apple. Certains commentateurs voient cela comme un gagnant-gagnant; pour d’autres, ce n’est toujours pas suffisant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*