Alcaraz, Tsitsipas, Djokovic, bataille à trois pour la place de N.1


Qui de l’Espagnol, du Grec ou du Serbe sera N.1 mondial à l’issue de l’Open d’Australie ? Panoramic

Encore en lice à Melbourne, Stefanos Tsitsipas et Novak Djokovic peuvent prétendre au fauteuil de N.1 mondial, et Carlos Alcaraz a encore une chance de le conserver.

On connaît désormais le nom des quatre demi-finalistes de l’Open d’Australie 2023. D’un côté s’affronteront Stefanos Tsitsipas et Karen Khachanov, de l’autre Novak Djokovic et Tommy Paul. Parmi eux, seuls le Grec (actuel N.4) et le Serbe (N.5) peuvent devenir N.1 mondial à l’issue du tournoi. Un autre joueur aurait pu y prétendre s’il avait atteint la finale, mais il a été éliminé dès le deuxième tour : le Norvégien Casper Ruud. De son côté, Rafael Nadal, tenant du titre et éliminé lui-aussi dès le deuxième tour, ne pouvait en aucun cas espérer reconquérir le trône. En revanche, il reste encore une possibilité pour que l’actuel N.1, Carlos Alcaraz, conserve sa couronne. Tour d’horizon des différents cas de figure.

Carlos Alcaraz

Le jeune Espagnol (19 ans), forfait pour cet Open d’Australie, est l’actuel N.1 mondial. Il peut le rester si et seulement si le vainqueur du tournoi n’est ni Novak Djokovic, ni Stefanos Tsitsipas. Il faudra donc compter sur un exploit de Karen Khachanov ou de Tommy Paul à Melbourne pour garder le trône. Pour rappel, lorsque Alcaraz s’est hissé tout en haut du classement en septembre après sa victoire à l’US Open, il était devenu le plus jeune numéro 1 mondial de l’histoire, à 19 ans, 4 mois et 7 jours. Le précédent record appartenait à l’Australien Lleyton Hewitt, qui l’était devenu à 20 ans, 8 mois et 23 jours en 2001.

Stefanos Tsitsipas

L’équation est simple pour le Grec, qui occupe actuellement la 4e place mondiale. Il doit glaner le titre pour être propulsé N.1 mondial. Ce serait une première pour lui à 24 ans. Son meilleur classement est pour l’instant 3e. Ce serait également sa première victoire en Grand Chelem, mais pas sa première finale, puisqu’il avait atteint – et perdu – celle de Roland-Garros en 2015.

Novak Djokovic

Même cas de figure pour le Serbe : seule une victoire à Melbourne peut lui permettre de s’asseoir à nouveau sur le fauteuil de N.1 mondial. Il l’a déjà occupé pendant 373 semaines, record absolu. Loin devant Roger Federer (310), Pete Sampras (286), Ivan Lendl (270), Jimmy Connors (268) et Rafael Nadal (209).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*