Sherwin-Williams émet de gros avertissements sur les bénéfices et les ventes, se «préparera au pire» en 2023

[ad_1]

Les actions de Sherwin-Williams Co. ont chuté jeudi, après que le fabricant de peintures et de revêtements a averti d’un gros manque à gagner et de ventes en 2023, car la demande devrait s’affaiblir alors que le marché du logement reste sous pression et que le secteur industriel américain ralentit.

Stock Sherwin-Williams SHW,
-8,92%
a chuté de 8,9 % à 225,06 $, suffisamment pour en faire le SPX de l’indice S&P 500,
+1,10%
plus grand déclin. Il a subi la plus forte baisse en un jour depuis qu’il a plongé de 18,7 % le 16 mars 2020.

La société a déclaré tôt jeudi dans son rapport du quatrième trimestre qu’elle prévoyait un bénéfice par action ajusté pour 2023, qui exclut les éléments non récurrents, de 7,95 $ à 8,65 $, bien en deçà du consensus FactSet actuel de 10,07 $.

Les ventes pour 2023 devraient être stables ou tomber dans la fourchette de pourcentage à un chiffre par rapport aux 22,15 milliards de dollars enregistrés en 2022, tandis que le consensus FactSet actuel prévoit une augmentation de 3,5 % à 22,93 milliards de dollars.

« Nous voyons actuellement un environnement de demande très difficile en 2023, et la visibilité au-delà de notre premier semestre est limitée », a déclaré le directeur général John Morikis lors d’une conférence téléphonique post-bénéfice avec des analystes, selon une transcription fournie par AlphaSource/Sentio.

La faiblesse des perspectives survient alors que le marché immobilier américain devrait faire face à une « pression importante » cette année, a déclaré Morikis. Et alors que l’Europe a déjà connu un ralentissement industriel, « la même chose commence à apparaître aux États-Unis dans plusieurs secteurs ».

Étant donné que la Réserve fédérale a l’intention de ralentir la demande pour maîtriser l’inflation, Morikis a déclaré que le « scénario de base » de la société pour 2023 est de « se préparer au pire ». « Sur la base des indicateurs actuels, nous pensons qu’il s’agit des perspectives les plus réalistes à l’heure actuelle », a-t-il déclaré.

La société a également annoncé plus tôt jeudi un bénéfice net du quatrième trimestre qui est passé à 386,3 millions de dollars, ou 1,48 $ par action, contre 304,0 millions de dollars, ou 1,15 $ par action, à la même période il y a un an. Le bénéfice ajusté par action est passé de 1,34 $ à 1,89 $, dépassant le consensus FactSet de 1,86 $.

Les revenus ont été stimulés par des prix de vente plus élevés et des volumes accrus dans la région des Amériques, partiellement compensés par des volumes plus faibles dans les marques grand public et les groupes de revêtements de performance en dehors de l’Amérique du Nord.

Les ventes ont augmenté de 9,8 % pour atteindre 5,23 milliards de dollars, juste en dessous du consensus FactSet de 5,27 milliards de dollars, alors que les ventes du groupe Amériques ont augmenté de 15,7 %, les ventes des marques grand public ont chuté de 2,4 % et les ventes de revêtements de performance ont augmenté de 4,2 %.

Le coût des marchandises vendues a augmenté moins que les ventes, augmentant de 4,0 % à 3 milliards de dollars, la marge bénéficiaire brute s’étant améliorée de 39,5 % à 42,7 %.

Pour 2023, la société s’attend à ce que les coûts des matières premières diminuent dans la fourchette de pourcentage à un chiffre faible à moyen, tandis que les autres coûts, y compris les salaires, devraient augmenter dans la fourchette à un chiffre moyen à élevé.

Le titre a gagné 1,5 % au cours des trois derniers mois, mais a chuté de 20,5 % au cours des 12 derniers mois. En comparaison, le S&P 500 a gagné 6,7 % au cours des trois derniers mois et perdu 6,2 % l’année dernière.

[ad_2]

Loading

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*