Iwaya Giken révèle des visites d’observation de l’espace de vol en ballon


Une startup japonaise a annoncé mardi son intention de lancer des vols commerciaux en montgolfière dans l’espace qui, espère-t-elle, apporteront une expérience autrement astronomiquement coûteuse sur Terre.

Le PDG de la société, Keisuke Iwaya, a déclaré que les passagers n’avaient pas besoin d’être milliardaires, de suivre une formation intense ou d’avoir les compétences linguistiques nécessaires pour voler dans une fusée.

“C’est sûr, économique et doux pour les gens”, a déclaré Iwaya aux journalistes. “L’idée est de rendre le tourisme spatial accessible à tous.” Il dit vouloir « démocratiser l’espace ».

La société Iwaya Giken, basée à Sapporo dans le nord du Japon, travaille sur le projet depuis 2012 et dit avoir développé une cabine biplace étanche et un ballon capable de s’élever jusqu’à une altitude de 25 kilomètres (15 miles), où la courbe de la Terre peut être clairement vue. Bien que les passagers ne soient pas dans l’espace extra-atmosphérique – le ballon ne monte qu’à peu près au milieu de la stratosphère – ils seront plus hauts qu’un avion à réaction ne vole et auront une vue imprenable sur l’espace extra-atmosphérique.

Une startup japonaise a récemment annoncé qu’elle lancerait des vols commerciaux en ballon d’observation de l’espace.
PA

Keisuke Iwaya, PDG d'une société japonaise de développement spatial.
Le PDG de la société, Keisuke Iwaya, a déclaré que les passagers n’avaient pas besoin de suivre une formation intense pour vivre une expérience astronomique.
PA

La société s’est associée à la grande agence de voyages japonaise JTB Corp., qui a annoncé son intention de collaborer sur le projet lorsque la société sera prête pour un voyage commercial. Au départ, un vol coûterait environ 24 millions de yens (180 000 dollars), mais Iwaya a déclaré qu’il visait à le ramener à plusieurs millions de yens (des dizaines de milliers de dollars).

Alors que les entreprises spatiales japonaises ont pris du retard sur des entreprises américaines comme SpaceX, Iwaya a déclaré que son objectif était de rendre l’espace plus accessible.

SpaceX a lancé trois riches hommes d’affaires et leur escorte d’astronautes vers la Station spatiale internationale en avril pour 55 millions de dollars chacun – le premier vol charter privé de la société vers le laboratoire en orbite après deux ans de transport d’astronautes pour la NASA.


Keisuke Iwaya, à gauche, PDG d'une société japonaise de développement spatial, Iwaya Giken, et Takayuki Hanasaka.
L’entreprise travaille sur le projet depuis 2012 et affirme avoir développé une cabine biplace étanche et un ballon capable de s’élever jusqu’à une altitude de 15 milles.
PA

Keisuke Iwaya, à gauche, PDG d'une société japonaise de développement spatial, Iwaya Giken, et Takayuki Hanasaka, directeur général de JTB.
“C’est sûr, économique et doux pour les gens”, a déclaré Iwaya (à droite) aux journalistes. “L’idée est de rendre le tourisme spatial accessible à tous.”
PA

Mais contrairement à une fusée ou à une montgolfière, le vaisseau Iwaya Giken sera soulevé par de l’hélium qui peut être largement réutilisé, ont déclaré des responsables de l’entreprise, et les vols resteront en toute sécurité au-dessus du territoire ou de l’espace aérien japonais. Le premier voyage est prévu dès la fin de l’année.

Le ballon, qui peut transporter un pilote et un passager, décollerait d’un port de ballon à Hokkaido, monterait pendant deux heures jusqu’à 25 kilomètres (15 miles) et y resterait pendant une heure avant une descente d’une heure. La cabine en plastique en forme de tambour mesure 1,5 mètre (4,9 pieds) de diamètre et dispose de plusieurs grandes fenêtres pour permettre une vue de l’espace au-dessus ou de la Terre en dessous, a indiqué la société.

Les candidatures pour un tour d’observation de l’espace ont été ouvertes mardi et se poursuivront jusqu’à la fin du mois d’août. Les responsables de la société ont déclaré que les cinq premiers passagers sélectionnés seront annoncés en octobre et que les vols seront espacés d’environ une semaine, en fonction de la météo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*