la marque française Oval3 signe un partenariat avec la MLR, le championnat américain


SCAN SPORT – Après avoir décroché un partenariat avec la Ligue Nationale de Rugby, la marque a développé un jeu de rugby fantasy pour la ligue professionnelle américaine.

Vous avez sans doute entendu parler de Sorare, ce jeu de simulation dans lequel des joueurs peuvent acheter, vendre ou échanger et gérer une équipe avec des cartes de joueur numériques. Si la plateforme s’est ouverte à la MLB (championnat de Baseball) ou à la NBA, sachez qu’il existe le même principe pour le rugby. La marque française Oval3, créée par Bamg Sports, a conçu et développé un jeu nommé « Fantasy Rugby World ». Après avoir décroché les 1500 licences des joueurs de Top 14 et Pro D2 grâce à la Ligue Nationale de Rugby, la marque vient de développer un nouveau partenariat avec la MLR, le championnat professionnel américain. On vous explique.

«On a eu un super engagement»

Le but est simple. De très nombreuses cartes virtuelles – sur le modèle des cartes Panini – sont éditées avec différents types de rareté, qui amènent à des bonus plus importants dans le jeu suivant le niveau de rareté. Toutes ces cartes sont ensuite vendues en enchère avec un prix de base très bas et, derrière, c’est la communauté qui va définir le prix en fonction des enchères qu’ils sont prêts à mettre. Une fois la ou les cartes (dans un nombre limité par joueur) obtenu(es), l’utilisateur peut récupérer de l’argent réel, si, dans la réalité, son joueur réalise de bonnes performances. C’est ce que va proposer Oval3 avec son jeu de fantasy rugby. La marque a remporté la consultation lancée en octobre par la LNR pour l’attribution des licences des 1500 joueurs des deux principaux championnats français.

« C’était déjà une victoire dans le sens où c’est le marché le plus puissant dans le monde du rugby. C’était notre cible numéro 1. On a fait une première vente en décembre où on vendait une carte des trente clubs. On a eu un super engagement, plus de 5000 participants, les trente cartes sont parties à plus de 15.000 dollars avec à peu près 1000 enchères. En 24h, on a vu que le modèle fonctionnait bien », explique Tony Bouquier, le CEO de Bamg Sports, fondateur d’Oval3. Le lancement officiel du jeu se fera à la mi-mars 2023 et il faudra être malin pour dénicher la perle rare. « Certains acheteurs vont acheter en mode bourse, en monde spéculation, en se disant que ce joueur est très performant, son prix va augmenter. Ou alors, au contraire, c’est un joueur pas cher mais je pense qu’il sera bon dans le futur donc potentiellement je pourrais revendre la carte plus chère » poursuit Tony Bouquier.

La ligue américaine dans la poche

Le boss de Bamg Sports nous l’assure, des négociations sont ouvertes avec quasiment toutes les ligues professionnelles du monde. «Nous sommes très avancés. On est même en discussion avec toutes les ligues. Il y a une ligue avec laquelle ça devrait se faire rapidement. Tout avance très vite. Avec la Coupe du monde qui arrive en septembre, les ligues savent que si elles adhèrent à ça, elles auront plus de chances de développer cet engagement avec leurs fans plutôt que d’arriver après», précise Tony Bouquier. Le jeu va désormais débarquer en MLR, le championnat de rugby américain où évolue notamment l’ex-All Black Ma’a Nonu. Un championnat en plein développement avec un potentiel très intéressant pour la plateforme.

« Ce modèle de jeu vient déjà de chez eux. Il s’est développé dans les autres sports donc forcément en termes d’utilisateurs, il y avait plus de chance de trouver des utilisateurs là-bas. Ils sont plus connaisseurs des NFT, de la Crypto, donc c’est plus facile à toucher. Sur le plan rugby, les États-Unis ont obtenu les droits de la Coupe du monde 2031, un sport qu’ils essaient de développer avec une ligue de plus en plus structurée, avec de nouvelles franchises et des droits commerciaux qui évoluent ». Avec des contrats sur trois ans fixes potentiellement renouvelables six ans de plus et l’exclusivité à chaque fois, le jeu sera présent sur le long terme. Pour une fois que le rugby n’arrive pas en retard sur le terrain de l’innovation…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*