Le courtier en données Acxiom promet de ne pas collecter d’informations qui pourraient être utilisées dans des poursuites liées à l’avortement

[ad_1]

L’un des plus grands courtiers en données au monde ne collecte pas d’informations pouvant être utilisées pour des poursuites liées à l’avortement, a-t-il déclaré publiquement cette semaine – après avoir divulgué cette politique pour la première fois à Crumpe la semaine dernière.

Acxiom faisait face à une résolution d’actionnaires, que Crumpe a été la première à signaler, demandant un rapport sur les données qu’elle recueille à la lumière du droit constitutionnel à l’avortement ayant été annulé par la Cour suprême l’année dernière. Acxiom mère Interpublic Group of Cos. IPG,
+0,22%
mercredi a rendu son engagement public, affirmant qu’il ne collecte pas d’informations qui pourraient être utilisées pour aider les forces de l’ordre dans les enquêtes ou les poursuites en matière d’avortement.

« IPG et Acxiom ont toujours été les partisans d’une approche éthique de l’utilisation des données dans les entreprises », a déclaré IPG dans un communiqué publié sur son site Web. « Nous examinons et reconfirmons en permanence que ces pratiques garantissent la confidentialité des individus, en particulier à la lumière du Dobbs [v. Jackson Women’s Health Organization] décision. »

Open MIC (Media and Information Companies Initiative), le groupe de défense des investisseurs qui poussait la résolution des actionnaires, avait discuté avec Acxiom et IPG de la question. Le directeur du groupe a déclaré la semaine dernière que la société n’avait pas partagé le même niveau d’informations avec le groupe qu’elle avait partagé avec Crumpe pour l’histoire originale.

« Nous leur avons donné plusieurs occasions de le dire eux-mêmes, et ils ne feraient pas de déclaration publique », a déclaré Michael Connor, directeur exécutif d’Open MIC, à Crumpe la semaine dernière. Il a également déclaré que les discussions de son groupe avec les entreprises n’avaient pas été « productives ».

Étant donné qu’IPG a maintenant suivi en déclarant publiquement qu’Acxiom ne collecte pas d’informations personnellement identifiables liées à des lieux sensibles tels que les cliniques d’avortement, ni ne collecte de données d’achat granulaires, Open MIC a retiré sa proposition.

« En tant que courtier de données mondial de premier plan, Acxiom a le pouvoir d’établir une norme industrielle pour la protection des données sensibles sur la santé reproductive », a déclaré Connor dans un communiqué. « Nous sommes ravis de voir IPG partager publiquement ses engagements. Il est clair que les actionnaires peuvent influencer positivement les pratiques des entreprises. »

Acxiom a déclaré avoir une portée mondiale de 2,5 milliards de consommateurs, ce que Open MIC a cité dans sa résolution proposée comme raison de son inquiétude.

Deux douzaines d’États ont interdit l’avortement ou envisagent une interdiction depuis la décision Dobbs en juin, selon l’Institut Guttmacher, un groupe de réflexion qui soutient le droit à l’avortement.

[ad_2]

Loading

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*