Critique de “The Machine”: la comédie d’action de Bert Kreischer est à la hauteur

[ad_1]

on m’a d’abord présenté Bert Kreischer‘s “Machine” pendant ma pause de Thanksgiving à l’université. Mon ami a versé des coups de vodka russe authentique et pendant que nous nous prélassions, il a décidé de me montrer, à moi et à un autre ami, le morceau de Kreischer. J’ai toujours aimé la comédie stand-up, mais la façon dont Kreischer racontait des histoires et me faisait rire était vraiment quelque chose de spécial. Le lendemain, j’ai regardé les deux émissions spéciales de Kreischer sur Netflix et je suis très vite devenu fan de lui. Pour ceux qui ne connaissent pas la légende de The Machine, l’histoire est que Kreischer a fait la fête aux côtés de la mafia russe alors qu’il était étudiant en échange, ce qui l’a amené à voler un train avec une bande de gangsters.

VIDÉO Crumpe DU JOURFAITES DÉFILER POUR CONTINUER AVEC LE CONTENU

Lorsqu’il a été annoncé que Kreischer ferait ses débuts au cinéma avec La machine, j’étais évidemment extrêmement excité. Dirigé par Pierre Atencioqui a fait le très sous-estimé Clé et Peele film Keanu, et co-vedette Marc Hamil en tant que père de Kreischer, c’était cool de voir Kreischer avoir la chance de raconter cette histoire sur grand écran. Malheureusement, pendant un certain temps, il a semblé que le film risquait d’être mis de côté en raison de la guerre russo-ukrainienne. Cela a conduit Kreischer à prendre les choses en main. Il a “divulgué” la bande-annonce et la réponse positive a conduit Legendary Pictures à s’associer à Sony pour sortir le film.

Dans La machine, Kreischer joue une version romancée de lui-même. Tout comme son homologue réel, il est devenu célèbre en racontant son histoire Machine sur scène, ce qui l’a amené à conclure des accords de merchandising, à apparaître dans des talk-shows de fin de soirée et à co-animer le podcast très réussi. 2 ours 1 grotte avec son meilleur ami Tom Segura. Au début du film, Kreischer a connu des moments difficiles. Sa fête est devenue complètement incontrôlable, au point qu’il a diffusé en direct sa fille de 16 ans, Sasha (Jessica Gabor) se faire arrêter, et il a annulé sa tournée de stand-up en raison de “problèmes familiaux”. Alors qu’il organise une fête de seize ans pour Sasha, Kreischer est agacé par l’apparition de son père Albert (Hamill) avec qui il entretient une relation tendue. Les plans de la fête s’arrêtent rapidement quand Irna (Iva Babic), la fille d’un seigneur du crime russe, emmène le père et le fils en Russie pour récupérer quelque chose que Kreischer a volé à son père pendant ses années d’université.

CONNEXES: Bert Kreischer sur “The Machine” et pourquoi il n’était pas autorisé à faire des interviews torse nu


“La machine” démarre lentement avant d’accélérer le rythme

Image via des images légendaires

L’un des aspects qui ressort le plus de La machine c’est à quel point il fait noir. Ce n’est pas aussi souvent hilarant qu’on pourrait s’y attendre pour les débuts au cinéma d’un comédien de stand-up. En fait, lorsque nous rencontrons Kreischer pour la première fois dans le film, il n’est pas comme la personne que nous avons vue faire du stand-up ou sur des podcasts. Il est en fait carrément antipathique et un naufrage absolu qui détruit toutes les relations positives qu’il a. Cela rend tout le premier acte du film rugueux. Presque tous les one-liners et les blagues tombent complètement à plat et rendent le film extrêmement gênant. Le rythme des 30 premières minutes est lent et m’a fait redouter le reste de la durée de près de deux heures du film.

Une fois que les personnages arrivent en Russie, La machine devient sensiblement plus agréable. Les blagues ne sont toujours pas aussi fréquentes ou efficaces que les fans pourraient le souhaiter, mais l’action est étonnamment bien tournée et chorégraphiée. Il n’y a pas beaucoup de coupes rapides et Atencio permet à la violence de se jouer vraiment. Il ose même devenir un peu grossier aussi. Ce n’est pas non plus un film moche à regarder non plus en tant qu’Atencio et directeur de la photographie Eigil Bryld donner au film un aspect étonnamment très cinématographique, surtout une fois que les personnages visitent la Russie. Des palais grandioses occupés par des gangsters, aux villages pittoresques et au train, sur le plan technique, le film est plus que compétent.

Kreischer apporte son personnage sur scène au film pour le meilleur et pour le pire, car il nie parfois lorsque le film essaie d’avoir des moments plus calmes. Il joue lui-même comme un Homer Simpson-type. Il est lourdaud, un peu dense, mais à la fin de la journée, il a toujours un bon cœur. Hamill est également utile dans son rôle, mais malheureusement, Kreischer et lui n’ont pas vraiment beaucoup de chimie l’un avec l’autre et se sentent comme un couple dépareillé. Jimmy Tatro est crédible dans son rôle de jeune Bert. Il est capable de capturer beaucoup de ses manières et de son timing comique. Cependant, la vraie vedette du film est Babic en tant qu’Irina qui joue à la fois une femme fatale badass et est capable de livrer des doublures vraiment hilarantes. Babic travaille également extrêmement bien aux côtés de Kreischer. Leurs plaisanteries entre eux sont au centre des meilleurs moments du film où Kreischer doit retirer un éclat d’obus de sa jambe.

‘La machine’ est légère sur les blagues

Bert Kreischer allumant un cigare avec un fusil d'assaut dans The Machine
Image via Sony

Certes, La machine dure beaucoup trop longtemps, surtout pour une comédie. Juste au moment où vous pensez que le film est sur le point d’atteindre sa conclusion, il décide de continuer pendant 30 minutes supplémentaires. Les blagues ne sont toujours pas assez fréquentes non plus et la plupart du temps, le film tente d’être drôle en laissant tomber une ligne ou deux, il est loin d’être aussi efficace qu’il devrait l’être. De plus, le rythme se sent partout. Il y a une intrigue secondaire dans les flashbacks du film concernant une romance potentielle entre un jeune Kreischer et un camarade de classe qui ne va nulle part et n’ajoute pas grand-chose au film, d’autant plus que le personnage de Kreischer est déjà marié à une autre femme. De plus, vous ne vous sentez jamais vraiment émotionnellement attaché aux personnages, car le film lutte entre un humour plus mesquin et cynique avec des moments censés être sincères qui se sentent plutôt maladroits et déplacés.

C’est vraiment formidable de revoir une comédie comme celle-ci sur grand écran et la capacité de Kreischer à commercialiser ce film est un exploit en soi. La machine a suffisamment d’atouts en sa faveur pour justifier une recommandation aux fans de la comédie stand-up de Kreischer, mais d’autres membres du public peuvent sortir en se sentant vides.

Notation: B-

La machine joue maintenant dans les salles.

[ad_2]

Loading

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*