Critique de ‘The Old Oak’: l’agitation de Ken Loach si la chronique schématique d’un choc culturel dans une petite ville


Le réalisateur britannique Ken Loach a toujours pris le pouls de la situation socio-économique latente de son pays, en particulier en ce qui concerne le sort de la classe ouvrière. Il n’est donc pas surprenant que pour son dernier long métrage – le 27e pour le cinéaste de 86 ans, qui a réalisé son premier film, Pauvre vachetout le chemin du retour en 1967 – il a décidé de s’attaquer à deux problèmes non seulement au premier plan de la politique britannique, mais aussi de la plupart de l’Europe et des États-Unis.

Compatissant bien qu’un peu schématique parfois, Le vieux chêne est une histoire tirée des gros titres sur l’arrivée de réfugiés syriens dans une ville ouvrière défaillante du nord de l’Angleterre, et la colère qu’elle provoque chez certains habitants à la recherche d’un bouc émissaire sur lequel épingler leurs problèmes. On pourrait faire pratiquement le même film sur les Centraméricains arrivant au Texas, ou sur les Africains subsahariens arrivant en France, tant l’immigration et la xénophobie font partie de la culture occidentale contemporaine — même si historiquement parlant, c’est comme ça depuis un bon siècle, si pas plus.

Le vieux chêne

L’essentiel

Compatissant et significatif, bien qu’un peu facile.

Lieu: Festival de Cannes (Compétition)
Jeter: Dave Turner, Ebla Mari, Claire Rodgerson, Trevor Fox, Chris McGlade
Directeur: Ken Loach
Scénariste : Paul Laverti

1 heure 53 minutes

Ce que Loach ajoute à ce scénario, comme il l’a fait dans la plupart de ses films, c’est une intimité naturelle qui va au-delà des enjeux pour apporter quelque chose d’humain et d’émotionnel à la table. Dans ses meilleurs moments, Le vieux chêne frappe ces notes puissantes sans tirer trop fort sur votre cœur, avec des performances vécues d’une distribution non professionnelle, y compris quelques acteurs qui étaient dans les films les plus récents du réalisateur. Après près de six décennies derrière la caméra, Loach a sa méthode, racontant des histoires simples qui abordent des sujets difficiles et pertinents, mais le faisant d’une manière qui semble organique à un cadre spécifique.

Dans ce cas, ce décor est une ville ouvrière en déclin à l’extérieur de Durham où, dans une scène d’ouverture composée de photos en noir et blanc, des réfugiés syriens ont été transportés par bus pour commencer une nouvelle vie, provoquant la colère des indigènes. Les nouveaux arrivants incluent Yara (Elba Mari), qui, contrairement aux autres femmes avec elle, parle un anglais correct et ne porte pas de hijab. Elle est aussi une photographe en herbe – les photos d’ouverture étaient les siennes – et lorsqu’un citadin en colère casse son appareil photo, le propriétaire du pub local, TJ (Dave Turner, qui était à la fois lauréat de la Palme Moi, Daniel Blake et Désolé de vous avoir manqué), intervient pour l’aider.

Beaucoup de Le vieux chêne – qui est le nom du pub délabré de TJ – suit l’amitié naissante entre la jeune et combative Yara, qui essaie de se refaire une vie dans un pays étranger, et TJ, un habitant vieillissant qui a perdu tout espoir dans un endroit sur le au bord de l’effondrement. Le contraste est un peu facile, et il y a trop de scènes où Yara ou TJ font de courts discours sur leurs difficultés – Loach est meilleur quand il montre au lieu de dire, permettant aux situations de parler d’elles-mêmes.

Mais la force de l’installation ici est indéniable, surtout lorsque TJ décide de rouvrir l’arrière-boutique de son pub afin d’offrir des repas gratuits aux Syriens et aux locaux en difficulté. L’idée, comme on nous le dit à plusieurs reprises, a été inspirée par les repas autrefois préparés pour les grévistes et leurs familles lors des bouleversements sociaux du passé, lorsque tout le monde dans la ville vivait de la mine. Ces jours d’action collective sont révolus depuis longtemps, amenant un groupe d’habitués blancs de la classe ouvrière à rejeter le plan de TJ par racisme et patriotisme autodestructeur.

Alors que les scènes de fanatisme parmi les amateurs de pub peuvent sembler quelque peu exagérées, même si elles reflètent probablement la réalité, celles entre TJ et Yara peuvent être extrêmement touchantes. Peut-être le moment le plus déchirant de Le vieux chêne C’est quand, après que le chien prisé du solitaire TJ a été tué par un pit-bull en liberté, Yara et sa mère se présentent avec un repas syrien fait maison pour le réconforter. La façon dont Turner joue cette scène, assis à table comme un homme brisé, m’a fait monter les larmes aux yeux comme aucun autre film à Cannes cette année.

Travailler avec le scénariste Paul Laverty, qui est le scribe de confiance de l’auteur depuis La chanson de Carla en 1996, Loach atteint de tels sommets émotionnels à travers un récit à combustion lente qui met en place tous les conflits et les fait ensuite se dérouler aussi naturellement que possible. C’est réaliser avec un “d” minuscule, comme s’il capturait la vraie vie telle qu’elle s’est déroulée, avec le directeur de la photographie Robbie Ryan (Miel américain) ajoutant une dose de chaleur et de couleur au cadre terne de la ville.

En plus de la scène des repas – et il y a quelques repas de ce type servis dans un film où manger collectivement est un signe de solidarité politique – l’autre qui m’a attiré, c’est quand Yara accompagne TJ pour ramasser des distributions de nourriture à la cathédrale voisine de Durham. Au-delà de quelques discours inutiles qui s’y produisent également, Loach montre simplement le jeune réfugié découvrant pour la première fois la beauté du monument britannique, debout un instant pour admirer une pratique de chorale. Mari, qui fait ses débuts à l’écran, est lumineuse dans cette séquence (comme elle l’est dans beaucoup d’autres), et pour un film centré sur un choc culturel majeur, Le vieux chêne reste plein d’espoir dans sa vision de la façon dont la culture peut aussi nous rassembler.

Crédits complets

Lieu : Festival de Cannes (Compétition)
Production companies: Sixteen Films, Why Not Productions, Goodfellas, BFI, Crumpe Film, Les Films du Fleuve, France 2 Cinéma, Canal +, France Télévisions, Le Pacte, Cinéart, Ciné + VOO, Be tv, Casa Kafka Pictures
Cast: Dave Turner, Ebla Mari, Claire Rodgerson, Trevor Fox, Chris McGlade, Col Tait, Jordan Louis
Réalisateur : Ken Loach
Scénariste : Paul Laverty
Productrice : Rebecca O’Brien
Executive producers: Pascal Caucheteux, Grégoire Sorlat, Vincent Maraval
Directeur de la photographie : Robbie Ryan
Chef décorateur : Fergus Clegg
Costumière : Joanne Slater
Éditeur : Jonathan Morris
Compositeur : George Fenton
Directrice de casting : Kahleen Crawford
Ventes : Les Affranchis

1 heure 53 minutes



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*