Gary Kent, cascadeur légendaire de séries B, acteur et réalisateur, décède à 89 ans

[ad_1]

Gary Kent, cascadeur, acteur et réalisateur emblématique de la série B qui a travaillé avec Peter Bogdanovich, Richard Rush et Monte Hellman et qui a inspiré le personnage de Brad Pitt dans Quentin Tarantino Il était une fois à Hollywood, est mort. Il avait 89 ans.

Kent est décédé jeudi soir dans un établissement de soins assistés à Austin, a déclaré son fils Chris Kent Le journaliste hollywoodien.

Kent a subi deux de ses blessures les plus douloureuses en tant que cascadeur dans les films Rush. Il s’est tranché le bras sur du verre brisé lors d’un fracas de barfight à Hells Angels sur roues (1967) et a été renversé par une moto hors de contrôle en Les sept sauvages (1968), où il partage des scènes avec Penny Marshall.

Sa carrière de cascadeur d’un demi-siècle s’est terminée sur le tournage de Bubba Ho-Tep (2002) lorsqu’il a dégringolé une colline et s’est blessé à la jambe, mais il a continué en tant que coordinateur de cascades, travaillant aussi récemment qu’en 2019 sur Terroristes sexuels sur roues.

L’aimable Kent a joué un ouvrier du réservoir d’essence (et s’est occupé des effets spéciaux) pour le lancement de carrière de Bogdanovich Cibles (1968) et était un voyou (et a fait des cascades de feu) dans Rush’s Psych-Out (1968), un tueur à gages dans Les diables sanglants de l’enfer (1970), motocycliste à L’incroyable greffe à 2 têtes (1971) et un violeur dans Femmes sauvages des anges (1971).

Tarantino a interviewé Kent alors qu’il préparait son scénario pour Il était une fois à Hollywood (2019), selon Joe O’Connell, qui a réalisé Dieu du dangerun documentaire astucieux sur Kent sorti en 2018.

Dans le film de Tarantino, Pitt a dépeint le charismatique Cliff Booth, un doublé de l’acteur en déclin de Leonardo DiCaprio, Rick Dalton, dans un virage oscarisé.

Gary Kent (à gauche) avec son collègue cascadeur Chuck Bail

Avec l’aimable autorisation de Joe O’Connell

Gary Warner Kent est né le 7 juin 1933 dans un ranch à Walla Walla, Washington, et a grandi à environ quatre heures au nord à Renton, Washington. Il a fréquenté la Renton High School et l’Université de Washington, où il a étudié le journalisme et a été quart-arrière suppléant et sauteur à la perche pour les Huskies.

Kent a quitté l’université pour entrer dans l’US Naval Air Force et a été affecté à Corpus Christi, au Texas. Là, il s’est occupé de la publicité pour le célèbre escadron de démonstration en vol des Blue Angels et a joué sur les scènes locales. Il a ensuite déménagé à Houston et a écrit, réalisé et joué dans les théâtres Alley et Playhouse.

Kent est venu en bus à Los Angeles en 1958 et a travaillé dans des bureaux de production cinématographique tout en décrochant des rôles dans des films, notamment Légion des condamnés (1958), Roi des étalons sauvages (1959), Flamme de combat (1959), Les tueurs de sensations fortes (1964) – en tant que psychopathe – et Ted V. Mikels Le Klan noir (1966).

Sa carrière a décollé lorsqu’il a convaincu Jack Nicholson de l’embaucher pour deux westerns dirigés par Hellman tournés l’un après l’autre en 1966 à Kanab, dans l’Utah. Rouler dans le tourbillon et La fusillade.

Il a doublé pour Nicholson dans ces films, impressionnant l’acteur par sa volonté de tomber d’un cheval sans utiliser de plateformes d’atterrissage.

Dans les films de 1969, Kent a brandi une hache dans Un million de CA/CC et a frappé son ami et collègue cascadeur John “Bud” Cardos dans Les sadiques de Satan.

Alors qu’il tournait des films à petit budget au Spahn Ranch dans la vallée de San Fernando, il a rencontré Charles Manson et des membres de sa «famille», dont il s’est assuré de parler à Tarantino.

Derrière la caméra, Kent a été assistant réalisateur sur Al Adamson’s Dracula contre Frankenstein (1971) et a été directeur de production unitaire sur Fantôme du paradis (1974), réalisé par Brian De Palma.

Après avoir été envoyé à Dallas pour diriger un film dont le financement a échoué, il est resté pour écrire et réaliser le drame new age La pyramide (1976). Le film a été inclus dans le livre récent TCM Underground : 50 films incontournables du monde du culte classique et du cinéma de fin de soirée.

Kent a également écrit et réalisé Amis des jours de pluie (1985), qui mettait en vedette un autre de ses grands copains cascadeurs, Chuck Bail – il a joué le coordinateur des cascades dans le film acclamé de Rush Le cascadeur – et Esai Morales en tant que patients atteints de cancer.

Gary Kent

Gary Kent (à droite) avec John “Bud” Cardos en 2019

Avec l’aimable autorisation de Joe O’Connell

Kent a continué à jouer jusque dans ses 80 ans dans des films indépendants. Sur une affiche pour Dieu du dangeril porte un T-shirt qui dit : « Les cascadeurs n’ont pas peur de la mort, ils la défient !

Ses mémoires, Shadows & Light : Voyages avec des hors-la-loi dans le Hollywood révolutionnairea été publié en 2009.

Kent s’est marié quatre fois. Les survivants comprennent ses enfants, Chris, Greg, Colleen, Andrew, Alex et Michael, et ses petits-enfants, Ethan, Nicolette, Timothy et Hannah.

Dans une interview de 2018 avec La Chronique d’AustinKent a déclaré qu’il avait eu la chance d’avoir travaillé à «l’âge d’or des cascadeurs».

“CGI a vraiment changé les choses”, a-t-il déclaré. «Je viens de faire un film en tant que coordinateur de cascades, et ils n’avaient pas l’argent pour embaucher des cascadeurs. Ils avaient des combats dans le scénario, alors j’ai demandé aux acteurs si l’un d’entre eux avait déjà fait des cascades. Ils ont tous levé la main, mais aucun d’entre eux n’avait vraiment fait de cascades auparavant. Peut-être qu’ils ont jeté un verre d’eau ou quelque chose comme ça, mais une cascade consiste à faire rouler des voitures ou à faire des chutes hautes. C’est difficile. De nos jours, chaque acteur pense qu’il est un cascadeur.



[ad_2]

Loading

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*