« Il y a un problème de vessie !», Noah ironise sur les pause-pipi des stars du tennis


LE SCAN SPORT – Le dernier vainqueur français de Roland-Garros s’est moqué du recours très fréquent aux pause-pipi sur les courts ces dernières années.

Yannick Noah était présent samedi à Roland-Garros pour la journée qui lui était consacrée. L’ancien n°1 français s’est notamment produit en concert devant un court Philippe-Chatrier très rempli et va inaugurer ce dimanche dans le stade parisien une fresque en souvenir de sa victoire en 1983. Le dernier vainqueur français du tournoi s’est aussi prêté au jeu des questions réponses avec les médias, l’occasion d’aborder un sujet un peu sensible dans le tennis actuel : les pauses des joueurs pendant les rencontres.

Pause vestiaire, pause kiné, pause toilettes, pause médecin, celles-ci se multiplient au fil du temps, ce qui a pour effet d’allonger les matches tout en coupant le rythme. Une habitude que Yannick Noah a commenté avec un humour piquant, visiblement agacé par cette mode récente. « Non, je pense que les joueurs aujourd’hui ont des plus petites vessies. (Rires) Je ne vois pas autre chose. Je te parle des minimes jusqu’à mon dernier match, je n’ai jamais eu envie de pisser sur le court. Tu transpires, tu pisses avant. Je n’ai jamais eu envie de pisser. (Rires) Il y a donc un problème de vessie. Il y a déjà des problèmes mentaux, des problèmes de vessie», a d’abord commenté l’ancien capitaine des Bleus en Coupe Davis.

Je ne veux pas être le vieux con qui vient raconter… Par contre, on peut vraiment vérifier ensemble ce problème de vessies.

Yannick Noah

Noah reconnaît pourtant que l’appel au médecin ou au kiné peut-être légitime dans certains cas. «Le kiné… Un match difficile, il y a un moment où l’aspect physique est important. Le gars est fatigué à un moment. Un gars en pleine forme, il n’a pas besoin du kiné. Il y a la fatigue à un moment qui fait que tu as besoin d’aide, un petit message, un petit stretching, bah oui !», ajoute-t-il, regrettant toutefois des abus et le cinéma de la part de certains joueurs. «C’est sans fin après. Si je te domine physiquement, ça fait partie du jeu. Si tu te blesses… Je pense sincèrement que dans 95 % des cas, ils ne sont pas blessés, ils reprennent. C’est donc vraiment pour casser le rythme du match. Or, le rythme du match, c’est essentiel», a détaillé le chanteur de 63 ans finissant son propos sur une nouvelle note amusante : «Je ne veux pas être le vieux con qui vient raconter… Par contre, on peut vraiment vérifier ensemble ce problème de vessies. (Rires).»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*