les Warriors réduisent l’écart, les Lakers craignent une blessure pour Anthony Davis

[ad_1]

Mercredi, les coéquipiers de Curry ont battu les Lakers (121-106) et réduisent l’écart à trois victoires à deux.

Les Warriors, ressoudés collectivement autour de Stephen Curry, ont réduit l’écart à trois victoires à deux mercredis en demi-finale de conférence Ouest de la NBA face aux Lakers (121-106), qui ont déploré la sortie sur blessure d’Anthony Davis, victime d’un coup de coude à la tempe.

Les Knicks, qui sont également dos au mur, en ont fait de même contre le Heat (112-103), grâce à 38 points de Jalen Brunson. Golden State et New York doivent à présent l’emporter à Los Angeles et Miami vendredi, pour rester en vie dans ces play-offs et ensuite disputer un match N.7 décisif, à nouveau sur leur parquet dimanche.

Le chemin est donc encore long avant de pouvoir renverser la situation après avoir été mené 3 à 1, chose qui s’est produite à treize occasions dans l’histoire. Les Warriors de Steve Kerr y étaient d’ailleurs parvenus en 2016 aux dépens d’Oklahoma City, avant de subir le même sort en finale face aux Cavaliers de LeBron James.

En attendant, Golden State a mis du cœur à l’ouvrage pour retrouver un peu d’allant mercredi, à l’image de Draymond Green, remonté comme une pendule et qui a donné le tempo, en inscrivant 8 de ses 20 points dans les quatre premières minutes (10 rebonds, 2 interceptions).

«AD» en fauteuil roulant

Andrew Wiggins a aussi été un lieutenant particulièrement valeureux (25 pts) de Curry, qui a tout de même fini meilleur marqueur de son équipe avec 27 points dont 9 dans le dernier quart-temps, pour éteindre les velléités de come-back des Lakers qui ont compté jusqu’à 18 unités de retard au milieu du précédent.

Plus que la défaite, au cours d’un match où ils ont le plus souvent subi l’agressivité du champion en titre, qui l’a joué le mors aux dents, c’est le sort de Davis qui est de nature à inquiéter L.A. pour la suite. Car l’ailier (23 pts, 9 rebonds) a dû quitter ses coéquipiers à sept minutes de la fin, après avoir reçu un coude de coude involontaire à la tempe droite de la part de Kevon Looney. Peinant à marcher seul vers le vestiaire pour effectuer des examens, pour une possible commotion cérébrale, il a fini ce chemin sur un fauteuil roulant. Après le match, son entraîneur Darvin Ham a dit qu’après «avoir pris un coup à la tête, ‘AD’ semble déjà aller très bien».

Les 48 prochaines heures devront confirmer ces mots teintés d’optimisme, car sans leur pivot, ultra-dominant dans les raquettes depuis le début des play-offs, les Lakers seraient considérablement amoindris, même s’ils peuvent compter sur leur leader LeBron James, encore très présent (25 pts, 9 rebonds).

Butler contenu

Plus tôt, les Knicks, tractés par Jalen Brunson, ont aussi retrouvé quelques couleurs, en parvenant enfin à forcer le verrou défensif du Heat, tout en limitant l’impact de Jimmy Butler (19 pts à 5/12 aux tirs, 9 passes). Le scénario a pourtant été inverse au premier quart-temps, bouclé 24-14 en faveur de Miami. Mais RJ Barrett (26 pts) et Julius Randle (24 pts) ont répondu présent offensivement, au relais de Brunson, toujours aussi adroit (12/22, 9 rbds, 7 passes). Tant et si bien que NY s’est détaché dans les deux périodes suivantes, comptant jusqu’à 19 unités d’avance.

«Nous ne nous sommes pas découragés malgré leur grosse entame. Nous avons continué à nous battre», a résumé le meilleur scoreur new-yorkais. Pas de quoi cependant éteindre la flamme du Heat, qui n’abandonne jamais, même quand la défaite semble inéluctable. Et sous l’impulsion du vétéran Kyle Lowry (9 pts), auteur de deux banderilles primées au début du dernier quart-temps, ainsi que de Duncan Robinson, autre artilleur en réussite derrière l’arc (5/10 pour 17 pts), le finaliste 2020 a réussi à se rapprocher à deux points (103-101) à deux minutes et demie du buzzer.

Les Knicks n’ont finalement pas craqué sous la pression, à l’image de RJ Barrett parvenu à maintenir, de sang-froid, aux lancers francs, suffisamment d’écart pour décourager les ultimes velléités floridiennes, par ailleurs guère inspirées dans les dernières secondes.

[ad_2]

Loading

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*