Un enfant en bas âge en Corée du Nord et ses parents emprisonnés à vie après avoir été surpris avec la Bible


Un Nord-Coréen de deux ans a été condamné à la prison à vie après que les autorités ont trouvé une Bible en possession des parents du tout-petit, alors que le régime totalitaire continuait à « exécuter » et à « torturer » les fidèles religieux.

Pas moins de 70 000 chrétiens sont emprisonnés en Corée du Nord, selon un nouveau rapport international sur la liberté religieuse du département d’État américain.

Les conclusions ont souligné les mesures punitives brutales régulièrement infligées par le guide suprême Kim Jung Un.

Les personnes prises avec une copie de la Bible en Corée du Nord risquent la peine de mort, tandis que leurs familles – y compris les enfants – sont condamnées à la prison à vie.

Le rapport mettait en lumière l’emprisonnement en 2009 d’une famille en raison de ses pratiques religieuses et de la possession d’une Bible par ses parents.

Toute la famille, y compris un bébé de deux ans, a été condamnée à perpétuité dans des camps de prisonniers.

« Le droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion [in the DPRK] continue également d’être nié, aucun système de croyance alternatif n’étant toléré par les autorités », a déclaré le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, en juillet dernier.

Guerres a écrit que la situation en Corée du Nord n’a pas changé depuis un rapport sur les droits de l’homme de 2014, qui a conclu que les autorités “niaient presque complètement les droits à la liberté de pensée, de conscience et de religion” et que le gouvernement violait fréquemment les violations des droits de l’homme qui constituaient des crimes contre l’humanité.

Une femme et un enfant agitent le drapeau national de la Corée du Nord à Pyongyang le 8 mars.
AFP via Getty Images

Le rapport de 2022 a révélé que le gouvernement nord-coréen a continué à “exécuter, torturer, arrêter et maltraiter physiquement des personnes pour leurs activités religieuses”.

Les restrictions de voyage liées à la COVID-19 à l’époque de la pandémie ont également réduit les informations disponibles sur les conditions, ce qui a incité le Département d’État à travailler avec des organisations non gouvernementales (ONG), des groupes de défense des droits de l’homme et l’ONU pour confirmer les allégations d’abus.

Bien qu’un petit nombre d’institutions religieuses officiellement enregistrées existent en Corée du Nord, y compris des églises, elles opèrent sous un contrôle strict de l’État et fonctionnent en grande partie comme des pièces maîtresses pour les touristes étrangers, selon les responsables.


Peuple nord-coréen devant l'église protestante de Chilgol, province de Pyongan, Pyongyang, Corée du Nord le 20 avril 2008.
Des Nord-Coréens devant l’église protestante de Chilgol à Pyongyang le 20 avril 2008.
Corbis via Getty Images

En octobre 2021, l’ONG Korea Future a publié un rapport détaillant les atteintes à la liberté religieuse après avoir interrogé 244 victimes.

Parmi les victimes interrogées, 150 adhéraient au chamanisme, 91 au christianisme, une au cheondoïsme et une à d’autres croyances.

Les victimes étaient âgées de seulement deux ans à plus de 80 ans et les femmes et les filles représentaient plus de 70 % des victimes documentées.

Le rapport a révélé que le gouvernement nord-coréen accusait des individus de se livrer à des pratiques religieuses, de mener des activités religieuses en Chine, de posséder des objets religieux, d’avoir des contacts avec des personnes religieuses et de partager des croyances religieuses.

En conséquence, des personnes ont été arrêtées, placées en détention, soumises à des travaux forcés et torturées.

Beaucoup se sont également vu refuser un procès équitable et ont été victimes de violences sexuelles et d’exécutions publiques.


Des soldats nord-coréens patrouillent à côté de la barrière frontalière près de la ville de Sinuiju, en face de la ville frontalière chinoise de Dandong, le 10 février 2016.
Des soldats nord-coréens patrouillent à côté de la barrière frontalière près de la ville de Sinuiju, en face de la ville frontalière chinoise de Dandong, le 10 février 2016.
AFP via Getty Images

Un transfuge a déclaré à Korea Future que les autorités avaient battu des fidèles chrétiens et chamaniques en détention, leur avaient donné de la nourriture contaminée et les avaient arbitrairement exécutés.

Un autre a déclaré qu’en 2002, les autorités avaient refusé de la nourriture à un chrétien, le faisant mourir dans les trois jours.

Un prisonnier qui a été libéré en 2020 a déclaré à Radio Free Asia (RFA) que les autorités soumettaient les chrétiens aux traitements les plus durs et qu’une fois les autorités les avaient forcés à rester debout pendant 40 jours d’affilée, ce qui avait fait perdre aux détenus la capacité de s’asseoir.

Les chrétiens sont considérés comme le plus bas échelon de la société nord-coréenne et sont constamment “vulnérables et en danger”, selon le rapport.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*