durant deux jours, la belle fête du rugby français à Saint-Sébastien


Les fervents supporters du Stade Rochelais au Stade d’Anoeta. AFP / GAIZKA IROZ

HUMEUR – Les supporters des quatre équipes, mais aussi les amateurs de ballon ovale, ont fait la fête du rugby ce week-end au Pays basque.

Envoyé spécial à Saint-Sébastien

Au début, beaucoup se posaient la question. «Mais pourquoi donc disputer les demi-finales du Top 14 à Saint-Sébastien ?» Interrogation légitime. Mais les raisons sont finalement simples : plusieurs enceintes sont en cours de préparation pour la Coupe du monde qui arrivent début septembre. Mais surtout, la ville de Saint-Sébastien avait pris les devants et présenté un dossier de candidature à la Ligue nationale de rugby, qui y a répondu favorablement. Pour une véritable fête du rugby pendant deux jours. Les supporters ont en effet répondu favorablement à cette initiative et investi massivement les rues de la cité basque et les travées du stade d’Anoeta.

«Je trouve que c’est toujours agréable d’aller dans un stade un peu nouveau et différent, ça c’est évident. C’est aussi ça, les phases finales : changer de notre quotidien. Et c’est aussi ce que le rugby permet de vivre», avait apprécié Ugo Mola, le manager toulousain. Un enthousiasme partagé par Laurent Travers du Racing 92 : «On voit que c’est un pays qui aime le foot mais le sport aussi plus globalement. Ils aiment le sport, mais aussi profiter, s’amuser. On l’a vu à Barcelone et à Bilbao, il y avait une ambiance qui était telle que cela transcende l’ensemble des joueurs. C’est bien pour le sport et pour le rugby.»

Biarritz et Bayonne habitués des lieux

Si l’enceinte de Saint-Sébastien reçoit habituellement les footballeurs de la Real Sociead, elle accueille aussi souvent des matches de rugby, avec les délocalisations des voisins basques du Biarritz Olympique (dès 2006) et de l’Aviron Bayonnais. Cette fois, la réussite de la LNR est d’avoir su attirer des fans de Toulouse, La Rochelle ou Bordeaux qui viennent d’un peu plus loin. Mais qui ont su enflammer durant deux jours la Reale Arena qui a le grand avantage d’être située en plein centre-ville, à deux pas des bars à tapas. Cris, chants, drapeaux… L’ambiance était au rendez-vous au Pays basque.

Mais la Ligue n’en était pas à sa première délocalisation en Espagne. Déjà, en 2016, la finale qui avait vu la victoire du Racing 92 sur le RC Toulon avait eu lieu au Camp Nou de Barcelone, parce que les stades du territoire français étaient pris pour l’Euro de foot. Une initiative couronnée de succès : l’enceinte catalane avait fait le plein et accueilli 100.000 personnes. Des supporters de tous les clubs, des amateurs de rugby venus des quatre coins de l’Hexagone, qui y avaient une occasion d’aller passer un week-end en Catalogne.

Ce week-end, cela a également été le cas à Saint-Sébastien puisqu’on a pu croiser entre autres des maillots de Clermont ou de Perpignan, qui n’étaient pourtant pas invités dans le dernier carré. Mais beaucoup de passionnés du ballon ovale avaient pris les devants pour venir faire la fête du rugby au Pays basque. Une fête réussie. Qui en appelle d’autres ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*