confirmations pour Marchand et Grousset qui portent une équipe de France historique

[ad_1]

Léon Marchand et Maxime Grousset représentent l’avenir de la natation française. Panoramic.

Les deux spécialistes du papillon ont remporté les quatre titres de l’équipe de France lors de ces Mondiaux de Fukuoka et signent une première dans l’histoire.

«Allons enfants de la patrie, le jour de gloire est arrivé.» A Fukuoka, le jour de gloire s’est transformé en journées dorées. La Marseillaise a retenti à quatre reprises dans cette enceinte japonaise de 10 000 places. Une première – ou presque – dans l’histoire des Mondiaux pour l’équipe de France.

Marchand, la lumière et l’espoir

Il était attendu. Il est venu. Il a vaincu. Pour sa première course des championnats, Léon Marchand s’est facilement imposé lors du 400m 4 nages. Une victoire en 4’02’’50 et un record du monde. Le jeune homme de 21 ans tout juste (il les a eus le 17 mai dernier) efface Michael Phelps des tablettes, qui perd ici son dernier record du monde en individuel. Excusez du peu. Le ton est donné. Déjà double champion du monde en 4 nages l’an passé à Budapest, le Toulousain va rééditer le même exploit. Il s’impose sur le 200m en 1’54’’82 et s’empare du record d’Europe. Ajoutez à cela un titre sur le 200m papillon, là où il avait pris la deuxième place il y a un an. Un chrono de 1’52’’43 pour celui qui s’entraîne aux États-Unis et un nouveau record de France. À seulement 21 ans, Léon Marchand est déjà entré dans l’histoire de l’équipe de France. Il est le premier athlète (hommes et femmes confondues) à remporter trois titres lors d’une même édition. Il est également le premier à glaner cinq sacres au total. Le tout en deux championnats seulement.

«Ouais c’est cool! J’ai vu (cette statistique), c’est génial et je pense que ce n’est que le début» a plaisanté celui qui a fait l’impasse sur le 200m brasse lors de ces Mondiaux. Concentré sur ses deuxièmes championnats du monde, l’homme aux trois titres en trois courses individuelles se tourne désormais vers les Jeux de Paris. «C’est une belle préparation, concède l’élève de Bob Bowman. Ce que je fais en ce moment, c’est hyper bien pour la gestion de la pression, comment nager plus vite en finale le soir et comment je m’éclate. J’ai beaucoup de plaisir à nager et je pense que ce sera pareil dans un an.» Aligné sur le relais 4×200 mètres comme dernier nageur, Léon Marchand a réalisé un dernier passage canon, permettant aux Bleus de remonter à la quatrième place.

Grousset, la montée en puissance

Déjà multimédaillé aux championnats du monde, Maxime Grousset a montré la pleine étendue de son talent dans les eaux japonaises, remportant son premier titre en individuel. En bronze sur le 50m papillon, avec un nouveau record de France à la clé, et sur la distance reine, le nageur de 24 ans s’est imposé sur le 100m papillon, lui qui est pourtant novice dans la discipline. «C’est la première fois que je nage un 100 m papillon dans un championnat international, concède le nouveau recordman de France de la distance. J’y suis allé sans a priori, je me suis fait confiance, je me sentais fort donc j’y suis allé à fond.»

Lors de cette course, le natif de Nouméa en Nouvelle-Calédonie a su profiter de l’absence de deux favoris de l’épreuve : Kristof Milak et Caeleb Dressel. «Ils n’étaient pas là, c’est sûr que ça m’a laissé une porte un peu plus ouverte, sourit celui qui s’entraîne maintenant en région parisienne. S’ils sont là (à l’avenir), je ferai tout pour les battre et on verra bien. J’espère progresser encore sur 100 m papillon et faire des merveilles.» A 24 ans, Maxime Grousset a encore une marge de progression et en a conscience mais ne veut plus cacher son ambition.«(Je veux) gagner aux Jeux olympiques! Je l’ai toujours dit. Je réalise mes rêves petit à petit et j’espère réaliser mon plus grand rêve dans un an.»

Une équipe de France historique

Quatre titres remportés en individuel par Léon Marchand et Maxime Grousset, qui ont glané les six médailles françaises. Une première dans l’histoire de l’équipe de France. Jamais les Tricolores n’avaient remporté quatre médailles d’or lors de courses individuelles. C’est également la première fois que les Bleus montent sur le podium lors des trois épreuves en papillon. Maxime Grousset est également entré dans l’histoire en devenant le premier nageur français a glané quatre médailles sur quatre épreuves différentes.

Ce dimanche, pour la dernière journée des championnats du monde, l’équipe de France aura l’occasion d’augmenter son compteur de médailles. Plusieurs nageuses tenteront de se qualifier pour la finale du 400m quatre nages. David Aubry est lui qualifié pour la finale du 1500m. Ces Mondiaux se termineront par les deux relais 4x100m 4 nages, hommes et femmes, où les équipes de France espèrent disputer la finale. Avec six médailles dont quatre titres, la France est actuellement cinquième au classement des médailles. Des résultats intéressants à un an des Jeux Olympiques de Paris. À Tokyo, seul Florent Manaudou avait remporté une médaille d’argent. Un bilan à oublier.

[ad_2]

Loading

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*