Les nouvelles technologies au service de la Loterie Nationale

La Loterie Nationale Belge (LNB) permet à tous les joueurs, âgés d’au moins 18 ans, de tenter leur chance à un des nombreux jeux d’argent disponibles : le Loto, l’Euromillions ainsi que les jeux à gratter sont les plus populaires du genre. Pour pouvoir traiter plus de 320 millions de transactions tous les ans, le service IT de la Loterie Nationale est en constante recherche de nouvelles technologies pour pouvoir s’adapter au marché. La compagnie a d’ailleurs renouvelé sa confiance au créateur de jeux électroniques américain, International Game Technology (IGT) pour un contrat de quatre ans.

La Loterie Nationale Belge

Créée en 1934 sous le nom de Loterie Coloniale, la société avait pour but de récolter de l’argent destiné au Congo Belge. En 1968, elle prend le nom de Loterie Nationale et va connaître un succès retentissant auprès de joueurs de toutes les classes sociales. Aujourd’hui, la Loterij, comme on le dit en flamand, fait partie des mœurs et on peut jouer à un des nombreux jeux disponibles dans un des 8000 points de vente agréés, ou depuis son smartphone, sur l’application en ligne.

Un exemple des jeux les plus populaires :

  • Jeux de tirage : Loto, Euromillions
  • Jeux de grattage : Astro, 21, Bling Bling, Match 4, Subito
  • Jeux en ligne : Viking Lotto, Joker +, Grand Dames
  • Paris sportifs en ligne : Scooore

Les Belges dépensent en moyenne 30 euros par semaine en jeux de tirage et grattage. Le secteur, qui ne connaît pas la crise, génère plus de 1,5 milliard annuel. Sur l’année 2021, il y a eu plus de 100 millions de gagnants sur le territoire belge… Au vu du succès des jeux auprès du public, ce nombre devrait augmenter au fil des années.

Technologie : la LNB s’attache les services d’un géant américain

Pour pouvoir développer son service technique et assurer une bonne gestion de ses activités, le département technologie de la Loterie Nationale a besoin d’être réactif pour pouvoir s’adapter à l’évolution du marché. Le CEO du groupe, Jannie Haeck, a signé un deal de quatre avec un des grands spécialistes des jeux électroniques américain, International Game Technology. En plus d’avoir signé un contrat avec la loterie nationale belge, la succursale du groupe américain, IGT Global Lottery, a aussi été sollicitée par la loterie française.

Si le nom ne vous dit pas grand-chose, une petite piqûre de rappel s’impose.

William Redd, fondateur d’IGT

International Game Technology a été créée en 1975, par le businessman William Redd. Le natif de Union, dans le Mississippi, a commencé sa carrière en achetant une machine de pinball située dans une épicerie de son quartier ! Aujourd’hui, sa compagnie est cotée au New York Stock Exchange (NYSE) et pèse plus de quatre milliards de dollars. Il possède aussi un paquebot, le Mississippi Pride, entièrement dédié aux jeux d’argent et un casino dans le Nevada. Le philanthrope américain a constitué sa fortune dans plusieurs secteurs et a érigé IGT, comme un des leaders mondiaux du divertissement. Décédé en 2003, William Redd était aussi impliqué dans des actions caritatives.

Un contrat renouvelé pour quatre ans

“LNB a tiré parti de la technologie performante d’IGT et de son expertise en tant que leader mondial des loteries pour nous aider à moderniser notre entreprise et à stimuler la croissance au cours des 30 dernières années”, a souligné Jannie Haeck, le président de la loterie nationale.

La société belge et le leader des jeux électroniques outre-atlantique renouvellent leur collaboration pour quatre ans. Le but pour l’entreprise américaine sera d’assurer le bon fonctionnement du service technique de la LNB. Le marché connaissant une ère digitale en constante évolution, IGT devra aussi s’adapter aux technologies innovantes. Le but est de pouvoir offrir la même qualité d’expérience qu’auparavant, tout en proposant de nouvelles options de jeu. Au niveau de la sécurité des sites et de la protection des données, la société américaine utilise des systèmes cryptographiques complexes.

La Blockchain, nouveau défi des loteries nationales

Le Web 3 fait son arrivée et va révolutionner notre environnement digital. Les applications de demain seront dotées d’une intelligence artificielle, comme le célèbre ChatGPT. Les systèmes de sécurité seront gérés en blockchain (mode de stockage et de transmission de données sous forme de blocs).

La Française des Jeux se concentre actuellement sur des projets de jeux haptiques (jeux permettant de jouer avec la sensibilité tactile) et jeux phygitaux (mélange de jeux physiques et digitaux). Le titre Ultimate Numbers, toujours en développement, vous permettra de contrôler des cartes NFT (non-fungible token ou jeton non fongible, en français) et de participer à des ligues classées.

En définitive, l’avenir de l’industrie des loteries nationales est indissociable du secteur des hautes technologies. La Loterie Nationale Belge et la Française des Jeux ont déjà pris les devants en associant avec IGT, conscients de l’enjeu économique que la nouvelle ère du web pourrait représenter dans un futur proche.

Loading

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*