Les pailles en papier peuvent être nocives et ne sont peut-être pas meilleures pour l’environnement que les pailles en plastique.


Les pailles en papier « écologiques » contiennent des produits chimiques durables et potentiellement toxiques, selon une nouvelle étude.

Dans le cadre de la première analyse de ce type en Europe, et seulement la deuxième au monde, des chercheurs belges ont testé 39 marques de pailles pour le groupe de produits chimiques synthétiques appelés substances poly- et perfluoroalkyles (PFAS).

Des PFAS ont été trouvés dans la majorité des pailles testées et étaient plus courants dans celles fabriquées à partir de papier et de bambou, selon l’étude publiée dans la revue à comité de lecture. Additifs alimentaires et contaminantstrouvé.

Les PFAS sont utilisés pour fabriquer des produits du quotidien, des vêtements d’extérieur aux poêles antiadhésives, résistants à l’eau, à la chaleur et aux taches. Ils sont cependant potentiellement nocifs pour les personnes, la faune et l’environnement.

Ils se décomposent très lentement au fil du temps et peuvent persister pendant des milliers d’années dans l’environnement, une propriété qui leur a valu d’être surnommés « produits chimiques éternels ».

Ils ont été associés à un certain nombre de problèmes de santé, notamment une réponse plus faible aux vaccins, un poids à la naissance plus faible, des maladies de la thyroïde, une augmentation du taux de cholestérol, des lésions hépatiques, un cancer du rein et un cancer des testicules.

“Les pailles fabriquées à partir de matériaux végétaux, comme le papier et le bambou, sont souvent présentées comme étant plus durables et plus respectueuses de l’environnement que celles fabriquées à partir de plastique”, explique le chercheur Dr Thimo Groffen, spécialiste de l’environnement à l’Université d’Anvers. impliqués dans cette étude.

“Cependant, la présence de PFAS dans ces pailles signifie que ce n’est pas nécessairement vrai.”

Un nombre croissant de pays, dont le Royaume-Uni et la Belgique, ont interdit la vente de produits en plastique à usage unique, notamment les pailles, et les versions à base de plantes sont devenues des alternatives populaires.

Une étude récente a découvert des PFAS dans des pailles à base de plantes aux États-Unis. Le Dr Groffen et ses collègues ont voulu savoir si c’était la même chose pour ceux en vente en Belgique.

Pour approfondir cette question, l’équipe de recherche a acheté 39 marques différentes de pailles fabriquées à partir de cinq matériaux : papier, bambou, verre, acier inoxydable et plastique.

Les pailles, principalement obtenues dans les magasins, les supermarchés et les fast-foods, ont ensuite été soumises à deux séries de tests pour détecter la présence de PFAS.

La majorité des marques (27/39, 69 %) contenaient des PFAS, avec 18 PFAS différentes détectées au total.

Les pailles en papier étaient les plus susceptibles de contenir des PFAS, les produits chimiques étant détectés dans 18/20 (90 %) des marques testées. Des PFAS ont également été détectés dans 4/5 (80 %) des marques de paille de bambou, 3/4 (75 %) des marques de paille en plastique et 2/5 (40 %) des marques de paille en verre. Ils n’ont été détectés dans aucun des cinq types de pailles d’acier testés.

Le PFAS le plus couramment trouvé, l’acide perfluorooctanoïque (PFOA), est interdit à l’échelle mondiale depuis 2020.

L’acide trifluoroacétique (TFA) et l’acide trifluorométhanesulfonique (TFMS) ont également été détectés, des PFAS à « chaîne ultra courte » qui sont très solubles dans l’eau et peuvent donc s’échapper des pailles dans les boissons.

Les concentrations de PFAS étaient faibles et, étant donné que la plupart des gens ont tendance à n’utiliser des pailles qu’occasionnellement, elles présentent un risque limité pour la santé humaine. Cependant, les PFAS peuvent rester dans l’organisme pendant de nombreuses années et leurs concentrations peuvent s’accumuler avec le temps.

“De petites quantités de PFAS, bien que non nocives en elles-mêmes, peuvent s’ajouter à la charge chimique déjà présente dans l’organisme”, explique le Dr Groffen.

On ne sait pas si les PFAS ont été ajoutés aux pailles par les fabricants à des fins d’imperméabilisation ou s’ils sont le résultat d’une contamination. Les sources potentielles de contamination comprennent le sol dans lequel les matières végétales ont été cultivées et l’eau utilisée dans le processus de fabrication.

Cependant, la présence de produits chimiques dans presque toutes les marques de paille en papier signifie qu’il est probable qu’elle ait été, dans certains cas, utilisée comme revêtement hydrofuge, affirment les chercheurs.

Les autres limites de l’étude incluent le fait de ne pas examiner si les PFAS s’échapperaient des pailles dans les liquides.

Le Dr Groffen conclut : « La présence de PFAS dans les pailles de papier et de bambou montre qu’elles ne sont pas nécessairement biodégradables.

“Nous n’avons détecté aucun PFAS dans les pailles en acier inoxydable, je conseillerais donc aux consommateurs d’utiliser ce type de paille – ou tout simplement d’éviter d’utiliser des pailles du tout.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*