Bagnaia en défense, Martin à l’attaque au Japon

[ad_1]

L’Espagnol Jorge Martin n’est plus qu’à 13 points du leader du championnat du monde l’Italien Francesco Bagnaia, à la veille du Grand Prix du Japon.

Treize points, c’est tout: Jorge Martin, deuxième du championnat du monde de MotoGP, n’a jamais été aussi proche de s’installer dans le fauteuil de leader au général occupé pour l’instant par Francesco Bagnaia, à la veille du Grand Prix du Japon.

Pour sa troisième saison en catégorie reine de la vitesse moto, l’Espagnol, surnommé «Martinator», a quasiment tout raflé le week-end dernier en Inde, prenant une sérieuse option pour la première place au championnat.

Après 13 manches (sur 20) disputées cette saison, le pilote Ducati-Pramac, fort d’une victoire sur le sprint samedi dernier suivie d’une deuxième place à l’issue du GP le lendemain, arrive sur le tracé japonais de Motegi avec un retard de seulement 13 points sur le champion en titre «Pecco» Bagnaia (279 points contre 292), alors qu’un maximum de 37 points sera à récupérer ce week-end.

Pour Bagnaia, la priorité sera d’abord «de résoudre les problèmes rencontrés» sur le circuit de Buddh la semaine dernière, où le pilote Ducati avait chuté sur le GP alors qu’une place sur le podium lui tendait les bras, perdant de précieux points au championnat.

Des problèmes qu’il faudra vite régler car, outre la menace Martin, derrière, Marco Bezzecchi (Ducati-VR46) a aussi une carte à jouer. Vainqueur du GP d’Inde, l’Italien pointe à 44 longueurs de Bagnaia au général.

Marquez chez Gresini ?

Si, chez les pilotes, le titre est encore loin d’être joué, du côté des constructeurs, Ducati est déjà en passe de remporter son quatrième sacre d’affilée.

Cette saison, le constructeur italien dispose encore d’un avantage de taille grâce à ses huit motos sur la grille (deux courant pour l’équipe d’usine et six pour les trois équipes satellites) – contre seulement quatre ou moins pour ses concurrentes.

Pour remporter le titre dimanche, Ducati – qui ne comptera «que» six motos sur la grille après les forfaits de l’Espagnol Alex Marquez (Ducati-Gresini) et de l’Italien Luca Marini (Ducati-VR46), blessés – doit marquer au moins 22 points de plus que KTM, et ne pas en perdre plus de trois face à Aprilia sur l’ensemble du week-end.

Loin derrière, à défaut de jouer le titre chez les constructeurs, Yamaha et Honda – à qui appartient le circuit – espèrent faire honneur à leurs supporters sur leurs terres.

En Inde, le Français Fabio Quartararo, champion du monde en 2021 mais seulement 11e au championnat (105 points), a signé son 2e podium de l’année en GP (après le GP des Etats-Unis), en terminant 3e au guidon d’une Yamaha qu’il peine à faire performer.

Chez Honda, la star Marc Marquez tentera elle aussi de poursuivre sur sa lancée après sa 3e place sur le sprint le week-end dernier.

Le lendemain, le sextuple champion de la discipline aurait pu confirmer sa bonne forme sur le tracé indien, s’il n’avait pas chuté dans les premiers tours. Reparti sur sa monture, l’Espagnol, en délicatesse avec sa Honda, a tout de même terminé 9e de la course.

«Les conditions à Motegi peuvent souvent beaucoup changer (…) mais notre objectif global reste le même: faire des progrès constants et obtenir le meilleur résultat possible» avec Honda. Mais pour combien de temps encore ?

Selon les dernières tendances, l’Espagnol de 30 ans pourrait quitter les rangs de l’équipe japonaise – avec qui il a gagné l’ensemble de ses six titres en MotoGP – un an plus tôt que prévu pour rejoindre Ducati-Gresini la saison prochaine.

Le directeur sportif de Ducati, Paolo Ciabatti, a assuré le week-end dernier que l’équipe attendait désormais la réponse de l’intéressé.

De son côté, Marquez n’a ni confirmé, ni démenti son possible départ de chez Honda. Verdict au Japon ?

[ad_2]

Loading

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*