La comédie japonaise présentée comme un « western ramen »

[ad_1]

La grande image

  • Tampopo est un film étrange et unique qui explore les rôles de la nourriture et du cinéma de manière satirique, dépassant les frontières de classe et de culture.
  • Le film rend hommage aux films américains, en particulier aux westerns et aux films sportifs, en utilisant des tropes et des scènes similaires pour créer un sentiment de parodie et d’hommage intelligent.
  • Le film comprend l’importance de la nourriture pour rassembler les gens, créer un sentiment de communauté et de connexion tout en apprenant au public à savourer les saveurs de la vie.


De nombreux films ont abordé le sujet complexe du désir humain, mais aucun ne l’a fait d’une manière aussi étrange et unique que celui des années 1985. Tampopo. Le western japonais satirique, réalisé par Juzo Itami, explore les nombreux rôles que joue la nourriture à travers les cultures, tout en se moquant des nombreux tropes du cinéma américain. Le film établit un parallèle entre la nourriture et le cinéma, car tous deux sont des formes d’art communautaires qui transcendent les frontières de classe et de culture. Le film est une véritable lettre d’amour dévouée à l’expérience sensorielle humaine sous toutes ses formes et une satire très drôle qui plaira à coup sûr à tous ceux qui sont tombés amoureux de la nourriture ou du cinéma.


De quoi parle « Tampopo » ?

Tampopo raconte l’histoire du personnage principal, joué par Nobuko Miyamoto, une mère célibataire qui dirige un magasin de ramen en difficulté qui est fréquemment visité par des fauteurs de troubles et des ivrognes lorsque deux camionneurs s’arrêtent et décident de l’aider à redresser sa chance. Les deux camionneurs, Gorō et Gun, interprétés par Tsutomu Yamazaki et un jeune Ken Watanabe dans l’un de ses premiers rôles, ressentez une grande pitié pour Tampopo dont les ramen sont pour le moins médiocres et dont le magasin est délabré. Il s’avère que Gorō (Yamazaki) possède des connaissances culinaires avancées et emploie divers de ses amis (et même certains ennemis) pour transformer la boutique de Tampopo. Au cours de leur collaboration, Gorō commence à développer des sentiments romantiques pour Tampopo, bien qu’il soit réticent à partager ces sentiments avec elle en raison de sa nature stoïque et nomade.

En plus du scénario principal, le film est souvent interrompu par des vignettes originales qui décrivent la vaste utilité sociale de la nourriture dans la société japonaise. La plus marquante et la plus mémorable de ces vignettes montre un couple utilisant la nourriture dans la chambre de diverses manières inventives pour améliorer leur vie sexuelle. Les détails de leur identité ne sont pas donnés, ni les circonstances de leur histoire d’amour, soulignant encore davantage l’importance de la nourriture dans le film et dans leur histoire. Cette histoire, en particulier, donne certaines des images les plus érotiques et romantiques impliquant la nourriture dans l’histoire du cinéma, à tel point que Une fille rentre seule à la maison directeur Ana Lily Amirpour a dit que cela “laissait ses genoux faibles”. D’autres histoires secondaires mémorables incluent une femme âgée fantaisiste qui fait le tour d’un supermarché en piquant et en écrasant les produits pendant que le gérant la poursuit avec une tapette à mouches et un vieil homme qui partage tendrement son cornet de glace avec un enfant en bas âge. Le film est profondément ludique et sans prétention tout en étant en même temps une profonde méditation sur l’universalité du désir humain. Il prend les moindres instants, souvent considérés comme acquis, et les transforme en quelque chose de véritablement cinématographique.

Comment « Tampopo » rend-il hommage aux films américains ?

Tampopo Goro
Image via Toho

Comme mentionné précédemment, Tampopo s’inspire des tropes du cinéma américain, en particulier des westerns. L’apparence physique de Gorō ressemble fortement à celle de Clint Eastwood dans le Trilogie des dollars, avec un chapeau et une cigarette. Le camion que Gorō et Gun conduisent en ville est leur cheval et a même une paire de cornes de bœuf attachées à l’avant pour marteler l’imagerie occidentale que nous sommes censés leur associer. Ils suivent l’histoire de cowboys anonymes au passé mystérieux se rendant dans une petite ville ou un village pour sauver les habitants de la menace qui les menace. La fin rappelle également énormément les westerns, notamment la manière dont ils sortent, mais il serait dommage de gâcher la fin d’un si grand film. Gorō forme également Tampopo à devenir un meilleur chef ramen en lui enseignant des compétences en dehors de la cuisine qu’elle peut appliquer à sa cuisine.

Dans une scène qui est un clin d’œil clair à Rocheux, Gorō fait courir Tampopo pour développer son endurance. La partition est triomphale, faisant allusion à la partition emblématique du Sylvester Stallone classique. Le montage d’entraînement de Tampopo est tourné et orchestré de la même manière que ceux que l’on retrouve dans de nombreux films sportifs américains. Le film se moque avec amour du mélodrame trouvé dans ces films en appliquant le même ton et la même énergie aux scènes de Tampopo retournant des nouilles dans des bols et soulevant à plusieurs reprises de lourdes casseroles d’eau chaude.

Le couple ayant des relations sexuelles élaborées impliquant de la nourriture rappelle également les tropes des personnages noirs. L’homme porte un costume blanc et un chapeau qui ressemble à Humphrey bogart, et la femme est un clair hommage à la femme fatale. Ils sont naturellement cool et semblent exister en marge de la société et sont très probablement impliqués dans une sorte d’entreprise louche, surtout si l’on considère la manière dont leur voyage aboutit à sa fin. Ils possèdent tous deux un grand appétit l’un pour l’autre, pour la nourriture délicieuse et éclectique et pour le côté dangereux de la vie. Tampopo a un amour évident pour le cinéma américain et, comme beaucoup de grandes satires, montre son amour pour les films américains en les parodiant de manière intelligente. TampopoLes nombreux clins d’œil aux films américains sont juste assez subtils pour s’adapter au contexte de l’histoire racontée, mais sont une source supplémentaire de plaisir pour ceux qui les reprennent.

EN RELATION : De « Oldboy » à « Parasite » : 18 films asiatiques essentiels que tout le monde devrait regarder, selon Reddit

« Tampopo » comprend l’importance de la nourriture

Ken-Watanabe-à-Tampopo
Image via Toho

En plus des nombreux hommages du film aux tropes du cinéma américain, Tampopo est également parfaitement conscient de la manière dont la nourriture est utilisée pour rassembler les gens, non seulement de manière romantique mais aussi communautaire. Outre l’attention profonde qui grandit entre Gorō et Tampopo suite à leur quête du ramen parfait, sa boutique devient également un lieu de communauté, tant dans sa création que dans son achèvement. Les ennemis deviennent amis alors que certains ivrognes de la ville se réunissent pour aider à revitaliser le magasin. Le fils de Tampopo, victime d’intimidation au début du film, se fait des amis après que le nouveau magasin de ramen de sa mère commence à prospérer. Gorō fait appel à de vieux amis et mentors pour l’aider à enseigner à Tampopo les méthodes du ramen.

L’ensemble du film est une lettre d’amour au processus créatif, en particulier celui de créer une bonne nourriture qui nourrit et réconforte. Le film prend soin de montrer les gens non seulement en train de consommer leur nourriture, mais aussi en la savourant. De plusieurs façons, Tampopo cherche à apprendre à son public comment savourer la vie et toutes ses saveurs, de l’amertume de la perte et du chagrin comme on le voit dans le personnage de Gorō à la douceur inattendue qui naît de la tendre affection de Gorō et Tampopo l’un pour l’autre. Le film capture tout le spectre de l’expérience humaine, de l’amour au sexe en passant par la mort. Le casting en est un excellent exemple, car l’histoire principale et les vignettes montrent des personnes de tous âges et les différentes expériences qu’elles vivent. Leurs expériences sont très variées, mais le film ne manque jamais de souligner à quel point ils se ressemblent. Le film se termine sur un magnifique moment de boucle qui rassemble vraiment les thèmes du film. En fin de compte, un cornet de glace est tout autant une source de réconfort et de plaisir pour un homme âgé que pour un bébé, et c’est une belle chose.

[ad_2]

Loading

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*