l’équipe féminine afghane de taekwondo se réfugie en région parisienne

[ad_1]

Poussées en dehors de leur pays par les autorités talibanes, six athlètes afghanes ont été accueillies en France. Elles espèrent disputer les JO de Paris en 2024.

Six athlètes afghanes pratiquant le taekwondo ont été accueillies par la ville de Bonneuil-sur-Marne, au sud-est de Paris, et se préparent pour se qualifier aux Jeux olympiques en 2024, a révélé mardi matin le maire de la municipalité lors d’une conférence de presse. Leur entraîneur, Nematullah H., qui les accompagne, avait exprimé à la Fédération française de taekwondo sa «volonté profonde» de se réfugier en France après l’arrivée des Talibans à la tête de l’Afghanistan, en lui envoyant un message WhatsApp.

Depuis leur retour au pouvoir en août 2021, les autorités talibanes ont imposé une interprétation stricte de l’islam. Les femmes sont visées par des lois réduisant drastiquement leur liberté, une situation que les Nations unies ont qualifiée d’«apartheid de genre». «À cause de l’arrivée des Talibans, je n’ai plus pu faire de taekwondo et ai dû quitter le pays pour le Pakistan», raconte Zahro M., âgée de 20 ans et ceinture noire troisième dan de taekwondo.

Demande d’asile pour le statut de réfugiées

Les six athlètes, médaillées dans plusieurs championnats régionaux et internationaux, ont expliqué avoir transité par le Pakistan avant d’arriver en France. Les autorités françaises, épaulées par le Secours populaire, la Fédération française de taekwondo et la ville de Bonneuil-sur-Marne, se sont mobilisées pour l’octroi de leurs visas et leur accueil dans l’Hexagone, a relaté le maire PCF de la ville, Denis Öztorun.

Elles sont désormais engagées dans une demande d’asile afin d’obtenir le statut de réfugiées, «requis pour participer aux Jeux» dans l’équipe des athlètes détenteurs de ce statut, a précisé l’édile. Les athlètes s’entraînent aujourd’hui à Champigny-sur-Marne, à quelques kilomètres de la ville qui les accueille.

Prochaine échéance pour elles: un tournoi de qualification olympique au premier trimestre 2024, selon les responsables présents lors de la conférence de presse. «Nous espérons devenir non seulement des championnes, mais également faire des études, avoir une profession», a lancé Nazanin A., taekwondiste de 23 ans.

[ad_2]

Loading

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*