Chipotle poursuivi en justice par une agence fédérale après qu’un manager du Kansas aurait arraché le hijab d’un employé

[ad_1]

Une agence fédérale a poursuivi la chaîne de restaurants Chipotle, l’accusant de harcèlement religieux et de représailles après qu’un directeur d’un établissement du Kansas ait retiré de force le hijab d’une employée, un foulard porté par certaines femmes musulmanes.

Dans une plainte déposée mercredi, la Commission pour l’égalité des chances en matière d’emploi a allégué qu’en 2021, un directeur adjoint d’un Chipotle à Lenexa, Kansas, avait harcelé à plusieurs reprises l’employée en lui demandant de lui montrer ses cheveux, malgré son refus. Après plusieurs semaines, le harcèlement a culminé lorsqu’il a saisi et partiellement retiré son hijab, selon la plainte.

Les « demandes offensantes et incessantes » du directeur lui demandant de retirer son hijab, ainsi que sa tentative de l’enlever physiquement, étaient « importunes, intentionnelles, sévères, fondées sur la religion, et créaient un environnement de travail hostile fondé sur la religion », allègue la plainte.

Laurie Schalow, directrice des affaires générales de Chipotle, a déclaré que l’entreprise encourage les employés à signaler leurs préoccupations, notamment via une ligne d’assistance téléphonique anonyme.

“Nous appliquons une politique de tolérance zéro pour toute forme de discrimination et nous avons licencié l’employé en question”, a-t-elle déclaré dans un communiqué envoyé par courrier électronique.

Le harcèlement a commencé en juillet 2021, lorsque le responsable a commencé à demander à l’employée, alors âgée de 19 ans, d’enlever son hijab parce qu’il voulait voir ses cheveux.

Le procès affirme que Chipotle a violé la loi fédérale sur les droits civils protégeant les employés et les candidats contre la discrimination fondée sur la religion, la race, l’origine ethnique, le sexe et l’origine nationale.
Actualités Youtube/KCTV5

Selon la plainte, il aurait exigé de voir ses cheveux au moins 10 fois au cours d’un mois. Elle a refusé à chaque occasion, affirmant qu’elle le portait en raison de ses croyances religieuses.

L’employée s’est plainte auprès d’un autre superviseur que les incidents la mettaient mal à l’aise, mais aucune autre mesure n’a été prise contre le directeur, indique la plainte.

Une nuit, pendant la fermeture, en août 2021, la gérante aurait tendu la main et arraché partiellement son hijab de sa tête.

Le lendemain, la salariée lui a donné un préavis de deux semaines.

Chipotle ne lui a prévu aucun quart de travail pendant ces deux semaines, même si d’autres employés non musulmans qui ont soumis leur préavis ont continué à travailler pendant cette période, selon la plainte.

Le procès affirme que Chipotle a violé la loi fédérale sur les droits civils protégeant les employés et les candidats contre la discrimination fondée sur la religion, la race, l’origine ethnique, le sexe et l’origine nationale.

Dans sa plainte, la Commission pour l’égalité des chances en matière d’emploi a déclaré qu’elle souhaitait que Chipotle mette en place des politiques garantissant l’égalité des chances en matière d’emploi pour les employés de toutes les religions et verse des dommages-intérêts à l’employé.

[ad_2]

Loading

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*