Critique de “The Exorcist: Believer”: les premières intrigues se transforment en excès sans originalité dans la suite de David Gordon Green


Tout amour que vous aviez pour les tentatives de David Gordon Green de réanimer le film révolutionnaire de John Carpenter Halloween la franchise correspondra probablement plus ou moins à votre ressenti à l’égard de L’Exorciste : croyant, la tentative du réalisateur de faire de même pour le refroidisseur canonique de possession démoniaque de William Friedkin. Pour ceux d’entre nous, anciens écoliers catholiques, qui se souviennent très bien d’avoir été effrayés dans leur jeunesse par ce classique de 1973, le nouveau film est un filou aussi trompeur que le visiteur satanique qui s’installe cette fois-ci non pas dans une jeune fille innocente, mais dans deux. .

En théorie, cela devrait signifier le double du facteur de peur, et pendant la majeure partie de la première heure, tout est de bon augure – ou mauvais, si vous redoutez ce qui s’en vient – ​​car Green montre son respect pour l’original en ignorant ses diverses suites, préquelles et le 2016 pour la plupart oubliable. Série télévisée Fox. Universal a souligné qu’il s’agissait d’une suite directe, à ne pas confondre avec un redémarrage.

L’Exorciste : croyant

L’essentiel

Très décevant.

Date de sortie: vendredi 6 octobre
Casting: Leslie Odom Jr., Lidya Jewett, Olivia O’Neill, Jennifer Nettles, Norbert Leo Butz, Ann Dowd, Ellen Burstyn, Raphael Sbarge, Okwui Okpokwasili, Danny McCarthy, EJ Bonilla, Tracey Graves, Celeste Olivia
Directeur: David Gordon Green
Scénaristes: Peter Sattler, David Gordon Green

Classé R, 2 heures 1 minute

En collaboration avec le co-scénariste Peter Sattler (Camp de radiographie) à partir d’une histoire qu’il a développée avec Halloween Collaborateurs Scott Teems et Danny McBride, Green suit le modèle Friedkin en développant patiemment l’histoire et les personnages.

Mis à part le montage nerveux et les éclairs occasionnels d’images infernales, la configuration est relativement sobre pour l’horreur contemporaine et semble plus déterminée à créer une atmosphère troublante qu’à nous frapper avec un assaut complet de chaos démoniaque. Mais une fois qu’il a changé de vitesse pour fournir cette secousse, cette première entrée d’une trilogie planifiée descend dans une familiarité engourdie et des effets recyclés de la boîte à outils standard de Blumhouse. Et contrairement à Green Halloween trilogie, qui a généré des rendements décroissants à chaque nouvel opus, Croyant condense cette trajectoire descendante dans le premier chapitre.

Le film de Friedkin de 1973, au succès phénoménal, reste l’un des films d’horreur les plus influents jamais réalisés pour diverses raisons, notamment parce qu’il a légitimé le genre en tant que drame sérieux et augmenté l’intensité en ancrant les éléments surnaturels dans la croyance religieuse et les angoisses sociales qui ont suivi le tumulte de le mouvement de protestation de la fin des années 60.

La plus grosse erreur de Green est sans doute de diluer l’empreinte du catholicisme dans l’histoire. Au lieu de faire du nettoyage des esprits impurs le domaine exclusif d’un bras obscur de l’Église qui répond au Vatican, le film présente les saints exaltés pentecôtistes, les méthodes de guérison spirituelle et la médecine populaire enracinées dans la culture africaine et, que Dieu nous protège, le pouvoir de solidarité de groupe.

Les détails de ce dernier élément sont livrés dans un laborieux reportage d’informations par la pauvre Ellen Burstyn, revenant pour la première fois dans le rôle de Chris MacNeill, qui lui a valu une nomination à l’Oscar de la meilleure actrice en 1974. Chris a renoncé à jouer et a passé une décennie après les événements du film original à devenir un éducateur expert en possession démoniaque. Elle a publié un best-seller intitulé « L’explication d’une mère », qui a provoqué l’éloignement de sa fille Regan, dont la jeune âme était L’Exorcistele champ de bataille.

Mais le sort réservé à Chris cette fois-ci – lorsqu’elle confronte l’un des adolescents possédés avec une assurance imprudente qui montre clairement qu’elle aurait dû le savoir – est une méchanceté épouvantable qui semblerait plus à l’aise dans Scie– ou Auberge-type porno torture. On se demande si Burstyn, toujours très classe, finira par souhaiter avoir gardé ses distances et sa dignité.

Cependant, elle n’est pas la seule à avoir de grandes bouchées de discours à mâcher, car Ann Dowd se plaint également à la fin de la nature du bien et du mal dans le monde moderne.

Dans le rôle d’une infirmière nommée Ann qui vit à côté de son père veuf désemparé Victor Fielding (Leslie Odom Jr.) et de sa fille de 13 ans Angela (Lidya Jewett), Dowd se voit confier une histoire maladroite en tant que religieuse au noviciat, qui a abandonné son projet de rejoindre le couvent après avoir rompu son engagement. Le problème avec les histoires de fond, c’est que Satan les connaît toutes, ce qui incite Ann à assumer les devoirs d’exorcisme en tant que vocation donnée par Dieu et donne à Dowd des airs de feu et de soufre juteux à jouer.

Un prologue se déroulant pendant la lune de miel du photographe Victor à Port-au-Prince, en Haïti, s’ouvre sur l’image surprenante de chiens se battant sauvagement sur la plage avant de suivre sa femme Sorenne (Tracey Graves) alors qu’elle se laisse convaincre sur le marché de la ville dans une bénédiction rituelle pour la protection du bébé qu’elle porte. Mais lorsque Sorenne subit des blessures presque mortelles lors d’un tremblement de terre, Victor est contraint de faire un choix impossible entre sauver la mère ou l’enfant. Ce choix, qui s’est révélé plus tard erroné, se retrouve schématiquement en écho lors des apogées fébriles de l’exorcisme.

L’histoire reprend 13 ans plus tard, avec Victor et Angela vivant en harmonie dans une petite ville de Géorgie. Mais quand Angela et son amie Katherine (Olivia O’Neill) errent dans les bois et tentent d’invoquer l’esprit de la défunte mère d’Angela, bien sûr, elles invoquent quelque chose de bien moins sain.

La chronique des trois jours où les filles manquent fonctionne bien pour maintenir la tension pendant la montée en puissance, alimentée par les peurs croissantes de Victor et des parents de Katherine, Miranda (Jennifer Nettles) et Tony (Norbert Leo Butz).

Les frictions entre eux sont déclenchées par leurs croyances contradictoires – Victor est athée et les parents de Katherine sont de fervents pentecôtistes, ce qui rend le père d’Angela initialement dédaigneux lorsque Miranda dit qu’elle pense que l’apparence physique macabre et le comportement violent de leur fille indiquent une possession démoniaque. Mais inévitablement, la transformation parallèle d’Angela, ainsi que les incitations de son voisin, font monter Victor à bord du train de l’exorcisme.

Même si Jewett et O’Neill font un travail solide en montrant la progression alarmante de leur retour hébété – découvert dans la grange d’une ferme à 30 miles de l’endroit où ils ont été repérés pour la dernière fois, sans aucun souvenir des trois jours précédents – autant Certains facteurs rendent leur possession moins efficace que celle de Regan de Linda Blair dans l’original.

Une jeune fille de 12 ans au début des années 70, du moins dans les films, avait généralement tendance à être beaucoup plus vulnérable que deux adolescentes de 13 ans au 21e siècle. Regan avait encore un pied fermement ancré dans son enfance, tandis qu’Angela et Katherine sont sur la voie de l’âge adulte.

Ce qui rendait le tourment physique de Regan si angoissant, c’était le vaste gouffre entre la douce gamine aux joues de tamia et le démon hargneux au visage maladif et aux cheveux filandreux qu’elle était devenue, crachant des obscénités avec le grognement à glacer le sang de Mercedes McCambridge. (La mère de ce gentil jeune ecclésiastique fait quoi en enfer ?) Il n’y a pas moins de distance qui sépare Angela et Katherine de leurs métamorphoses démoniaques, mais l’omniprésence de jeunes femmes effectivement propulsées par des démons intérieurs à l’écran au cours des décennies qui ont suivi L’Exorciste – en particulier dans J-horreur – les rend moins dérangeants à mesure qu’ils deviennent monstrueux.

Il en va de même pour le sac à astuces autrefois terrifiant, notamment la lévitation, les convulsions violentes et les vomissements créatifs, troquant cette fois la soupe aux pois contre de la boue noire et des volutes de fumée. Chaque nouveau moment de panique commence progressivement à donner l’impression d’avoir plus pour plus, plutôt que de nous montrer de nouvelles idées imaginatives. Le travail horrible de maquillage et d’effets est assez impressionnant, mais tout cela semble un peu trop routinier pour être vraiment pénible, et même dans le pire des cas, les sataniques Angela et Katherine ne sont tout simplement pas si effrayantes, en grande partie parce que nous avons vu d’innombrables versions de eux dans des récits plus inventifs auparavant.

D’ailleurs, le film ne parvient pas non plus à fournir une base crédible à leur amitié. Je me suis demandé ce que l’enfant de détracteurs blancs de la Bible, qui dirige le groupe de jeunes de son église, aurait en commun avec la cool fille noire dont le père est athée – au-delà des exigences de représentation d’une extension de franchise moderne.

L’exorcisme lui-même ne constitue pas non plus un décor décisif. À la place d’une mère célibataire pétrifiée dont l’enfant est devenu une aberration épouvantable, et des deux prêtres bien dessinés enfermés dans sa chambre glacée pour expulser le démon de son hôte involontaire, il y a une foule sur place cette fois-ci, avec seulement un ou deux d’entre eux entravent beaucoup le développement du personnage.

En plus du toujours fiable Dowd, le principal atout ici est Odom, qui apporte une intégrité sans faille à sa performance même là où le scénario ne le mérite pas. Également dans la pièce, où Angela et Katherine sont attachées à des chaises dos à dos boulonnées au sol, se trouvent Miranda et Tony, respectivement agités et angoissés ; leur pasteur pentecôtiste (Raphael Sbarge) ; ce guérisseur rituel (Okwui Okpokwasili) ; un prêtre catholique au mépris des aînés sceptiques du diocèse (EJ Bonilla) ; et un autre voisin de Victor (Danny McCarthy), qui n’a aucune utilité notable en tant que personnage et pourtant est toujours là.

Cet aspect dramatiquement diffus du fait qu’un trop grand nombre de gens restent là et n’ont pas assez de choses à faire alourdit ce qui devrait être la séquence la plus palpitante du film, contribuant à un sentiment de déflation à mesure que le résultat se déroule et que ses conséquences sont aperçues – avec une apparition surprise de une figure majeure de Exorciste l’histoire et l’indice standard de problèmes qui se préparent pour le prochain épisode.

Le directeur de la photographie Michael Simmonds, qui a tiré sur Green Halloween trilogie, donne Croyant un regard maussade, avec beaucoup de scènes nocturnes maussades et une pâleur malsaine qui s’installe à mesure que la situation devient plus poilue. Le rédacteur en chef Tim Alverson maintient l’action en mouvement et est admirablement léger sur les frayeurs liées aux sauts. Et la musique de David Wingo et Amman Abbasi fait monter la tension, même s’il n’y a rien ici qui puisse rivaliser avec l’efficacité aiguilletante de « Tubular Bells » de Mike Oldfield, qui fait un retour bienvenu dans les moments clés, bien que dans un remix qui met fin aux cloches.

Cette version édulcorée d’un thème d’horreur inspiré est symptomatique d’un film qui commence plein de promesses mais qui tâte le matériel à mesure que les enjeux augmentent. Il n’est pas surprenant que Croyant est moins efficace que son vénérable ancêtre. Le fait qu’il soit considérablement moins audacieux qu’un film réalisé il y a un demi-siècle ajoute à la déception.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*