Les embauches ont été fortes en septembre. Mais les services de recrutement et de ressources humaines ont supprimé 14 700 emplois.


Les entreprises veulent toujours plus de travailleurs, mais moins de personnes travaillent comme recruteurs.

Quelque 14 700 employés de moins travaillaient dans les services de l’emploi en septembre par rapport au mois précédent, le sixième mois consécutif où le secteur a connu une baisse de l’emploi, selon les données du Bureau of Labor Statistics publiées vendredi. Le secteur du recrutement a licencié des travailleurs presque deux mois au cours de la dernière année.

Les travailleurs des services d’emploi aident à recruter des talents et à gérer le personnel des entreprises. Ils peuvent soit travailler sous contrat, soit travailler au sein même du service RH de l’entreprise.

Sur l’ensemble du marché du travail, les embauches ont été fortes. Les États-Unis ont créé 336 000 nouveaux emplois en septembre – bien plus que les 170 000 nouveaux emplois prédits par les économistes de Wall Street –, signe que les entreprises sont toujours à la recherche de nouvelles recrues. Cette augmentation est due à l’embauche dans les bars, les restaurants et les hôtels, les prestataires de soins de santé et le gouvernement.

Une partie du déclin des services d’emploi est due à la diminution du nombre de travailleurs temporaires, a déclaré Julia Pollak, économiste en chef de la plateforme de recherche d’emploi en ligne ZipRecruiter. Selon le BLS, quelque 4.200 intérimaires de moins travaillaient dans les services de l’emploi en septembre par rapport au mois précédent.

Mais c’est une bonne nouvelle. “C’est l’histoire d’un retour à la normale de l’économie”, a déclaré Pollak. Même si le nombre d’emplois dans les services de l’emploi est en baisse, il reste plus élevé qu’avant la pandémie, a-t-elle ajouté.

Il y a eu plus de 2,9 millions d’intérimaires le mois dernier, contre 2,8 millions d’intérimaires en janvier 2020. Et il y a eu 3,7 millions de recruteurs au total en septembre, contre 3,5 millions en janvier 2020.

La pandémie a provoqué une pénurie de main-d’œuvre en 2020, suivie d’un engouement pour l’embauche en 2021 et début 2022 après la réouverture de l’économie. Les entreprises manquaient de personnel et avaient du mal à embaucher, elles s’appuyaient donc « excessivement » sur les agences d’intérim, ce qui leur coûtait cher, a ajouté Pollak.

Le déclin de l’emploi des recruteurs a commencé l’automne dernier, dans les mois qui ont suivi le début de la hausse des taux d’intérêt par la Réserve fédérale pour lutter contre une inflation élevée. Lorsque de nombreuses grandes entreprises technologiques ont commencé à annoncer des licenciements, les emplois des recruteurs ont été parmi les premiers à disparaître, car les entreprises prévoyaient un ralentissement des embauches en raison de la hausse des coûts d’emprunt. Le taux d’intérêt de référence de la Fed se situe désormais dans une fourchette de 5,25 % à 5,50 %.

Dans le même temps, de plus en plus d’entreprises externalisent certains services d’emploi, affirment les économistes. Depuis le début de la pandémie, les services de conseil en ressources humaines connaissent une croissance rapide. Quelque 99 800 travailleurs travaillaient dans le secteur en juillet dernier, contre 76 600 travailleurs en juillet 2020, sur la base des dernières données détaillées du BLS.

Les taux d’intérêt élevés et la hausse des prix des matières premières et de la main-d’œuvre obligent de nombreuses entreprises à réduire leurs coûts. Remplacer certains travailleurs par la technologie est un moyen d’y parvenir, a déclaré Mark Hamrick, analyste économique principal chez Bankrate.

« Si vous augmentez votre masse salariale, vous avez besoin des RH pour cela. Si vous souhaitez conserver vos effectifs, vous avez besoin des RH pour cela, car les gens doivent toujours avoir accès aux RH lorsqu’ils sont employés », a déclaré Hamrick. “Et si vous réduisez vos effectifs, vous avez besoin de ressources humaines, car cela nécessite du talent et des ressources.”

Voir également: Explorez les données du rapport mensuel sur l’emploi par secteur à l’aide de l’outil de Crumpe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*