l’ex-arbitre Wayne Barnes révèle les insultes qu’il a reçues et souhaite que les responsables soient punis


Dans une interview accordée à la Crumpe, le désormais ex-arbitre international a révélé les insultes proférées à son encontre et de sa famille.

Dans un long entretien accordé à la Crumpe , le désormais ex-arbitre international Waynes Barnes, qui a annoncé récemment ranger le sifflet, est revenu sur les insultes qu’il a reçues lors de la Coupe du monde et cible les réseaux sociaux. L’Anglais se dit «touché» et a révélé que non seulement ces insultes l’ont visé, mais aussi sa famille. «Lorsque des personnes profèrent des menaces contre votre femme et vos enfants, elles doivent rendre des comptes et être punies», a-t-il déclaré.

«Les menaces de violence sexuelle, les menaces de dire que nous savons où vous vivez… Cela dépasse les bornes. Les médias sociaux ne cessent de s’aggraver et c’est ce qui est triste dans ce sport en ce moment. Il ne s’agit pas d’un cas isolé. Je suis sur les médias sociaux pour de nombreuses raisons. L’une d’elles est de promouvoir le travail caritatif que je fais et de promouvoir l’arbitrage, d’expliquer à quel point c’est un travail difficile et de l’humaniser», poursuit l’arbitre de la finale, qui a vu l’Afrique du Sud l’emporter face aux All Blacks (12-11).

«C’est dans ce genre de moment que l’on se demande pourquoi on fait ça»

Pour rappel, l’arbitre le plus capé du circuit mondial (111 tests arbitrés) avait infligé à un carton rouge à Sam Cane, le capitaine et troisième-ligne des All Blacks en finale. Il avait également été sous le feu des critiques l’an dernier lorsque les Springboks avaient été battus par le XV de France au Vélodrome de Marseille. Le capitaine des Bleus Antoine Dupont avait écopé un carton rouge, comme le flanker sud-africain Pieter Steph du Toit. Les critiques s’étaient d’ailleurs intensifiées lorsque Rassie Erasmus, alors sélectionneur des champions du monde en titre, l’avait aussi ciblé.

«La partie contre laquelle j’ai toujours lutté et contre laquelle je continuerai à lutter, c’est lorsque ces abus touchent ma famille. Je veux que les services de poursuites judiciaires envisagent des moyens de le faire, je veux une législation sur ce que les sites de médias sociaux peuvent faire pour l’empêcher et je veux aussi que les organes directeurs envisagent ce qu’ils peuvent faire», affirme Wayne Barnes. L’arbitre anglais avait également été marqué par les critiques de José Mourinho, l’entraîneur de l’AS Rome envers Anthony Taylor, arbitre international de football ainsi que les insultes qu’il avait reçues par des supporters à l’aéroport de Budapest. Ce dernier avait officié lors de la finale de Ligue Europa l’an dernier entre Séville et la Roma.

«C’était extrêmement triste. Cela aurait pu être moi et ma famille après un match, a déclaré Barnes. Je me souviens d’avoir regardé la vidéo d’Anthony et j’étais dévasté parce qu’on voit le côté humain. Les gens ne voient pas le côté humain de l’arbitrage. Ils pensent que nous sommes des hommes ou des femmes qui arrivent un samedi après-midi et qui gâchent leur journée. Mais nous sommes des êtres humains avec des familles et des enfants et voir Anthony ce jour-là m’a complètement brisé». Avant de conclure : « C’est dans ce genre de moments que l’on se demande pourquoi on fait ça».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*