scènes de liesse à Pretoria, première étape d’une tournée de quatre jours pour les Springboks

[ad_1]

Le bus des champions du monde sud-africains à Pretoria. PHILL MAGAKOE / AFP

Les champions du monde entament une tournée de quatre jours à travers l’Afrique du Sud pour célébrer leur titre.

Les Springboks, champions du monde de rugby de retour en Afrique du Sud, ont entamé jeudi à Pretoria une tournée de quatre jours à travers le pays pour célébrer leur victoire. Ils ont été salués par le président Cyril Ramaphosa comme des joueurs «entrés dans la légende».

Une médaille d’or autour du cou, les joueurs sont arrivés au siège du gouvernement dans la capitale à bord d’un bus jaune à toit ouvert et ont échangé une poignée de main avec le président.


Vous avez remonté le moral de toute une nation et vous nous avez remplis de fierté. Vous avez uni le peuple sud-africain.

Cyril Ramaphosa, président de l’Afrique du Sud

«Samedi soir, vous avez quitté le terrain de la victoire et vous êtes entrés dans la légende», a félicité M. Ramaphosa, qui a décrété cette semaine le 15 décembre jour férié pour marquer leur triomphe, obtenu le week-end dernier à Saint-Denis, près de Paris, face à la Nouvelle-Zélande en finale (12-11).

«Vous avez remonté le moral de toute une nation et vous nous avez remplis de fierté. Vous avez uni le peuple sud-africain», a-t-il ajouté.

Dans la matinée, les rues de Pretoria étaient remplies de spectateurs venus saluer leurs nouveaux héros nationaux, qui ont décroché le quatrième titre mondial de l’histoire du pays, un record. Le rugby est une des disciplines les plus populaires dans le pays d’Afrique australe.

Johannesbourg, Le Cap, Durban et East London à venir

«Nous sommes d’origines très diverses, comme vous. Et nous voulions montrer que la diversité est notre force», a souligné Siya Kolisi, premier capitaine noir des Springboks, qui a dédié la coupe au «peuple d’Afrique du Sud».

Pendant 90 ans, les sélectionneurs des Springboks n’ont choisi que des joueurs blancs, les athlètes noirs et métis étant cantonnés à des ligues séparées. Cette situation a lentement évolué après la fin de l’apartheid, Nelson Mandela ayant adoubé l’équipe en 1995, année de leur premier titre mondial.

Cette victoire «nous a rappelé que même face à nos nombreux défis, il y a toujours de la place pour l’optimisme et l’espoir», a affirmé M. Ramaphosa, en référence à un pays en lutte avec un climat économique et social morose, un chômage endémique et des inégalités toujours plus grandes.

Les Springboks se rendent ensuite à Johannesburg et Soweto, avant de rejoindre Le Cap vendredi, Durban (est) samedi et East London (sud-est) dimanche.

[ad_2]

Loading

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*