après vingt victoires de suite à domicile, Boston chute face à Denver


Les Celtics se sont inclinés (102-100) pour la première fois de la saison dans leur salle.

Au terme d’une rencontre superbe, Denver a mis fin à l’invincibilité de Boston à domicile (102-100), les deux franchises offrant un visage de potentiel champion vendredi en NBA.

Pas d’absent majeur, des duels magnifique, une rencontre indécise dans un TD Garden bouillant, le champion en titre Denver et la meilleure équipe de la saison Boston ont revêtu leurs habits de gala vendredi, pour une soirée comme la longue saison régulière en offre peu.

«Pendant la saison régulière il faut trouver des leviers de motivation pour l’équipe, le fait qu’ils n’avaient pas encore perdu à domicile nous a vraiment motivé», a expliqué le meneur des Nuggets Jamal Murray.

Après 20 victoires en autant de rencontre dans leur salle depuis le début de saison, les Celtics ont fini par céder face au duo diabolique formé par Murray (35 points) et Nikola Jokic (34 points, 12 rebonds, 9 passes). La franchise du Massachusetts reste confortablement en tête à l’est (32 victoires – 10 défaites) et Denver 3e à l’ouest (29 – 14).

Tatum rate l’égalisation

Le début de rencontre a proposé un combat de géants entre le pivot letton Kristaps Porzingis (2,18 m), auteur des 11 premiers points de son équipe (avec trois tirs longue distance), et son vis à vis serbe Nikola Jokic (2,11 m), qui lui a répondu avec sa science du jeu notamment dos au panier.

L’écart n’a jamais dépassé 9 points dans ce match à 13 changements de leader. Si Boston avait fait un petit trou dans le second quart-temps, il a été comblé par l’adresse folle de Murray (15 sur 21 au tir).

Les «C’s» ont eux pu compter sur leur discret arrière Derrick White (24 points), embrassé sur son crâne chauve par Porzingis après un drive au panier malgré une faute.

Maladroit de loin (1 sur 8), le patron de Boston Jayson Tatum (22 points) a pris le jeu en main dans le dernier quart-temps, avec un dunk spectaculaire pour ramener sa formation à un point à 1 minute 40 de la fin. Tatum a eu ensuite la balle de l’égalisation mais a complètement raté son «jump shot» à l’approche de la sirène.

Denver, tenant du titre à l’effectif inchangé, et Boston, finaliste de la conférence Est renforcé cet été par Porzingis et Jrue Holiday, ont montré que des retrouvailles en finale NBA en juin n’étaient pas une utopie.

Première pour Siakam

La grande finale, Indiana en rêve depuis 2000 et l’époque Reggie Miller, et espère s’en rapprocher avec l’arrivée de Pascal Siakam. Deux jours après l’annonce de son transfert depuis Toronto, l’intérieur camerounais a fait ses débuts avec les Pacers à Portland (défaite 118-115).

Il a même pu étrenner son nouveau duo de stars avec le meneur Tyrese Haliburton (21 points), de retour sur les parquets après avoir manqué cinq rencontres en raison d’une blessure à un ischio-jambier.

Un peu perdu en défense et auteur d’une faute offensive pour première action forte, Siakam a vite trouvé la mire et rentré son premier panier en jaune avec moins de 3 minutes de jeu, avant d’enchaîner de loin, pour un total de 21 points lui aussi.

Les Phoenix Suns se sont eux imposés à la Nouvelle-Orléans chez les Pelicans (123-109) grâce à 52 points de Devin Booker, quand Joel Embiid a planté 36 points pour un succès de Philadelphie à Orlando (124-109).

Sans son géant français Victor Wembanyama, au repos, les San Antonio Spurs ont perdu à Charlotte (124-120). Wembanyama revient samedi sur les parquets pour les retrouvailles à Washington avec son ancien partenaire aux Mets de Levallois Bilal Coulibaly.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*