des centres écossais tranchants, Mathieu Smaili trop tendre… Les tops et flops

[ad_1]

Huw Jones a illuminé la rencontre alors que Mathieu Smaili n’a jamais réussi à rentrer dans son match.
AFP / ANDY BUCHANAN / AFP / ANDY BUCHANAN

TOPS/FLOPS – Les centres écossais en forme internationale, Jack Dempsey en mode machine, Mathieu Smaili n’a jamais allumé la lumière… Retrouvez les tops et les flops après la défaite du RC Toulon à Glasgow, ce vendredi (29-5).

TOPS

Tuipulotu-Jones, fers de lance parfaits

Chacun dans son registre, les deux centres internationaux des Glasgow Warriors ont fait la différence ce vendredi soir lors de la victoire de Glasgow sur Toulon (29-05). Tuipulotu d’abord, très attendu par les défenseurs toulonnais a parfaitement fait jouer ses coéquipiers en fixant le rideau toulonnais et en se montrant juste dans le tempo et dans la réalisation de ses transmissions. Actif en défense avec 6 placages réussis, il a pesé sur cette rencontre. Son compère en club comme en sélection a lui été élu homme du match. Et c’est logique. Auteur d’un doublé, il a surtout donné l’impression de pouvoir transpercer la défense dès qu’il en avait l’envie. Avec 70 mètres parcourus, 4 défenseurs battus et 2 franchissements, c’est une très bonne partition rendue par le second centre de la sélection écossaise. De bon augure avant le Tournoi.

Jack Dempsey n’a pas arrêté d’avancer

Véritable monstre de puissance, l’ancien des Wallabies, désormais international écossais, avait tout d’une machine ce vendredi soir. Il a avancé sur chacun de ses ballons, mettant au supplice la défense toulonnaise sur chacune de ses charges en témoigne son action dans les 22 mètres du RCT avant l’essai de McKay (59’). Mais en plus de sa disponibilité et de sa puissance en attaque, il s’est montré irréprochable en défense avec un 100% au placage (12 placages réussis), tout en transmettant une énergie débordante à ses partenaires. Il était partout sur le terrain !

FLOPS

Mathieu Smaili est passé à côté

Le centre de 24 a connu une première période plus que compliquée. Il a d’abord lancé son match par une pénalité, certes lointaine, manquée (11’) avant de ne pas trouver une pénaltouche (14’). Deux ratés qui ont dû leur faire douter au regard du reste de sa prestation. Entre mauvais choix et passes à contretemps, il n’est jamais rentré dans son match. Pour compléter ses mésaventures, il s’est également fait coffrer deux fois au ballon par la défense écossaise et a surtout raté un placage décisif sur l’essai de Jones(30’). Sortie sur blessure à la pause, on espère pour lui que ce n’est pas trop grave.

Des avants toulonnais totalement dominés

Diminué par les absences de ses cadres, le RCT a beaucoup souffert devant. En difficulté sur le secteur de la touche avec 3 touches perdues, les Toulonnais ont eu toutes les peines du monde à résister en mêlée. C’est notamment l’axe droit et Emerick Setiano qui se sont fait pénaliser à plusieurs reprises. Mais là ou le bât blesse c’est surtout en comparant l’apport des avants des deux équipes dans le jeu. Faciles ballons en main en redoublant les passes devant la défense varoise, les avants écossais ont réussi à fixer leurs adversaires pour mettre sur orbites leur 3/4. Dans le défi physique seul Isa et Coulon ont semblé en mesure de rivaliser avec leurs adversaires du soir.

[ad_2]

Loading

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*