Des scientifiques utilisent la technologie TV pour tester les connexions Internet Li-Fi 100 fois plus rapides que le Wi-Fi


Les scientifiques ont développé un nouveau type de technologie de communication par lumière visible (VLC) capable de transmettre des données à l'aide d'appareils d'éclairage conventionnels utilisés dans les maisons et les bureaux. Cette technologie pourrait un jour usurper le Wi-Fi comme outil incontournable de communication sans fil.

Contrairement à la technologie de fidélité sans fil (Wi-Fi), qui utilise des ondes radio électromagnétiques pour transmettre des données, la fidélité de lumière (Li-Fi) utilise des sources de lumière et peut théoriquement atteindre des vitesses plus de 100 fois plus rapides. Alors que le Li-Fi est un système entièrement en réseau et peut intégrer la lumière infrarouge ou ultraviolette, le VLC est unidirectionnel et exploite uniquement le spectre de la lumière visible. Certains scientifiques affirment également que le Li-Fi est l'incorporation du Wi-Fi et de VLC, selon le Institut de physique.

VLC n'est pas largement utilisé car la source de lumière devrait être allumée en permanence, elle nécessite une ligne de vue directe avec un récepteur et elle ne peut pas être utilisée à l'extérieur. Le déploiement d'un système VLC utilisant une lumière blanche générique réduit également la stabilité et la précision de la transmission des données en raison des interférences.

Mais maintenant, les chercheurs ont imité la lumière blanche en créant un système VLC tricolore – utilisant la lumière rouge, bleue et verte – émise par un réseau de diodes électroluminescentes organiques (OLED), et ont réduit les interférences dans le processus. Ils ont également mis en place un réseau de photodiodes organiques (OPD) comme récepteur. Ils ont décrit leurs travaux dans une étude publiée le 19 octobre 2023 dans la revue Matériaux avancés.

En rapport: La technologie sans fil pourrait remplacer le Bluetooth sur de courtes distances et multiplier par 5 la durée de vie de la batterie

“Notre source de lumière, qui mélange trois longueurs d'onde, évite les interférences, améliorant ainsi la stabilité et la précision de la transmission des données”, Dae Sung Chungprofesseur de génie chimique à l'Université des sciences et technologies de Pohang en Corée du Sud, a déclaré dans un communiqué déclaration. “Nous envisageons cette technologie comme un outil potentiellement bénéfique pour diverses industries, servant de solution de communication sans fil de nouvelle génération utilisant des systèmes d'éclairage conventionnels.”

Les OLED utilisent une couche organique pour générer de la lumière et sont couramment utilisées dans les écrans d’affichage de nombreux téléviseurs, smartphones et ordinateurs portables modernes. Par rapport aux LED, les OLED sont meilleures pour l’environnement, sont plus rentables et ont une conception plus légère. Les OLED sont également plus adaptées pour être installées dans des récepteurs car elles offrent une plus grande sensibilité à des longueurs d'onde spécifiques.

Les OPD fonctionnent à l'inverse des OLED, en utilisant l'élément semi-conducteur organique pour absorber la lumière et la convertir en courant électrique, à l'instar des cellules photovoltaïques des panneaux solaires.

Dans la nouvelle étude, les chercheurs ont configuré les OPD pour utiliser un interféromètre Fabry-Pérot, composé de deux miroirs incurvés se faisant face. Lorsqu’ils sont alignés de cette manière, les OPD ont détecté des longueurs d’onde spécifiques de lumière transmises par le réseau OLED.

En envoyant des données de l'émetteur au récepteur, les chercheurs ont démontré que même les appareils d'éclairage intérieurs pouvaient être équipés de la source lumineuse pour transférer des données dans un système Li-Fi. Leur source de lumière composite présentait également un taux d’erreur binaire inférieur à celui de l’éclairage conventionnel, car elle supprimait les interférences.

Les scientifiques ont testé cette technologie dans des conditions de laboratoire spécifiques conçues pour minimiser les interférences et garantir l'exactitude des données. Mais ils visent à le tester dans des conditions réelles pour mieux comprendre comment le système fonctionne dans la pratique. Ici, il y aura des interférences de l’environnement local telles que d’autres sources de lumière et de poussière, ont noté les chercheurs dans l’article. Ils souhaitent également tester si le système Li-Fi fonctionne avec un récepteur mobile plutôt qu'avec un récepteur fixe.

À l’avenir, un canal proche infrarouge (NIR) pourrait également réduire davantage les problèmes d’interférences, ce qui permettrait aux émetteurs VLC d’étendre leur portée opérationnelle. Ils souhaitent également tester s'ils peuvent surmonter les obstacles physiques, comme les murs d'une maison, en utilisant les communications par lignes électriques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*