Revue « Lift » : Kevin Hart et Gugu Mbatha-Raw font équipe dans le film Clunky Heist de F. Gary Gray

[ad_1]

La première cible est une vente aux enchères d’art à Venise. Dirigée par leur chef stoïque et ambitieux, Cyrus (Kevin Hart), l'équipe au centre du film de braquage méfiant de Netflix Ascenseur préparez-vous à voler les belles œuvres des griffes du 1 pour cent. Cette équipe – un groupe efficace de génies de la technologie et de maîtres du déguisement – ​​se considère comme des Robin des Bois culturels. Ils prennent aux riches pour se remplir les poches, baiser les riches et aider les artistes.

Au début du film, réalisé par F. Gary Gray (Tout droit sorti de Compton), Cyrus valse vers un bâtiment d'une beauté imposante, où doit se tenir la vente aux enchères. Un tapis rouge trace un chemin jusqu'à la porte d'entrée, et de chaque côté des cordes, des Vénitiens masqués se déplacent. Venise, que Gray a capturée plus délicatement dans son film de 2003 Le travail italien, a l’air criard dans cette séquence d’ouverture. La lumière touche toutes les surfaces, comme si l’exposition avait été augmentée au maximum.

Ascenseur

L'essentiel

Ne parvient pas à inspirer beaucoup d’intrigues.

Date de sortie: Gratuit. 12 janvier
Casting: Kevin Hart, Gugu Mbatha-Raw, Vincent D'Onofrio, Ursula Corbero, Billy Magnussen, Jacob Battalion, Jean Reno, Sam Worthington
Directeur: F.Gary Gray
Scénariste : Daniel Kunka

Classé PG-13, 1 heure 44 minutes

Cette luminosité ne semble pas déranger Cyrus, qui se dirige vers le siège qui lui est assigné tout en surveillant son équipe via micro. Lorsque les enchères commencent, il enchérit des millions sur un NFT de l'artiste anonyme N8 (Jacob Batalon). Il y a encore des promesses à ce stade Ascenseur à mesure que nous construisons une compréhension de la dynamique en jeu. Regarder Cyrus, Denton (Vincent D'Onofrio), Camila (Úrsula Corberó), Magnus (Billy Magnussen), Mi-Sun (Yun Jee Kim) et Luke (Viveik Kalra) travailler dans la salle et dans les environs de la maison de ventes est un agent d'Interpol. Abby (Gugu Mbatha-Raw). C'est une agente fédérale surperformante qui dirige un groupe dédié à la traque et à l'arrestation de Cyrus et de ses bandits.

Une fois l’action lancée, ces premiers signes de promesse le seront également. Ascenseur ne semble pas faire suffisamment confiance aux téléspectateurs pour cacher des détails. C'est trop peu sûr de lui, trop impatient, trop anxieux pour être mystérieux. Ses astuces ne sont pas tant révélées que vomies à travers une exposition maladroite. Lorsque Cyrus et son équipe attrapent le NFT, ils kidnappent également l'artiste. L’enlèvement – ​​à peine aussi menaçant qu’il y paraît – crée un tollé international.

C'est ici l'occasion de commenter un monde des arts visuels soutenu par le battage médiatique et de créer une intrigue autour d'un groupe qui y participe parce que les biens volés, selon leur expérience, confèrent un statut raréfié. Plutôt, Ascenseur construit ce moment pour que Cyrus puisse guider N8 à travers chaque étape de leur braquage et expliquer la mission du groupe. Il n'est pas nécessaire d'émettre des hypothèses sur les motivations, individuelles ou collectives, Ascenseur. Cyrus l'expliquera tôt ou tard. Cette prise de conscience dégonflante a forcé ce critique à revoir un classique (le roman de Soderbergh). Onze d'Océan remake) pour se rappeler que oui, ce genre pourrait être amusant.

La capture mise en scène de N8 mène au véritable drame de Ascenseur. Après une conversation avec son collègue Huxley (Sam Worthington), directeur d'un département Interpol plus « sérieux », Abby est obligée de recruter l'équipage de Cyrus. Huxley vise une cible plus grande : Jorgenson (Jean Reno), un milliardaire qui profite de la destruction fabriquée. Il a récemment conclu un accord avec un groupe de hackers anonymes pour accéder aux réseaux électriques du monde entier et provoquer des inondations massives. Plus d'exposition donne au public des indices sur le plan : Abby doit convaincre Cyrus et sa compagnie de voler des millions de dollars d'or sur un vol sans que Jorgenson ne le découvre.

Si vous êtes toujours d'accord à ce stade du film (tout cela se déroule dans les 20 premières minutes), vous découvrirez également qu'Abby et Cyrus ont une histoire, ce qui complique leur relation actuelle. Cela devrait également ajouter de la tension à la dynamique, mais cela est pratiquement indétectable. Malgré tous leurs talents respectifs, Hart et Mbatha-Raw ne correspondent pas, et le scénario de Daniel Kunka ne laisse pas à leur connexion suffisamment de temps pour se développer. La romance d'Abby et Cyrus vit dans les souvenirs explicatifs de leur enfance et d'une semaine éclair ensemble.

Il y a aussi une formalité inutile dans la représentation par Hart d'un homme recherché à l'échelle internationale. L'acteur s'est récemment tourné vers des rôles plus dramatiques, mais sa performance ici est obsédée par une douceur étudiée qui prive son personnage de l'espièglerie naturelle requise. (Comparez cela à son portrait d'un père célibataire dans Paternitéce qui l'a amené à utiliser ses racines comiques pour ancrer la performance.)

Cyrus accepte d'aider Interpol en échange de l'immunité, et l'équipage se lance dans son plus gros braquage à ce jour. Comme pour tous les grands braquages, il existe un certain niveau d’impossibilité et un risque pour leur vie. Motivés par un avenir sans surveillance, Cyrus et ses collègues voleurs élaborent un plan pour récupérer l'or de l'avion, proposent Jorgenson aux autorités et sauvent des vies.

La ruée vers les intrigues donne Ascenseur une nécessaire injection de sensations fortes. Même si la technologie vire à l'irréaliste, Gray est un réalisateur suffisamment compétent pour que ces scènes d'acquisition technologique et d'exécution délicate ajoutent un léger sentiment d'urgence aux débats. Il ne suffit pas d'économiser Ascenseurmais cela rend le film un peu moins ridicule.

Crédits complets

Distributeur : Netflix
Sociétés de production : 6th & Idaho Productions, Genre Pictures, Hartbeat Productions, Marzano Films
Acteurs : Kevin Hart, Gugu Mbatha-Raw, Vincent D'Onofrio, Ursula Corbero, Billy Magnussen, Jacob Battalion, Jean Reno, Sam Worthington
Réalisateur : F. Gary Gray
Scénariste : Daniel Kunka
Producteurs : Kevin Hart, Bryan Smiley, Adam Kassan
Productrice exécutive : Patricia Braga
Directeur de la photographie : Bernhard Jasper
Décorateur : Dominic Watkins
Costumière : Antoinette Messam
Editeur : William Yeh
Compositeurs : Dominic Lewis, Guillaume Roussel
Directeur de casting : Nicola Chisholm, Raylin Sabo, Mary Vernieu

Classé PG-13, 1 heure 44 minutes

[ad_2]

Loading

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*