Amandine Henry, l’énorme déception


Malgré l’appel à la mobilisation lancé par Hervé Renard, le Groupama Stadium sera clairsemé pour le choc France-Allemagne. Au grand dam d’Amandine Henry.

Qualifiée pour le Final Four de la première Ligue des Nations, l’équipe de France a rendez-vous avec l’Allemagne pour la première demi-finale. Une rencontre que les Bleues auront la chance de disputer au Groupama Stadium… mais qui ne fait guère recette.

En effet, à quelques encâblures de la rencontre, seules 25 000 sièges ont trouvé preneur. L’enceinte rhodanienne, qui peu recevoir près de 60 000 spectateurs, risque donc de sonner le creux. Une situation qu’Amandine Henry a regretté dans les pages du Parisien. « Il y a encore du travail. C’est désespérant. Que faut-il faire de plus ? Nous, les joueuses, on se donne à fond. C’est une belle affiche, c’est un beau stade, une belle ville… », a déploré l’ancienne joueuse lyonnaise.

Une situation compliquée ?

D’autres sélections ne rencontrent pas ces soucis, ce qui laisse Henry perplexe. « On se pose la question : que faire pour remplir des stades ? Quand on voit les autres pays, ça marche », a-t-elle ainsi tonné.

La Fédération Française de Football avait proposé des places à 10 euros dans une volonté d’attirer e public. Et Hervé Renard avait fait un appel à la mobilisation. « C’est l’endroit parfait pour jouer une demi-finale dans un stade fantastique », avait glissé le sélectionneur français face aux médias. « On a besoin du soutien du public, c’est important. En tant que Rhônalpin de naissance, je ne peux que me féliciter de jouer ici. Je suis né à 100 km d’ici, à Aix-les-Bains. Je lance un appel aux Savoyards pour qu’ils viennent regarder le match aussi.»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*