Christian Horner assure que Red Bull «n’a jamais été aussi forte», après avoir été innocenté


Christian Horner au micro de Sky Sport.
GIUSEPPE CACACE / AFP

Concerné par une affaire interne dans laquelle il a été blanchi, Christian Horner a pris la parole au sujet du début de saison 2024, malgré les quelques contestations émises sur le manque de transparence de son innocence.

Le directeur historique de l’écurie Red Bull de Formule 1 Christian Horner, lavé des accusations de «comportement inapproprié» portées contre lui en interne, a assuré jeudi que l’unité dans son écurie «n’a jamais été aussi forte», tandis que plusieurs équipes dénoncent un manque de transparence dans cette affaire.

Horner, 50 ans, était soupçonné de «comportement inapproprié» envers une employée, des «allégations» qu’il a toujours «totalement» rejetées. L’issue de l’enquête interne visant le Britannique -révélée début février- a été communiquée mercredi soir par la maison-mère de l’équipe, championne du monde en titre chez les constructeurs.

«Je suis heureux d’être ici à Bahreïn, et avec l’équipe, nous sommes concentrés sur la saison à venir», a déclaré Christian Horner à la chaîne Sky Sports au lendemain de la décision. L’unité dans les rangs de Red Bull, «n’a jamais été aussi forte», a-t-il aussi assuré.

Arrivé mercredi soir sur l’île du Golfe, le dirigeant, maintenu à son poste, dit désormais «se concentrer sur le Grand Prix et la saison à venir pour essayer de défendre nos deux titres». «Je ne peux pas vous donner d’autres commentaires, mais le processus a été mené et conclu».

Selon le communiqué publié mercredi, la plaignante a le droit de faire appel de la décision. Pour l’heure, aucune décision en ce sens n’a été communiquée.

Interrogé jeudi en conférence de presse, le patron de Mercedes Toto Wolff a appelé à plus de transparence concernant les conclusions de cette enquête – dont les détails n’ont pas été révélés.

«J’estime que nous ne pouvons pas vraiment regarder derrière le rideau mais au final, il y a une femme dans une organisation qui a parlé aux RH et a dit qu’il y avait un problème, qui a fait l’objet d’une enquête et hier, le sport a reçu un message disant que tout allait bien. Nous avons examiné la question», a défendu Wolff. «Je pense qu’avec la volonté d’un sport mondial sur des sujets aussi critiques, il faut plus de transparence».

Red Bull avait indiqué mercredi dans son communiqué laconique que «le rapport d’enquête (étant) confidentiel et (contenant) des informations privées sur les parties et les tiers qui ont participé à l’enquête», le groupe ne ferait pas d’autres commentaires «par respect pour toutes les personnes concernées».

«Il y aura encore beaucoup de spéculations car beaucoup de questions sont restées sans réponse sur l’ensemble du processus», a dénoncé jeudi Zak Brown, PDG de McLaren. «Et c’est ce dont ont besoin ceux qui dirigent le sport pour pouvoir vraiment tirer un trait dessus».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*