Des archéologues découvrent la plus ancienne perle connue des Amériques


Le professeur d'archéologie de l'Université du Wyoming, Todd Surovell, et son équipe de collaborateurs ont découvert une perle en forme de tube faite d'os vieille d'environ 12 940 ans.

La perle, trouvée sur le site de La Prele Mammoth dans le comté de Converse, est la plus ancienne perle connue des Amériques.

Les recherches de Surovell ont été publiées dans la revue à comité de lecture Rapports scientifiques ; l'article s'intitule “Utilisation de l'os de lièvre pour la fabrication d'une perle Clovis”. Les membres de l'équipe de recherche comprenaient des personnes de l'UW, du Bureau de l'archéologue de l'État du Wyoming, de l'Université de Manchester, de la Weber State University et de la Chico State University.

Le site de La Prele Mammoth préserve les restes d'un mammouth colombien sous-adulte tué ou récupéré et un camp associé occupé pendant la période où l'animal a été abattu.

Pour déterminer l'origine de la perle osseuse, l'équipe a extrait du collagène pour la zooarchéologie par spectrométrie de masse, également connue sous le nom de ZooMS, ce qui a permis au groupe d'acquérir des informations sur la composition chimique de l'os.

Les chercheurs ont conclu que la perle était constituée soit d'un métapodial (les os qui relient les phalanges des doigts aux os les plus proximaux du membre), soit d'une phalange proximale (un os trouvé dans les doigts et les orteils des humains et d'autres vertébrés). d'un lièvre.

Cette découverte représente la première preuve sûre de l'utilisation des lièvres au cours de la période Clovis, qui fait référence à une époque préhistorique en Amérique du Nord, particulièrement importante il y a environ 12 000 ans. Il doit son nom au site archéologique de Clovis au Nouveau-Mexique, où des outils en pierre distinctifs ont été découverts.

La perle mesure environ 7 millimètres de longueur et son diamètre interne est en moyenne de 1,6 millimètres. L’équipe de recherche a envisagé la possibilité que la perle ait pu être le résultat de la consommation et de la digestion des carnivores et non créée par les humains ; cependant, les carnivores n'étaient pas courants sur ce site et l'artefact a été récupéré à 1 mètre d'un dense éparpillement d'autres matériaux culturels.

De plus, les rainures à l’extérieur de la perle correspondent à une création humaine, soit avec des pierres, soit avec leurs dents. Des perles comme celle-ci étaient probablement utilisées pour décorer leur corps ou leurs vêtements.

Surovell, qui dirige également le Frison Institute de l'UW, est un archéologue spécialisé dans la période paléoindienne, la première période de l'archéologie américaine. Il a travaillé principalement dans les Grandes Plaines et les Montagnes Rocheuses, mais possède également une expérience de terrain en Eurasie. Il s'intéresse aux facteurs qui structurent les archives archéologiques, depuis la prise de décision jusqu'à la formation du site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*