L'assurance automobile est en hausse de 43 % depuis 2022. Voici comment réduire vos primes.

[ad_1]

Quiconque se sent déjà épuisé par les fortes augmentations de ses tarifs d’assurance automobile au cours de la dernière année devrait attacher sa ceinture – cela ne fait que devenir plus cher.

Les primes d’assurance automobile aux États-Unis continueront de grimper cette année après avoir augmenté de plus de 43 % depuis janvier 2022, selon une nouvelle étude de Bankrate.

« Même si nous espérons voir les taux se stabiliser prochainement, cela n'arrivera probablement pas avant au moins 2025 », a déclaré Shannon Martin, analyste de Bankrate, dans un communiqué.

Le coût moyen national d'une assurance automobile à couverture complète était de 2 543 $ par an en janvier, en hausse de 26 % par rapport à 2 014 $ en janvier 2023 et 1 771 $ en janvier 2022, selon Bankrate.

« Je peux à peine me le permettre avec un revenu décent »

Parmi ceux qui ont vu leurs factures grimper, citons Karina Martinez, résidente de Los Angeles. Son assurance automobile est passée de 121 $ par mois à 212 $ par mois pour sa BMW 2013 l'année dernière. «Je n'ai aucun accident, aucune réclamation, aucune contravention. Je conduis peu le week-end puisque je travaille à domicile », a-t-elle déclaré.

Martínez avait tenté dans le passé de négocier un tarif inférieur avec son assureur, mais sans succès. « En raison de mon expérience, je n'ai pas pu obtenir de réponses, je n'ai tout simplement pas contesté la hausse des taux en 2023. C'est futile », a-t-elle déclaré à Crumpe. Alors que les primes continuent d'augmenter, elle a déclaré : « C'est difficile quand tout le monde augmente les prix. Je peux à peine me le permettre avec un revenu décent, je n'arrive pas à imaginer comment les gens en difficulté financière s'en sortent.»

Pourquoi les tarifs d'assurance augmentent

Les augmentations de prix sont dues en partie au fait que les compagnies d'assurance réévaluent leurs modèles de risque pour tenir compte de l'augmentation des sinistres due au coût plus élevé des réparations des véhicules et aux conditions météorologiques extrêmes, a déclaré Martin.

Les conducteurs qui ont de faibles cotes d'assurance basées sur le crédit (qui prédisent la probabilité que vous déposiez une réclamation et sont différentes de la cote de crédit utilisée par les prêteurs) paient encore plus : 4 338 $ par an en moyenne, selon Bankrate.

D'autres hausses pourraient avoir lieu prochainement, selon les dossiers préliminaires d'augmentation des tarifs au premier semestre 2024 envoyés par les assureurs aux commissaires aux assurances de l'État, a déclaré Stephen Crewdson, directeur principal du groupe mondial de renseignement sur les assurances chez JD Power.

Si les assureurs donnent suite aux tarifs proposés, ils pourraient être « aussi agressifs » que l’année dernière, qui était déjà une « année charnière » pour les hausses de primes, a-t-il déclaré.

« C'était différent de ce que nous avions vu auparavant dans l'industrie » depuis plus de deux décennies, a déclaré Crewdson.

L’assurance automobile étant un achat obligatoire dans presque tous les États américains, les compagnies d’assurance doivent obtenir l’approbation des autorités réglementaires pour augmenter leurs tarifs.

Paul Newsome, directeur général et analyste de recherche principal chez Piper Sandler qui couvre le secteur de l'assurance, a déclaré que les hausses de taux ont été principalement motivées par la hausse des coûts des assureurs automobiles – des voitures et pièces automobiles plus chères à une pénurie de carrossiers qui rend des réparations plus coûteuses et plus longues.

De nombreux assureurs doivent augmenter leurs primes pour récupérer les milliards perdus au cours des deux dernières années, a-t-il déclaré.

« Ils ont subi d'énormes pertes jusqu'à ce trimestre », a-t-il déclaré. «Pour de nombreuses compagnies d’assurance, les augmentations de prix ne sont pas facultatives.»

Lorsqu'on lui a demandé si les tarifs d'assurance automobile allaient augmenter à nouveau cette année, un représentant de l'Insurance Information Institute, un groupe qui représente le secteur de l'assurance, n'a pas répondu directement à la question, mais a déclaré que les assureurs automobiles étaient aux prises avec de mauvaises finances depuis le début de l'année. dernières années.

« Il ne fait aucun doute que le marché américain de l'assurance automobile personnelle est durement touché par cet environnement inflationniste », a déclaré Scott Holeman, porte-parole de l'III. « Mais en plus de l'inflation, nous constatons également une augmentation spectaculaire des accidents sur les routes américaines. »

Les pertes pour les compagnies d'assurance ont augmenté parce qu'il y a plus d'accidents, et plus d'accidents graves, a déclaré Holeman. Les décès et les blessures sur la route donnent de plus en plus lieu à des poursuites judiciaires, ce qui se traduit par des coûts plus élevés pour les assureurs. « Ce litige a un impact direct sur les primes d'assurance », a déclaré Holeman. En outre, les problèmes de chaîne d'approvisionnement entraînent toujours des coûts élevés pour les voitures et leurs pièces de rechange, et les voitures dotées d'une technologie plus avancée sont plus coûteuses à réparer, a-t-il déclaré.

Les consommateurs ressentent également ces effets. La hausse des coûts des véhicules, des assurances, du carburant et des réparations a porté les dépenses mensuelles liées à la possession d'une voiture à 1 015 dollars en 2023, ce qui représente 12 182 dollars par an, soit une augmentation de plus de 13 % sur un an, selon AAA. Un ménage doit désormais gagner environ 100 000 dollars par an pour s'offrir une nouvelle voiture, a rapporté Crumpe l'automne dernier.

De plus en plus de conducteurs abandonnent complètement l’assurance automobile

Même si le nombre de propriétaires de voitures aux États-Unis reste élevé, la hausse du coût de possession a entraîné une augmentation du nombre de conducteurs non assurés. Le nombre de ménages possédant une voiture mais ne disposant pas d'assurance automobile est passé à 5,7% au premier semestre 2023 contre 5,3% au second semestre 2022, selon les enquêtes de JD Power. Bien que cette part ait légèrement diminué à la fin de l’année dernière, elle a rebondi à 6,2 % en janvier, a déclaré Crewdson à Crumpe.

Les conducteurs non assurés peuvent se voir imposer des amendes s’ils ne bénéficient pas d’une couverture et assumer de nombreux risques supplémentaires. Ceux qui sont en faute devront peut-être couvrir les pertes de l'autre conducteur et de tout autre passager, y compris les frais médicaux, a déclaré Crewdson. Si les conducteurs ne peuvent pas couvrir ces dépenses de leur poche, le litige peut être porté devant les tribunaux.

Bankrate a analysé les primes dans les 26 plus grandes régions métropolitaines et a constaté que les conducteurs de la région de Détroit paient le plus pour l'assurance en pourcentage du revenu du ménage (5 687 $), suivis de Miami (4 213 $), Tampa (4 078 $), Philadelphie (4 753 $), et Las Vegas (3 626 $).

À l’autre extrémité, les conducteurs de la région métropolitaine de Seattle paient le moins en pourcentage du revenu (1 759 $), suivis de Boston (2 094 $), de Washington, DC (2 430 $), de Portland (1 976 $) et de Minneapolis (2 044 $).

Doug Heller, directeur des assurances à la Consumer Federation of America, a déclaré qu'il craignait que des primes beaucoup plus élevées perdurent même après que les coûts des assureurs se soient à nouveau stabilisés.

Il a noté que les entreprises ont mis du temps à baisser les tarifs ou à répercuter les gains sur les clients au début de la pandémie – lorsque de nombreux conducteurs sont restés à l'écart des routes et que les coûts de couverture des sinistres ont chuté, augmentant ainsi les marges des assureurs.

Les compagnies d’assurance ont empoché une bonne partie de cette manne, a-t-il déclaré – bien que certains assureurs aient accordé des remises aux conducteurs et d’autres réductions sur les frais d’assurance pendant la pandémie.

« C'est un peu le genre de face que l'on gagne, face que l'on perd », a-t-il déclaré. « Je crains un peu que nous soyons coincés avec des prix élevés même si le coût associé aux polices d'assurance diminue. »

Avec une augmentation si significative des tarifs, davantage de clients se sentiront obligés de réduire leur couverture automobile ou d’y renoncer complètement, a déclaré Heller.

« Je crains que ces prix ne se traduisent par des routes plus dangereuses et moins protégées », a-t-il déclaré.

Conseils pour réduire votre prime d’assurance auto

N° 1 : Faites le tour – souvent.

C'est probablement la chose la plus importante que vous puissiez faire pour réduire vos coûts d'assurance, surtout si vous êtes assuré auprès de la même compagnie depuis longtemps, a déclaré Heller.

En règle générale, il recommande aux consommateurs de rechercher une meilleure police d’assurance automobile tous les deux à trois ans. Mais de nos jours, il vaut mieux le faire une fois par an ou à chaque renouvellement de votre contrat.

« Cela ne soulagera pas toute la douleur », a-t-il déclaré, mais dans certains cas, cela vous aidera à économiser jusqu'à 30 % sur votre couverture.

N°2 : Vérifiez le kilométrage enregistré par votre assureur.

Heller a également suggéré d'appeler votre compagnie d'assurance pour vérifier que son estimation de votre kilométrage annuel est toujours exacte.

Le kilométrage est l’un des nombreux facteurs pris en compte par les compagnies d’assurance lors de la fixation de votre tarif. Si vous conduisez moins ces jours-ci, cela pourrait réduire votre prime, même si le kilométrage pris en compte dans votre prime dépend de votre assureur.

N°3 : Si vous êtes également propriétaire de votre maison, regroupez vos assurances habitation et auto.

« De nombreux assureurs vous accorderont un répit si vous souscrivez deux types d’assurance ou plus », selon l’Insurance Information Institute. Les conducteurs peuvent également bénéficier d’une réduction en ayant plus d’une voiture assurée auprès du même assureur, et certains bénéficient de tarifs inférieurs en tant que clients de longue date (mais encore une fois, magasinez souvent).

N°4 : Demandez une franchise plus élevée.
Vous lancez un peu les dés ici puisque votre assurance ne prendra effet que lorsque vous aurez atteint votre franchise, mais si vous pouvez vous permettre de payer une franchise plus élevée en cas d'accident, cela peut contribuer à réduire considérablement vos primes. selon l’Insurance Information Institute, qui fournit ici un certain nombre d’autres suggestions.

Découvrez On Watch par Crumpe, un podcast hebdomadaire sur l'actualité financière que nous regardons tous – et comment cela affecte l'économie et votre portefeuille. Jeremy Owens de Crumpe s'intéresse à ce qui motive les marchés et propose des informations qui vous aideront à prendre des décisions financières plus éclairées. Abonnez-vous sur Spotify et Apple.

[ad_2]

Loading

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*