“Le retour du roi” mettant fin à la plupart des adaptations du Seigneur des Anneaux


La grande image

  • La fin originale de Tolkien inclut « Le récurage de la Comté », un chapitre crucial souvent omis dans les adaptations.
  • Le chapitre présente des hobbits combattant et reconquérant leur patrie, complétant ainsi leurs arcs de personnages.
  • Cette fin symbolise la restauration de la Comté et représente le bien surmontant le pouvoir sombre et corrompu.



Pour les nombreux fans qui ont grandi avec Le Seigneur des Anneaux films, le but de la mission de la Communauté était de détruire l'Anneau Unique et de vaincre le Seigneur des Ténèbres titulaire une fois pour toutes. Bien sûr, il s’agit d’une partie majeure du récit et sans doute même de l’épreuve et du triomphe les plus importants du voyage de Frodon. Pourtant, il y a plus dans l’histoire que cela. Au bout du J. R. R. Tolkienc'est Le retour du roi, l'auteur de haute fantasy crée une finale différente à la quête du hobbit qu'aucune adaptation officielle – live-action ou autre – n'a correctement traduite à l'écran. Si vous n'avez pas lu les romans épiques de Tolkien, considérez ceci comme votre dernier avertissement spoiler…


Le Seigneur des Anneaux : Le Retour du Roi

Gandalf et Aragorn mènent le Monde des Hommes contre l'armée de Sauron pour détourner son regard de Frodon et Sam alors qu'ils s'approchent du Mont Doom avec l'Anneau Unique.

Date de sortie
17 décembre 2003

Durée
201 minutes

Slogan
Le voyage se termine.


La fin originale du Seigneur des Anneaux de JRR Tolkien n'est pas celle à laquelle vous vous attendriez

Si tu pensais Peter Jacksonça se termine à Le Seigneur des Anneaux a été rédigé, vous n'avez visiblement pas passé beaucoup de temps avec le texte original. Maître de la construction du monde, Tolkien prend son temps avec les derniers chapitres de Le retour du roi, avec cinq chapitres entre le moment où Frodon et Sam sont victorieux au Mont Doom (avec Aragorn et ses forces distrayant Sauron à la Porte Noire) et le moment où les quatre hobbits – dont Merry et Pippin – retournent dans leur patrie dans la Comté. A cette époque, Aragorn est couronné roi, Eowyn et Faramir deviennent un objet, Théoden est enterré, Éomer devient roi du Rohan et Aragorn et Arwen se marient. L'action qui se déroule ici est spectaculaire, et même Legolas et Gimli se lancent dans leur propre aventure d'après-guerre. Bien qu'une grande partie de cela soit couverte dans l'édition étendue des films, la fin du roman n'est pas tout à fait le retour à la maison heureux et idéaliste que nos héros auraient espéré. En fait, Frodon et ses amis découvrent que tout ce qui était beau dans la Comté a été transformé en quelque chose d'encore « pire que le Mordor ».


Intitulé « Le récurage de la Comté », cet avant-dernier chapitre fait écho à l'ensemble de le Seigneur des Anneaux campagne d’un seul coup. Lorsque les Hobbits arrivent à la frontière de leur pays via le pont Brandywine, ils rencontrent les nouveaux Shiriffs (la version de Tolkien des shérifs Hobbit), qui tentent finalement d'arrêter les quatre membres de la célèbre Communauté de l'Anneau. Découvrant que de nombreux arbres et aspects magnifiques de la nature ont été arrachés au profit de bâtiments laids et de l'industrialisation, les hobbits décident de renverser le nouveau gouvernement. Sous la direction d'un homme nommé « Sharkey », le nouveau gouvernement est rempli de nombreuses règles et de caractéristiques horribles. Sam convainc Tom Cotton et ses fils d'aider à trouver des hobbits partageant les mêmes idées, et Merry et Pippin (qui sont depuis devenus les plus grands des petits gens en raison de leur consommation d'eau du projet Ent) mènent leur propre campagne, la bataille de Bywater, qui réussit à renverser les voyous venus appliquer la loi de Sharkey.


De retour à Bag End, qui a depuis été repris par l'un des parents transfuges de Frodon, les hobbits rencontrent Sharkey lui-même, qui s'avère être l'ancien sorcier blanc Saroumane, dépourvu de l'essentiel de son pouvoir. Aidé par Greema Wormtongue, Saroumane espérait transformer la Comté en le nouvel Isengard, et il demanda même à Wormtongue de tuer le « chef » Lotho Sackville-Baggins. Pendant que les hobbits débattent de ce qu'ils doivent faire de lui, Frodon dit à Saroumane de partir, seulement pour que l'ancien sorcier tente de tuer le jeune Hobbit. Heureusement, la cotte de mailles de Frodon brise le couteau de Saroumane, mais même dans ce cas, Frodon (qui ne s'est jamais engagé dans la bataille pour reconquérir la Comté, laissant plutôt Merry diriger) dit à Sam de ne pas le tuer. Il dit même à Wormtongue qu'il peut rester. Mais après avoir dénoncé son serviteur, Saroumane appelle Langue de Worms à ses côtés, seulement pour que l'homme massacre le sorcier (puis soit lui-même tué par les archers).


“Le récurage de la Comté” a été inspiré par les expériences d'enfance de Tolkien

Le récurage de la Comté comme on le voit dans
Image via New Line Cinema

Maintenant, cela peut sembler une façon plus déprimante de terminer Le Seigneur des Anneauxmais l'histoire ne s'arrête pas là. Les hobbits se mettent immédiatement au travail pour refaire la Comté telle qu'elle était censée être.. “Le nettoyage a certainement nécessité beaucoup de travail, mais cela a pris moins de temps que Sam ne l'avait craint”, note la première ligne du dernier chapitre, “Les Havres Gris”. Après cela, une grande partie de ce que nous savons des adaptations cinématographiques se réalise. Sam est marié à Rosie Cotton (bien que leur histoire d'amour soit mieux racontée dans le chapitre “The Scouring of the Shire”), Merry et Pippin deviennent des piliers de la communauté, et Frodon quitte la Terre du Milieu pour les Havres Gris (aux côtés de Bilbo et Gandalf). ). Tout va bien et c'est ainsi que se termine Le Seigneur des Anneaux. Mais si c'est comme ça que ça allait se terminer de toute façon, pourquoi JRR Tolkien a-t-il ajouté cette partie au roman ?


Alors que beaucoup ont affirmé que « The Scouring of the Shire » était une allégorie directe de la Grande-Bretagne au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, ce n’était pas tout à fait le cas. Selon l'auteur (qui avait déjà servi pendant la Première Guerre mondiale), Le Seigneur des Anneaux “n'est ni allégorique ni d'actualité.” En fait, Tolkien détestait l'allégorie sous la plupart de ses formes – au grand désarroi de son ami CS « Jack » Lewis – et préférait généralement « l'histoire, vraie ou feinte, avec ses applicabilités variées à la pensée et à l'expérience des lecteurs » (selon le Forward à la deuxième édition de La communauté de l'anneau). Tolkien compara la laideur de sa jeunesse de 1914 à celle, plus contemporaine, de 1939, notant que ni l'un ni l'autre n'était nécessairement pire que l'autre : tout était mauvais. Sans aucun doute, cela faisait partie de son inspiration pour “The Scouring of the Shire” en premier lieu, quelque chose qu'il soulignera plus tard.


“Certains ont supposé que 'The Scouring of the Shire' reflétait la situation en Angleterre à l'époque où je terminais mon récit. Ce n'est pas le cas”, a-t-il ajouté. Tolkien a écrit. “C'est une partie essentielle de l'intrigue, prévue dès le départ, bien qu'en fin de compte modifiée par le personnage de Saroumane tel que développé dans l'histoire, sans, ai-je besoin de le dire, aucune signification allégorique ni aucune référence politique contemporaine.” Mais ce n’est pas parce que Tolkien restait fidèle à ses convictions concernant l’allégorie qu’il n’y avait pas d’allégorie. n'importe lequel base sur sa propre expérience. “Elle a en effet une certaine base d'expérience, quoique mince (car la situation économique était tout autre) et bien plus ancienne. Le pays dans lequel j'ai vécu enfant était en train d'être minablement détruit avant l'âge de dix ans, à une époque où les automobiles étaient des objets rares (je n'en avais jamais vu) et où les hommes construisaient encore des chemins de fer de banlieue. ” Cet avant-dernier chapitre de Le retour du roi Ce n'est peut-être pas une allégorie, mais l'expérience personnelle de Tolkien avec la dévastation de la guerre l'a marqué dès son plus jeune âge, une expérience qu'il reverrait à travers la dernière aventure de Frodon.


La trilogie “Le Seigneur des Anneaux” fait référence à la fin originale de Tolkien mais ne s'engage pas à l'adapter

Christopher Lee dans une scène supprimée de Saroumane du Retour du Roi - 2003
Image via New Line Cinema

Bien que « The Scouring of the Shire » ne se produise tragiquement pas dans le film de Peter Jackson Le Seigneur des Anneaux films, le cinéaste a fait écho à la fin originale tout au long de la trilogie, notamment dans son édition étendue de Le retour du roi. Lors de la confrontation finale entre Saroumane (Christophe Lee) et nos héros lors de la destruction de l'Isengard, le sorcier blanc est toujours tué brutalement par Wormtongue (Brad Dourif). Tout comme Frodon tente de raisonner Saroumane dans le livre, Gandalf Gandalf (Ian McKellen) ici dans le film, mais c'est trop tard. De plus, Théoden (Bernard Colline) se tient à la place de Frodon lorsqu'il fait appel à Wormtongue, dans l'espoir de le retirer du pouvoir du sorcier vaincu. Cela ne marche pas, et tout comme dans le roman, Langue de Worm est tué par un archer, mais dans ce cas par Legolas (Orlando Bloom) plutôt qu'une bande de hobbits.


De plus, dans La communauté de l'anneauquand Frodon (Elijah Wood) rencontre Galadriel (Cate Blanchet), il regarde dans son miroir pour voir ce que pourrait se produira si les forces de Sauron ne sont pas vaincues. En regardant dans son miroir, il voit un avenir où la Comté est en flammes, alors que les orcs et autres voyous courent en liberté et que les hobbits sont massacrés.. Il s'agit probablement d'une référence à ce tristement célèbre déception à la fin du roman de J. R. R. Tolkien et c'est de loin le meilleur aperçu des effets du « récurage » que le réalisateur Peter Jackson nous ait jamais donné. Bien sûr, avec la victoire de Frodon dans la destruction de l'Anneau Unique et de la Terre du Milieu sauvées du règne maléfique du Seigneur des Ténèbres, cet événement ne s'est jamais produit dans cette version de l'histoire, et Saroumane a été tué bien avant de pouvoir se diriger vers le nord jusqu'à la Comté. La fin de Le retour du roi conserve certains éléments, comme celui de Sam (Sean Astin) intérêt dans Rosie Cotton (Sarah McLeod), mais ne parvient pas par ailleurs à adapter cette partie du roman.


Mais même si la trilogie de Jackson n'a pas réussi à donner vie à “The Scouring of the Shire”, il y en a eu une autre. le Seigneur des Anneaux production qui a franchi une étape supplémentaire pour inclure cette fin dans leur version. La mini-série finlandaise Hobitite était une adaptation de l'épopée high fantasy en trois parties de Tolkien (bien que avec un budget nettement inférieur) qui racontait l'histoire en neuf parties en 1993, une décennie avant celle de Jackson. Retour du roi sortir en salles. Ici, dans le dernier épisode, “Vapaulus (traduit par “Libération” en anglais), les quatre hobbits retournent dans la Comté et sont obligés de se battre pour leur liberté. C'est en quelque sorte un peu compliqué à la fin, avec une grande partie de l'épisode axée sur le conflit entre Frodon et Gollum sur le Mont Doom, mais il tente plus ou moins de capturer l'esprit de la fin originale de Tolkien.

“Le retour de la fin originale du roi est important pour le voyage du Hobbit dans “Le Seigneur des Anneaux”


Bien que JRR Tolkien a clairement indiqué que “Le récurage de la Comté” était “essentiel à l'intrigue”. Peter Jackson (et Rankin/Basse avant lui) a choisi de le supprimer du produit final. Mais est-ce justifié ? Eh bien non, ce n'est pas le cas. À bien des égards, ce dernier obstacle que les quatre hobbits doivent franchir est le point culminant de tout ce qu'ils ont appris au cours de leur voyage. Pour Merry et Pippin, le courage et les compétences qu'ils ont développés sont mieux mis à profit ici, et Merry devient un leader au sein de sa communauté. Pour Sam, il reconnaît qu'il a attendu trop longtemps pour s'installer et se bat donc pour sa maison et son avenir. Et pour Frodon, eh bien, le pacifisme de Frodon est le résultat de tout l'effusion de sang qu'il a vu en cours de route, souvent parce qu'il le protégeait. Puisqu'on lui a donné une autre chance après avoir pris l'Anneau pour lui-même, il offre la même chose à Saroumane, qui la rejette bêtement, entraînant sa mort.


Ces éléments apportent Le Seigneur des Anneaux la boucle est bouclée et, à bien des égards, “The Scouring of the Shire” reflète la quête initiale de la Communauté, juste à l'envers. Au lieu de quitter la Comté dans leurs efforts pour détruire l'Anneau Unique, ils reviennent pour sauver et restaurer la Comté du pouvoir obscur qui l'a corrompu.. Si tant de Le Seigneur des Anneaux parlait de destruction, l'avant-dernier chapitre représente la résurrection de ce qui est vrai, bon et beau. Bien que les films de Jackson soient excellents sans cela, il y a une raison pour laquelle Tolkien l'a inclus en premier lieu, et il mérite d'être correctement adapté à l'avenir.

Le Seigneur des Anneaux : Le Retour du Roi est disponible en streaming sur Max.

Regarder sur Max

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*