Le triathlon privé de natation aux JO de Paris ?


Dorain Coninx sortant de la Seine lors du tes-event, le 18 août 2023.
GERMAIN HAZARD / DPPI / Panoramic

Champion du monde de la discipline, le Français Dorian Coninx redoute une épreuve amputée en raison de la pollution dans le fleuve parisien, aucun plan B n’ayant été prévu.

Il n’a pas encore officiellement son billet pour les Jeux olympiques mais, à moins d’un scénario catastrophe, c’est tout comme. Dorian Coninx, champion du monde de triathlon en septembre dernier, doit composter dans les prochaines semaines son précieux sésame pour Paris en obtenant un podium au triathlon d’Abu Dhabi (8 mars) ou en décrochant un top 6 à Yokohama, au Japon (11 mai), ou à Cagliari (Italie) deux semaines plus tard. Une formalité sur le papier pour l’Isérois de 30 ans qui sort d’un stage de cinq semaines à Saint-Raphaël, dans le Var. « Je suis satisfait du travail qui a été accompli là-bas. Pour le moment, je suis dans les temps, là où je veux être dans mon programme », glisse le Tricolore, qui doit finaliser sa préparation olympique par un stage à Font-Romeu (Pyrénées-Orientales) de mi-juin à mi-juillet.

Dans cinq mois, le successeur de Vincent Luis (2019 et 2020) et Léo Bergère (2022), ses illustres compatriotes sacrés champions du monde avant lui, fera partie des meilleures…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 80% à découvrir.

Vente Flash

-70% sur l’abonnement numérique

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*