Les métaux lourds sont des substances potentiellement toxiques pour les ovaires


L'exposition aux métaux lourds est liée à une diminution du nombre d'ovules chez les femmes approchant de la ménopause, selon une nouvelle recherche menée par une équipe de l'Université du Michigan (UM), aux États-Unis. L’étude a examiné la manière dont l’exposition aux métaux – notamment l’arsenic, le cadmium, le mercure et le plomb – est liée aux concentrations de l’hormone anti-Müllérienne (AMH), marqueur de la réserve ovarienne, chez les femmes d’âge moyen.

Les chercheurs ont étudié 549 femmes qui ont participé à l'étude nationale continue sur la santé des femmes menée par les National Institutes of Health des États-Unis. Ils ont analysé les données des tests sanguins AMH – qui indiquent approximativement combien d'ovules restent dans les ovaires d'une femme – jusqu'à 10 ans avant les dernières règles de la femme, et ont révélé que celles ayant des concentrations plus élevées de métaux lourds dans leur urine étaient plus susceptibles d'avoir des niveaux d'AMH plus faibles.

«On sait peu de choses sur la question de savoir si une faible exposition aux métaux lourds dans la population générale peut influencer la réserve ovarienne chez les femmes approchant de la ménopause», déclare l'auteur de l'étude, Sung Kyun Park, professeur d'épidémiologie et de santé environnementale à l'UM d'Ann Arbor. “Il s'agit de la première étude montrant que les métaux lourds largement répandus, en particulier le cadmium, l'arsenic et le mercure, sont liés à des niveaux plus faibles d'AMH et à un déclin plus rapide de l'AMH chez les femmes d'âge moyen.”

Les chercheurs reconnaissent que les mécanismes précis par lesquels les métaux lourds agissent comme substances toxiques potentielles pour les ovaires n'ont pas encore été élucidés, mais Park note que les métaux lourds peuvent affecter l'homéostasie hormonale, conduisant à un déséquilibre endocrinien. Les métaux lourds favorisent également la génération d’espèces réactives de l’oxygène, entraînant l’apoptose des cellules ovariennes, une diminution de la croissance folliculaire et une atrésie folliculaire, ajoute-t-il.

Bien que les experts dans le domaine notent que des recherches antérieures ont déjà montré l'effet de différents métaux lourds sur les hormones chez les hommes et les femmes, ils affirment que l'étude UM ajoute de nouvelles informations en suivant les niveaux d'AMH au fil du temps.

«Cela nous en dit plus sur le déclin de la réserve ovarienne que ce que l'on peut en savoir en utilisant une seule mesure de l'AMH», explique Kristen Upson, épidémiologiste de l'université de Michigan State, qui n'a pas participé au projet.

L'équipe de Park note que l'exposition aux métaux lourds peut se produire via l'eau potable, la pollution de l'air et la contamination des aliments. Renald Blundell, professeur de biochimie à l'Université de Malte, qui n'a pas non plus participé aux travaux, affirme que l'absorption transdermique de métaux lourds via des produits tels que les shampooings et les cosmétiques pourrait également être une source d'exposition aux métaux qui affecte de manière disproportionnée les femmes. Il est important de tester non seulement l’urine des sujets de l’étude pour détecter la présence de métaux lourds, mais également leurs cheveux et leurs ongles, ajoute-t-il.

Blundell suggère également qu'une analyse plus approfondie des données démographiques et géographiques des participants à l'étude pourrait aider à identifier d'autres contributeurs potentiels à leurs niveaux d'AMH.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*