Opinion : IBM a rouvert son régime à prestations définies. D’autres entreprises suivront-elles ?

[ad_1]

IBM a annoncé en novembre dernier qu'elle ne contribuerait plus à la contribution traditionnelle de l'entreprise et rouvrirait à la place la composante solde de trésorerie de son régime à prestations définies, précédemment gelé. La question est de savoir quelles autres entreprises pourraient emboîter le pas ? La réponse vient principalement des grandes banques, mais permettez-moi de vous présenter un peu le contexte.

Depuis janvier 2024, IBM IBM,
+0,82%
a mis fin à sa contribution de contrepartie de 5 % et à sa contribution automatique de 1 % sur les comptes 401(k) des employés au profit d'une contribution automatique de 5 % à un « compte de prestations de retraite » pour chaque employé. Le compte de prestations de retraite est le compte « notionnel » de l'employé dans la composante solde de trésorerie du régime à prestations définies de l'entreprise. IBM avait fermé son régime à prestations définies aux nouveaux participants en 2005 et « gelé » les prestations – c'est-à-dire mis fin aux nouvelles accumulations – pour les participants existants en 2008. Ce changement permet à IBM de financer ses cotisations de retraite annuelles de 530 millions de dollars avec l'excédent de 5 milliards de dollars. dans son régime à prestations définies surfinancé, plutôt qu'avec les liquidités de l'entreprise versées à son plan 401(k), améliorant ainsi son état des flux de trésorerie.

Mes collègues et moi avons travaillé un peu pour déterminer qui pourrait suivre l'exemple d'IBM.

Logiquement, un suiveur potentiel devrait disposer : 1) d’un important excédent de prestations définies pouvant être utilisé ; et 2) des cotisations 401(k) importantes qui, une fois économisées ou réduites, peuvent améliorer considérablement les flux de trésorerie de l'entreprise. Nous avons commencé par nous concentrer sur les entreprises ayant des obligations à prestations définies de plus de 10 milliards de dollars, puis nous avons concentré notre attention sur celles dont les régimes fermés/gelés ont un ratio de capitalisation supérieur à 100 %.

Cet exercice a abouti aux huit sociétés présentées dans le tableau 1. Outre le ratio de capitalisation, le tableau comprend l'excédent du régime à prestations définies de l'entreprise, les cotisations au régime 401(k) de l'entreprise et deux mesures qui pourraient constituer une incitation. à considérer l'approche d'IBM. Il n’est pas surprenant qu’IBM se classe parmi les meilleurs dans ces deux mesures incitatives.

En tête de liste se trouvent les deux plus grandes banques du pays: Bank of America BAC,
+0,92%
et JPMorgan Chase JPM,
+0,50%.
Le montant considérable de leurs excédents de retraite pourrait inciter à envisager sérieusement d’autres utilisations potentielles. En outre, ces sociétés ont apporté d’importantes contributions au titre de l’article 401(k), tant en termes de montant en dollars qu’en termes de part de leur flux de trésorerie annuel. Citigroupe C,
+0,05%,
la quatrième plus grande banque américaine figure également sur la liste avec un taux de capitalisation de 110 %, bien que son excédent au titre des prestations définies et ses cotisations 401(k) soient bien inférieurs à ceux des deux premières.

Honeywell International, Honneur,
-0,09%
et Deere & Co. DE,
+2,21%,
qui sont troisième et quatrième sur la liste, sont confrontés à une situation similaire à celle d'IBM en termes de taille relative de leurs excédents et de coûts 401(k). Deere pourrait ne pas prendre d'autres mesures de sitôt, car il vient de fermer son régime à prestations définies pour les employés salariés aux nouvelles embauches en janvier 2023 et a considérablement amélioré son régime 401(k). Cependant, à terme, une augmentation rapide des coûts 401(k) pourrait déclencher un réexamen de l’option à prestations définies.

Directeur général de General Motors,
+0,74%
et Ford F,
+0,17%
Il semble peu probable qu’ils suivent IBM dans la réouverture de leurs régimes à prestations définies à peine entièrement capitalisés. Lors des récentes négociations collectives, les entreprises ont rejeté la demande du syndicat de rouvrir leurs régimes à prestations définies et ont plutôt accepté d'augmenter considérablement leurs cotisations 401(k).

C'est tout ce que nous savons. Il sera intéressant de voir ce qui se passera ensuite.

[ad_2]

Loading

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*