Oukidja infranchissable, Gigot a fait très mal aux siens… les tops et les flops

[ad_1]

Alexandre Oukidja (gauche) a maintenu les siens à flot alors que Samuel Gigot (droite) a fait couler l’OM.
AFP / NICOLAS TUCAT / Norbert Scanella / Panoramic / Norbert Scanella

Dans un stade Vélodrome qui a su se montrer bruyant lorsqu’il fallait siffler les siens, les Marseillais n’ont pas réussi à s’imposer face à des Messins qui se sont contentés du match nul (1-1).

TOPS

Oukidja s’est parfaitement rattrapé

Le portier messin aura presque réalisé le match parfait. Chanceux en première période de ne pas provoquer des penaltys sur Ndiaye, signalé hors-jeu (12e) et sur Gigot qu’il percute lors de sa sortie (18e), Alexandre Oukidja a été impérial par la suite. Que ce soit dans les airs où il est venu rassurer son bloc avec des prises de balle autoritaire ou sur sa ligne sur les rares frappes cadrées venant des attaquants marseillais, le gardien algérien aura réalisé un match de patron (5 arrêts, 11 ballons récupérés). Sur le but adverse, après avoir repoussé une première frappe d’Aubameyang, il ne peut rien faire face à Moumbagna qui l’a ajusté à bout portant.

Udot a montré l’exemple

Le capitaine de cette formation messine, s’est montré exemplaire du début à la fin de la rencontre. Avec un jeu où ils laissent la possession à leurs adversaires, les défenseurs de Metz s’attendaient à être grandement sollicités durant cette soirée. Mais cela n’avait pas l’air de déranger Mathieu Udol. Souvent pris de vitesse dans un premier temps, il est parfaitement venu fermer les espaces en second rideau afin de couper court ou de gêner le plus possible les occasions de l’OM. Après l’ouverture du score des locaux, c’est lui qui croise parfaitement sa tête afin de tromper Pau Lopez et de remettre les siens dans la partie (1-1, 60e). Généreux dans ses efforts, le capitaine messin a montré l’exemple en fin de rencontre à tout son bloc pour arracher un point précieux et surtout mettre un terme à la série de défaite du FC Metz.

FLOPS

Gigot a rattrapé par ses démons

Le capitaine marseillais n’aura tenu son rôle de défenseur central que durant 30 petites minutes. Peu inquiété jusque-là, Samuel Gigot s’attendait donc à passer une soirée tranquille face à des Messins qui ne procédaient que sur contre et qui ne voulaient pas conserver le ballon. Mais sur un duel avec Georges Mikautadze, qui avait tenté un grand pont plein de malice, le Français le retenait. Jugé coupable d’avoir anéanti une action de but, il a récolté un carton rouge qui a causé des trous trop importants dans l’entrejeu phocéen.

L’attaque marseillaise a manqué de conviction

Dominer n’est pas gagner. Voici les mots qui résument le mieux la soirée de l’Olympique de Marseille. Dès l’entame, les joueurs locaux se sont montrés en confiance. Entre les appels dans le dos de la défense, la prise d’initiative ou les nombreuses combinaisons, tout ne semblait être qu’une question de temps avant de trouver la faille dans la défense messine. Sauf qu’à force de prendre leur temps, les joueurs de l’OM se sont mis à subir également après l’expulsion de leur capitaine. En tout, les Marseillais auront frappé 18 fois en direction du but d’Alexandre Oukidja, ne cadrant que 6 de ces tentatives. Après le premier but, le manque de justesse technique est revenu et le portier messin n’a jamais été réellement inquiété. Les Phocéens ne repartent qu’avec un seul point donc, logique vu le manque de réalisme dont ils ont fait preuve.

[ad_2]

Loading

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*