Revue « À qui dois-je appartenir » : un drame maussade et surmené sur l'islam radical


Dans le premier long métrage de la scénariste-réalisatrice Meryam Joobeur, À qui est-ce que j'appartiens (Plus l'Aïn), une famille d'agriculteurs tunisiens est déchirée lorsque leurs deux fils aînés rejoignent l'EI, laissant leur foyer en ruine et causant encore plus de dégâts lorsque l'un d'eux revient.

Si l'intrigue vous semble un peu familière, c'est parce qu'elle était aussi l'histoire du récent documentaire nominé aux Oscars. Quatre fillesdans lequel deux jeunes filles tunisiennes s'enfuient de chez elles pour devenir des islamistes radicaux, abandonnant leur mère et leurs jeunes sœurs.

À qui est-ce que j'appartiens

L'essentiel

Percutant et brutal.

Lieu: Festival du Film de Berlin (Compétition)
Casting: Salha Nasraoui, Mohamed Hassine Grayaa, Malek Mechergui, Adam Bessa, Dea Liane, Rayen Mechergui, Chaker Mechergui
Réalisateur, scénariste : Meryam Joobeur

1 heure 57 minutes

Les deux films ont été réalisés par des femmes et se concentrent sur les impacts de l’extrémisme islamique – le traumatisme qu’il inflige aux familles, ainsi que les traumatismes qui ont pu provoquer un tel virage vers l’extrémisme en premier lieu. Mais en termes de réalisation, ils ne pourraient pas être plus diamétralement opposés : Quatre filles est une œuvre de non-fiction introspective dans laquelle de vraies personnes jouent elles-mêmes aux côtés d'acteurs qualifiés, reconstituant les événements pour tenter de les analyser. À qui est-ce que j'appartiensen revanche, est une œuvre de fiction hautement stylisée, qui se transforme en un film d'horreur réaliste et magique dans le dernier acte.

Cela vaut la peine de comparer les deux seulement pour comprendre pourquoi le film de Joobeur, malgré son sujet sérieux et son sens intense du métier, ne convainc jamais pleinement dans sa description de ce que l'islam radical peut faire à une famille bien intentionnée comme celle d'Aïcha. C'est en partie parce que le drame semble si lourd, la réalisatrice s'appuyant sur beaucoup de symbolisme, une partition maussade sans arrêt et trop de gros plans pour transmettre l'angoisse et le chagrin de ses personnages. C'est aussi parce que l'évolution vers un dénouement à la M. Night Shyamalan semble si peu judicieuse, ce qui soustrait l'impact émotionnel du matériau.

L'histoire commence de manière assez intrigante, avec Joobeur nous présentant de manière évocatrice Aïcha (Salha Nasraoui), mère de trois enfants, qui, avec son mari Brahim (Mohamed Hassine Grayaa), dirige une ferme pauvre mais pittoresque sur les falaises près de la mer Méditerranée. . Lors d'un mariage, elle apprend que ses deux garçons aînés, Mehdi (Malek Mechergui) et Amine (Chaker Mechergui), se sont enfuis, et apprend bientôt la redoutable nouvelle : ils se sont engagés dans l'EI.

Le réalisateur, en collaboration avec le directeur de la photographie Vincent Gonneville, peint Aïcha et sa famille dans des plans épais, remplis de couleurs saturées et composés principalement de gros plans ou de moyens gros plans – le film a été filmé au format 1:133 en forme de boîte. – au point que cela peut être une affaire claustrophobe à vivre. C'est peut-être intentionnel de la part de Joobeur, mais le résultat est un drame maussade qui laisse peu de place pour respirer, avec la partition presque constante de Peter Venne martelant sans relâche sa solennité.

Non pas qu'il y ait de quoi se réjouir pour Aïcha, Brahim et leur plus jeune fils Adam (Rayen Mechergui), coincés dans une situation insupportable : soit Mehdi et Amine seront tués en Syrie ou en Irak, soit ils rentreront chez eux et se feront arrêter. par les autorités tunisiennes, qui appliquent une tolérance zéro à l'égard des islamistes radicaux.

Mehdi revient enfin, arrivant un jour à la ferme avec une femme vêtue du niqab, Reem (Dea Liane), qui prononce à peine un mot tout au long du film. Mehdi non plus : le jeune homme semble gravement traumatisé par son expérience en tant que combattant de l'EI, notamment par la perte de son frère.

Joobeur cache des informations clés au spectateur et à la famille de Mehdi, jusqu'à les diffuser dans des flashbacks qui prennent le relais au cours de la seconde moitié du film. Ces scènes, qui se déroulent dans une zone de guerre infernale dirigée par des voyous sadiques, sont horribles dans leur description de ce que signifie rejoindre l’EI pour des garçons naïfs comme Mehdi et Amine. Si le but de À qui est-ce que j'appartiens est de révéler les horreurs d’une organisation terroriste aussi méprisée, alors son message sera entendu haut et fort. Mais n’est-ce pas en quelque sorte énoncer une évidence ?

Le réalisateur s'intéresse encore plus à l'impact des horreurs de l'Etat islamique sur les gens de chez eux, nuisant à des musulmans innocents comme Aïcha et Brahim qui essaient simplement de gagner leur vie et d'élever leurs enfants. Il est donc regrettable que le troisième acte du film passe à un mystère de meurtre local impliquant peut-être Mehdi et Reem, jusqu'à changer de vitesse dans les séquences finales vers une forme d'effroi surnaturel. Ces mécanismes d’intrigue finissent par trop brouiller les pistes, même s’ils visent à souligner à quel point les traumatismes de guerre peuvent être extrêmement difficiles à se débarrasser – au point que tout le monde devient une sorte de victime.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*