Revue de Final Fantasy VII Rebirth : une réimagination éblouissante


J'ai jailli de Final Fantasy VII Rebirth après avoir joué ses heures d'ouverture, et heureusement, après plus de 50 autres, je peux confirmer que le jeu de rôle japonais a répondu à de grandes attentes. En fait, il les a surpassés de nombreuses manières surprenantes et a offert une expérience à la hauteur du nom et de l'héritage de Final Fantasy VII en tant que l'un des plus grands jeux jamais créés.

Le plus gros changement entre Remake et Rebirth n'est pas en termes de gameplay (Square a certainement choisi d'affiner le système de combat de Remake plutôt que de le réviser inutilement) mais plutôt en termes de philosophie. L'exploration est au premier plan de l'expérience, ce qui conduit à des moments passionnants consistant à découvrir le monde varié de Gaia (la conception artistique est vraiment de premier ordre) et à étoffer le jeu avec des combats basés sur des défis, des quêtes secondaires détaillées qui aident à créer des liens. Cloud aux membres de son groupe et aux découvertes qui détaillent le monde et sa propre mythologie. Bien que le jeu ne soit pas ridiculement long si vous choisissez de filmer l'histoire principale, il est très facile de passer 8 à 10 heures uniquement à faire du contenu secondaire dans l'un des chapitres les plus ouverts et de ne jamais faire avancer le récit principal. C’est aussi satisfaisant qu’une boucle de gameplay.

Bien sûr, l’histoire principale est celle de la plus grande expérience. Rebirth présente certains moments clés de FFVII, tels que des voyages à Nibelheim et Cosmo Canyon, tout en mettant davantage l'accent sur la dégradation des anciens membres du SOLDAT et sur ce qui arrive aux hommes en robes noires qui hantaient Midgar dans Remake. Il y a plusieurs surprises qui s'appuient également sur le grand rebondissement de Remake et sur le scénario des murmures, bien que la majeure partie du jeu soit assez fidèle à l'original et se concentre sur l'étoffement de l'aventure de Cloud plutôt que de s'éloigner totalement de l'histoire qui a fait Final Fantasy. VII, le JRPG le plus apprécié de tous les temps. C'est intelligemment construit et totalement convaincant du début à la fin.

Malheureusement, il y a quelques points sur lesquels les activités principales de l’histoire peuvent s’éterniser un peu. Bien que j'apprécie d'essayer d'incorporer chaque personnage jouable dans l'histoire et de leur donner toutes les sections sur lesquelles ils sont au centre, les moments jouables de Red XIII et Cait Sith sont des tueurs d'élan qui dépendent de la résolution d'énigmes assez grinçantes. Heureusement, ils ne sont pas extrêmement longs, vous serez donc de retour sur la bonne voie en jouant avec Cloud sous peu, mais ces détours ne sont pas très amusants à vivre malgré l'ajout d'une certaine variété.

Cela étant dit, les moments les plus lents sont souvent ceux où le jeu brille. Participer à des mini-jeux de plage sur la Costa del Sol ou découvrir tout ce que le Gold Saucer a à offrir (malheureusement, le snowboard est en construction) sont des moments forts et permettent de vivre certains des meilleurs moments entre personnages. Les fans de tous les personnages seront ravis de voir comment ils passent du temps à l'écran (bien que Vincent et Cid passent cette fois au second plan, comme Red XIII l'a fait dans le premier jeu), car les caractérisations sont parfaites. Le simple fait de passer du temps avec cette fête bien-aimée est une vraie joie, et beaucoup de temps a clairement été consacré à l'écriture de leurs interactions car elles sont merveilleuses à vivre.

Un changement intéressant a été l'incorporation de personnages de Midgar tout au long de l'histoire (plus certains de Crisis Core). Ils sont principalement utilisés en périphérie pour étoffer l'expérience et fournir d'excellents rappels à ceux qui ont joué à FFVII Remake, ils ne sont donc jamais très distrayants même s'il est un peu ridicule qu'ils continuent d'apparaître dans votre aventure. Cependant, certains des moments avec les acteurs récurrents sont carrément hilarants et constituent un service aux fans de la meilleure des manières. Rebirth sait que c'est exagéré, mais aussi que c'est la seule chance de Square d'incorporer également toutes ses références dérivées de FFVII, de sorte que ceux qui ont investi davantage dans l'univers au fil des décennies seront certainement récompensés.

Un jeu avec autant de respect pour ses personnages et son histoire aurait pu tourner mal, mais Final Fantasy VII Rebirth est d'autant meilleur qu'il a été conçu avec amour par une équipe qui comprend la place unique qu'il occupe dans le cœur des joueurs. Grâce à l’accent mis sur l’exploration, Rebirth est un road trip rafraîchissant et merveilleux à travers Gaia. Avec un spectacle incroyable, des batailles mémorables et de nombreux contenus secondaires qui étoffent son monde, c'est un voyage inoubliable qui vaut la peine d'être entrepris. Celui qui finit par être vraiment spécial car l’expérience globale dépasse de loin les petits soucis ou les frustrations temporaires.

SCORE: 9,5/10

Comme l'explique la politique d'évaluation de Crumpe, une note de 9,5 équivaut à « Excellent ». Le divertissement qui atteint ce niveau est au sommet de son genre. L’étalon-or que tout créateur vise à atteindre.


Divulgation : L'éditeur a fourni une copie PlayStation 5 pour notre revue Final Fantasy VII Rebirth. Révisé sur la version 1.010.000.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*