Plongée au cœur de l’histoire fascinante du jeu de Solitaire

Le solitaire est un jeu que nous connaissons tous d’une manière ou d’une autre. Certains le connaissent sous sa forme traditionnelle avec de véritables cartes, mais la plupart d’entre nous y jouent en ligne.

Si vous aimez une bonne partie de jeu de solitaire gratuit, cet article est fait pour vous ! En effet, aujourd’hui, nous vous invitons à découvrir son histoire et ses origines les plus probables. Alors, embarquez avec nous pour un voyage à travers le temps inattendu !

Les origines disputées du Solitaire

Comme beaucoup de jeux qui ont traversé les siècles, les origines du solitaire sont le sujet de vifs débats entre historiens. Ainsi, il existe plusieurs pistes de réflexion que nous allons vous exposer ici. En plus, des origines que nous allons évoquer, il est possible de trouver des théories évoquant des origines arabes ou scandinaves. Cependant, ces théories semblent trop “capillotractées” ou alors ne fournissent pas suffisamment de sources.

  1. Les origines françaises du solitaire

Certains historiens pensent que le solitaire nous viendrait de Napoléon Bonaparte. Selon eux, le célèbre Empereur (qui n’a rien à voir avec ce que vous avez pu voir dans le film de Ridley Scott), aurait inventé le jeu lors de son exil (comprenez emprisonnement de luxe), sur l’île de St-Hélène. Il est certain que l’Empereur a joué au jeu durant son séjour sur la fameuse île, puisque c’est de là que provient la variante appelée Solitaire St-Hélène, mais la théorie de son invention par le créateur du Code Civil est remise en cause.

En effet, d’autres historiens auraient trouvé des traces du jeu dès le Moyen Âge français avec des règles évoluant au fur et à mesure des générations jusqu’à ce que l’on appelle le Patience Solitaire. Cette forme du jeu, serait celle à partir de laquelle on peut estimer que les règles sont fixées et que le jeu existe donc officiellement avec toutes les variantes s’en inspirant.

  1. La piste germanique

Du côté anglo-saxon, difficile d’admettre que les français ont créé le jeu. Ainsi, on peut voir des théories selon lesquelles le jeu serait d’origine germanique en se référant à l’ouvrage Das neue Königliche L’Hombre-Spiel (traduisible en “Le nouveau jeu Royal L’Hombre”). Il s’agit d’un recueil allemand paru en 1797 et qui fait mention du jeu. Cette théorie s’appuie sur le fait qu’il s’agisse du premier ouvrage à citer explicitement le jeu avec les termes qui y sont associés.

Néanmoins, le fait de mentionner un jeu n’en attribue pas automatiquement la paternité et il reste possible que l’auteur ait simplement vu des gens jouer au jeu. Pour rappel, à l’époque, la France est le pays le plus important connu et des érudits du monde entier s’y rendent pour en récolter les lumières et en faire profiter leur pays. Il n’est donc pas certain que les Prussiens aient une quelconque relation avec l’invention du jeu, les Allemands n’étant pas non plus réputés pour leurs divertissements.

  1. Un dérivé de la cartomancie ?

Le solitaire partage des points communs avec une activité liée aux cartes qui n’a rien d’un jeu : la cartomancie. Aussi appelée tarot, la cartomancie consiste à tirer des cartes pour prédire l’avenir d’une personne et il est possible de le faire pour soi-même. Cette pratique à vu le jour aux alentours de la mer Baltique et a ensuite été propagée par les peuples itinérants de cette région.

Il est donc tout à fait possible qu’en arrivant en France, la cartomancie a inspiré les gens à le pratiquer entre eux. Il aurait alors évolué en jeu, débarrassé de son caractère mystique, très mal vu à l’époque où l’État et l’Église ne faisaient qu’un. Cela expliquerait que les mots utilisés dans les règles du jeu soient en français, le jeu pourrait ainsi être le fruit d’un mélange culturel riche.

La renaissance numérique du solitaire

Si le solitaire n’a pas beaucoup évolué entre les origines que nous venons d’aborder et le XVe siècle, les choses changent lorsque nous passons à l’ère numérique. On trouve des jeux de solitaires sur les tout premiers ordinateurs et consoles dès les années 80. Le premier développeur de solitaire connu est Brad Fregger pour la société Spectrum Holobyte. Celui-ci va développer des jeux de solitaire pour les micro-ordinateurs comme la Commodore et le Macintosh d’Apple. Pour la première fois, il devient possible de jouer sans tirer de cartes et de jouer à plusieurs versions du jeu sur la même machine. Toutefois, la véritable renaissance du jeu est indéniablement due à Microsoft.

Avant de se renouveler et d’atteindre des bénéfices records avec l’IA, Microsoft et Bill Gates ont changé le monde avec Windows. Lorsque ce système d’exploitation voit le jour en 1990, les utilisateurs sont époustouflés de trouver des jeux préinstallés sur leurs machines. Le solitaire vient alors de renaître de ses cendres et il occupera les secrétaires, patrons et jeunes enfants fortunés pendant des heures.

La performance est à souligner tant au niveau technique que visuel. Le jeu est beau pour l’époque avec une apparence qui est encore dans l’esprit de nombreuses personnes, mais c’est aussi une prouesse pour l’intégration d’un générateur de nombre aléatoire. La technologie n’est pas nouvelle, mais il est impressionnant de la voir fonctionner sur des machines destinées aux bureaux et foyers.

Un jeu qui continue de se renouveler

À la fois jeu de cartes, jeu de réflexion et de relaxation, le solitaire n’a de cesse de se renouveler. Il profite des nouvelles technologies pour proposer des nouvelles manières de jouer, ce qui le rend intemporel et indémodable.

La simplicité de ses règles fait que chacun peut y jouer, mais il est aussi possible de relever le challenge. C’est la marque des grands jeux. Aujourd’hui, il est possible d’y jouer depuis un smartphone ou une tablette et on en trouve même dans les appui-têtes de certains avions pour passer le temps du voyage. Qui sait, le solitaire sera peut-être présent sur la prochaine Xbox portable ?!

En attendant, il est possible d’y jouer avec les règles classiques ou de trouver des variantes qui rendent le jeu plus beau et palpitant. Une chose est certaine, le solitaire n’est pas près de disparaître, tant il parvient à maintenir sa popularité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*