Kenin, né en Russie, savoure le rêve américain après avoir atteint le premier semi-slam

Melbourne (AFP) – Sofia Kenin a déclaré qu’elle vivait le “rêve américain” mardi après que la 14e tête de série née à Moscou avec une raquette étoiles et rayures ait atteint sa première demi-finale du Grand Chelem à l’Open d’Australie.

Le joueur de 21 ans, qui avait battu son compatriote américain Coco Gauff au tour précédent, affronte la tête de série Ashleigh Barty dans les quatre derniers après avoir battu Ons Jabeur 6-4, 6-4.

Kenin, qui vit en Floride, a déménagé avec sa famille aux États-Unis quand elle était très jeune, avec seulement quelques centaines de dollars à leur nom.

“Mes parents ont déménagé en Amérique pour que je puisse avoir le rêve américain”, a déclaré Kenin.

“Ils m’ont donné un rêve américain. J’en suis fier et reconnaissant pour eux”, a ajouté la numéro 15 mondiale, qui atteindra maintenant au moins 12 ans – égalant son record de carrière et devenant la deuxième américaine derrière Serena. Williams.

Kenin, un Américain farouchement fier avec un style de jeu agressif, a déclaré que maintenir le service à 2-3 dans le deuxième set, un match qui a duré 10 minutes, a été un tournant contre le Tunisien Jabeur.

“Ce fut un moment difficile, elle jouait bien. Je ne savais pas que c’était 10 minutes mais c’était assez long”, a-t-elle déclaré.

“Mais après cela, j’ai repris mon élan et j’ai commencé à mieux jouer.”

Jabeur, 78e, première femme arabe à atteindre un quart de finale du Grand Chelem, était toujours en retrait.

Le joueur de 25 ans a réussi 18 fautes directes dans le premier set contre six pour Kenin.

Jabeur a effleuré son tibia avec sa raquette dans le deuxième set et Kenin a scellé sa place en demi-finale au premier point du match lorsque le retour de Jabeur s’est effondré dans le filet.

Kenin, qui est devenue professionnelle en 2013, a remporté ses trois premiers titres WTA l’année dernière alors que sa carrière commençait à décoller.

Elle a rendu hommage à sa famille, en particulier à son père Alexander, qui est également son entraîneur, pour l’avoir soutenue alors que d’autres ne l’ont pas fait.

“J’ai vraiment dû m’établir pour montrer à tout le monde qui je suis”, a déclaré Kenin, qui est venu à Melbourne avec peu de fanfare et était passé sous le radar – jusqu’à présent.

“Je pense qu’une grande partie qui m’a amené ici est que ma famille était là pour moi.

“C’était évidemment difficile. Comme je l’ai dit, les gens ne croyaient pas vraiment en moi et en tout.

“Mais ils ont cru en moi, en particulier mon père, car il a été avec moi pendant ce voyage incroyable.”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*