‘Like a Boss’ fait équipe avec Tiffany Haddish et Rose Byrne dans une légère comédie de beauté

Tiffany Haddish reste très demandée, le compromis étant qu’elle n’est pas toujours particulièrement discriminante sur les rôles qu’elle joue. Entrez “Like a Boss”, une comédie gals-night-out classée R qui, grâce à la distribution talentueuse, livre quelques moments véritablement amusants, mais qui fait tomber quelques verres de chardonnay loin d’être un bon moment. La prémisse et le titre ont une sensation de sitcom assez générique, avec une paire de copains de poitrine qui vivent non seulement ensemble (“Est-ce bizarre que nous sommes toujours des colocataires?”, Demande-t-on), mais qui dirigent conjointement la start-up de cosmétiques qu’ils ” ve lancé.

L’entreprise, cependant, a connu des moments difficiles malgré certains succès, obligeant Mel (Rose Byrne) à la tête du niveau à inciter la gourou créative de Haddish, Mia, à accepter une ouverture d’un géant de la cosmétique dirigé par la beauté impérieuse Maven Claire Luna, qui se révèle être être une partie juteuse pour Salma Hayek, arborant une crinière rouge flamboyante.

Claire parle d’un bon jeu, se présentant comme la réponse à leurs prières. Pourtant, inévitablement, l’introduction d’un tiers dans l’entreprise mettra à l’épreuve leur amitié, créant le risque de créer un fossé entre eux. Cela se déroule de manière chaotique mais beaucoup trop prévisible, dans un film réalisé par Miguel Arteta (qui a travaillé avec Hayek sur le très différent “Beatriz at Dinner) qui trahit son désir clair – basé sur les aspects plus torrides, y compris beaucoup de tabagisme et de sexe parler – pour puiser dans la même veine qui a fait un succès aux «demoiselles d’honneur», hélas, le matériau ne présente pas ces qualités suffisamment régulièrement pour soutenir cette énergie, faisant essentiellement un engagement sporadique à la grossièreté.

Heureusement, en plus de Hayek (qui est comparé, entre autres, à Jessica Rabbit), le casting de soutien comprend les fiables Billy Porter et Jennifer Coolidge en tant qu’employés de Mia & Mel, qui apportent la folie au film quand ils sont là; et un cercle d’amis installés qui irritent le plus le duo principal. À son crédit, Byrne fait de Mel plus qu’une simple femme hétéro pour les côtelettes de comédie de Haddish, et les deux partagent la chimie requise pour vendre cet étrange couplage, mais pour emprunter une métaphore de maquillage, c’est une mince fondation.

À cet égard, “Like a Boss” ressemble à de nombreuses versions de janvier – une soirée légère de 84 minutes qui ne perdra rien si vous attendez et regardez-la avec ce chardonnay susmentionné, comme une pomme de terre de canapé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*